ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de Hollande, conférence de presse et Valérie Treiweiller…

 

 

Hollande _France_Presidents_Sex_Life.JPG

La conférence de presse  d’un François Hollande révélé et sublime dans laquelle on a cru comprendre que le Moi président serait devenu social-démocrate, a permis de mesurer à quel point  une action de grâce soudaine avait transformée sa vision économique d’une France rassemblée suspendue à ses lèvres. Ainsi, le mot a été prononcée, Hallelujah ! Hallelujah ! l’entreprise est créatrice de richesses et si on veut réduire le chômage il faut la rendre plus compétitive en abaissant notamment les charges et en lui simplifiant le carcan des règles qui la gère. Bref,  Hollande second a succédé à Hollande premier, nous voilà sauvé sinon des eaux au moins de la noyade..  Pire encore, on s’aperçoit que la France a de trop nombreuses strates administratives qui paralysent le pays. Bref,  trop de lois, trop de règlements, trop de normes, trop d’administration.. Ce que le bon sens dictait dans nos réflexions, « on ne peut faire avancer une voiture si on a en même temps le pied sur le frein et l’accélérateur », nos énarques, nos têtes d’œuf,  l’auraient compris, peu importe qu’il soit de gauche, de droite, du centre, de nulle part,  Allelujah ! Allelujah ! Allelujah ! trois fois Allelujah, à ce rythme là,  c’est promis foi de cochon, je retourne à la messe.

 

Sauf que ce discours pour la majorité des français est parfaitement inaudible, le franchouillard qui aime le saucisson, et même celui qui le refuse par conviction religieuse, n’y croit plus, on lui a déjà fait le coup.. Il est essoré, la fin d’année a été rude pour celui qui paye des impôts, celui à qui on a supprimé la défiscalisation de heures supplémentaires, les familles qui seront encore plus imposées, nos vieux à qui on rappelé qu’ils coûtaient bien cher.. Bercy est passé par là, on en peut plus, on est à sec, on est à poil. Quant à ceux qui ont perdu leur emploi, on leur promet de se reconvertir.. Reste à savoir vers quoi.

 hollande-gayet-.jpg

Et puis, chacun attendait de la part d’un président normal qu’il clarifie une situation, pour le moins compliquée. Peu importe que l’homme « normal » que vous êtes, aille voir ailleurs, on s’en tape.. On sait bien, de toute façon,  que votre choix ne se portera pas sur la fleuriste du coin, mais sur les ravies d’un certain niveau, comédiennes de gauche ( c’est un pléonasme)  de préférence, vous aviez déjà fait dans la journaliste, nul n’est parfait. Sauf que toute réflexion faite, non seulement vous avez installé à l’Elysée une première dame qui n’était que la seconde, mais en plus vous rouliez en scooter d’importation. Bref comme dirait avec talent Frédéric Mitterrand qui est expert dans un autre domaine, vous n’avez pas le physique, Je cite :  «Et bah si ! Il les nique toutes. Les politiciennes, les grandes journalistes, les petites de la Comédie-Française, toutes ! C'est génial non, quand même ? C'est bien la politique.» Ce quinquennat, pour lui, «c'est le niquennat général»   Je reconnais, c’est pas bien, mais ce que c’est drôle. « Moi, président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire. » Votre syntagme répété dans l'anaphore prononcée le 2 mai 2012 prend aujourd’hui tout sons sens. Ainsi vous auriez laissé, je ne peux le croire, s’installer une potiche à l’Élysée à son insu et au nôtre. Elle me devient presque sympathique et je comprends  pour le moins sa détresse.  Serions-nous dans cette affaire tous un peu cocus ? Votre affaire tout privée qu’elle peut être, serait restée privée si vous n’aviez pas pensé que votre  fonction  vous assurait l’impunité. Or vous n’êtes pas, que vous le vouliez ou non, un homme comme les autres, vous avez une fonction et un statut et vous n’avez pas protégé Valérie Treiweiller  ni pour légitimer sa position, ni pour la protéger des conséquences de vos actes. Vous n’êtes pas en l’occurrence,  comparable au quidam du coin, qui lui se tape des coiffeuses ou des fleuristes à l’insu de son épouse ou de sa compagne.  La première dame vous accompagnait lors des visites officielles, elle avait un budget pris sur les deniers des contribuables, vous l’aviez installée dans une légitimité illégitime. Mais vous lui devez un minimum de loyauté, c'est-à-dire lui signifier que votre histoire était finie, si elle l’était. Bref votre histoire contrairement à  ce qu’indique les sondages, intéresse au premier chef les français. Comme disait si bien Brassens : 

 

Tonton Nestor, 
Vous eûtes tort, 
Je vous le dis tout net. 
Vous avez mis 
La zizani' 
Aux noces de Jeannett'. 
Je vous l'avou', 
Tonton, vous vous 
Comportâtes comme un 
Mufle achevé, 
Rustre fiéffé, 
Un homme du commun.

 

Quoiqu'elle usât, 
Qu'elle abusât 
Du droit d'être fessu', 
En la pinçant, 
Mauvais plaisant, 
Vous nous avez déçus. 
Aussi, ma foi, 
La prochain' fois 
Qu'on mariera Jeannett', 
On s' pass'ra d'vous. 
Tonton, je vous, 
Je vous le dis tout net.

 

 Hollande 4.jpg

 

 

 

 

 



18/01/2014
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 732 autres membres