ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de l’Ukraine, de l’Europe, de la théorie du genre... Suivez-moi..

 

 Kiev manifestation.jpg

Kiev

 

Les événements actuels en  Ukraine,  renvoient à des images d’un temps pas si éloigné où  la guerre froide et ses conflits périphériques régissaient le monde. Soyons tout aussi certains que  les soulèvements des peuples obéissent à des lois que les politiques ne maîtrisent pas. En Europe de l’Est, nous savons que les conséquences de la  chute de l’URSS continueront à provoquer encore des répliques durant de nombreuses années. 

 

Le feu qui couve à l’Est est sous-estimé  par ceux qui nous dirigent  avec tant d’insuffisance et d’incompétence. Notre  diplomatie et notre  stratégie de défense sont cacochymes. L’Europe quant à elle, est réputée  incapable (incapable associé à Europe est un pléonasme).  Sur le plan international  nous avons organisé notre impuissance.. La défense européenne est un leurre.   L’Ukraine  est à la croisée des chemins à l’ombre d’un Poutine qui ne lâchera rien

 

Les Ukrainiens sont partagés entre deux tendances,  ceux qui regardent à l’Ouest, majoritairement catholiques, et ceux qui regardent à l’Est, majoritairement orthodoxes. Certes, il n’y aura pas de guerre de religion pas plus que de guerre civile, mais la corruption dans ces pays au plus au niveau de l’Etat est telle qu’une allumette maladroitement  lancée pourrait mettre le feu aux poudres d’un pays pas tout à fait comme les autres. Au cours de l’histoire,  l’Ukraine fut polonaise et lituanienne, en partie cosaque puis russe et autrichienne, elle  a connu une courte période d’indépendance  de 1917 à 1920 avant d’être absorbée par le glacis soviétique.  À la fin de 1918, les Alliés interviennent dans le sud de l'Ukraine pour soutenir les armées blanches du Tsar. Odessa et Sébastopol et d'autres localités côtières sont occupées par les Français, mais très  vite à cause du manque de moyens engagés et de l'hostilité de la population (mars-avril 1919), l’Ukraine est envahie par l'Armée rouge et ramenée dans le giron russe. L’Ukraine redevient non seulement le grenier à blé de toutes les  Russies mais connaît un développement militaro-industriel important grâce à une main d’œuvre hautement qualifiée et une industrie lourde développée par le modèle stalinien. Son  débouché naturel sur la mer Noire lui donne une importance stratégique non démentie à ce jour. La base navale de Sébastopol louée au Russes est d’une importance majeure. Il y a peu de temps, trois ex-chefs de la flotte russe de la mer Noire interrogés par RIA Novosti ont déclaré,  aucun site étranger ne saurait remplacer la base navale de Sébastopol. La presse russe, quant à elle,  a récemment fait état de projets prévoyant la création de bases navales à l'étranger, notamment à Tartous (Syrie), à Socotra (Yémen), à Tripoli (Libye) ou à Cam Ranh (Vietnam), alors que le contrat de bail russo-ukrainien en vertu duquel la Russie exploite la base de Sébastopol, en Crimée, expire en 2017. Mais selon l'amiral Viktor Kravtchenko "Même une dizaine de Tartous ou de Cam Ranh ne saurait remplacer un Sébastopol. Sébastopol est une base unique en son genre. Une base, ce n'est pas seulement un port, c'est aussi toute une infrastructure, avec quais, stocks de munitions et de produits alimentaires, routes, installations de réparation, aviation, défense antiaérienne et ainsi de suite", a-t-il souligné…

 

La crise ukrainienne cristallise le nouvel équilibre qui se dessine  en Europe entre une Russie de Poutine qui a des objectifs d’hégémonie géostratégique et la grande Europe, puissance économique faiblarde et malade,  sans défense globale sérieuse, qui ne fait plus rêver.  

 

Si  cela n’était pas iconoclaste,  je dirais que les  peuples d’Europe de l’Ouest comme de l’Est, sont  ensemble cocufiés par des promesses toutes non tenues. Avec  près de 26,6 millions de personnes sans emploi, le taux de chômage dans l'Union européenne s'est élevé à 10,9% en novembre 2013. Cela correspond à la population totale de  la Hongrie de l’Autriche et du Portugal.. Le taux de chômage en Russie est estimé à 7.5%, le taux de chômage en Ukraine serait en 2013 de 8%. On peut comprendre que la population se pose des questions. Entre l’ancrage à l’Est et l’ancrage à l’Ouest, il existe peut-être une alternative possible le non-ancrage!

 

queue_de_chomeur.jpg
Queue de chômeurs

 

La crise que nous vivons aujourd’hui, est  aussi celle d’une Europe trop sûre d’elle-même qui se voulait accueillante alors qu’elle n’était que trop gourmande, contrainte à avaler trop vite de nouveaux membres en prenant le risque d’indigestion. Qu’on en juge,  en quelques années de 1957 à 2014 en un demi-siècle,  l’Europe est passée de 6 membres historiques à 28, (nous étions 15 en 1995)  5 sont encore en attente dont la Turquie. Depuis la chute du mur de Berlin et le traité de Maastricht de 1992,  13 pays essentiellement de l’Est ont rejoint la communauté européenne. Ils n’étaient pas prêts, nous non plus.  Or, l’absorption d’un tel nombre de pays aux économies fragiles, tous  à reconstruire, ajoutée aux phénomènes liés à la mondialisation, nous donnent à nous vieille Europe, l’impérieuse nécessité de nous réformer  en profondeur et de nous adapter.  Or, la France, membre historique de cette Europe est ce vieux pays culturellement attaché à la terre. En me référant à une image  hasardeuse, la France serait plus du signe du taureau que du verseau.  Elle ne peut se réformer en profondeur  et ne pourra le faire sans avoir réglé au préalable un certain nombre de problèmes culturels liés à son histoire. Trop jacobine, trop centralisée,  trop régulée, le pragmatisme n’a jamais été son credo.  Son modèle d’assistanat et de redistribution des richesses, le langage rétrograde d’une certaine gauche sectaire ainsi que le langage provocateur d’une droite qui se cherche, bloquent les évolutions nécessaires. Les classes intermédiaires sont mises à mal par une imposition qui tue l’impôt et les rentrées fiscale. Lorsqu’on aura lessivé les pseudo riches ils prendront la queue derrière ceux qui les devancent, les pauvres et  les assistés.

 

L’égalité  n’est pas dans la redistribution des richesses mais dans la conquête de nouveaux marchés, afin de créer les richesses. L’hypocrisie  n’est plus supportable ! La théorie des genres sensée satisfaire une minorité  féministe qui voit derrière chaque homme un danger potentiel, derrière chaque garçon une fille qui sommeille et vis versa, est une théorie fumeuse qui détourne des vraies préoccupations de notre époque.  En niant la différence sexuelle on réglerait ainsi la domination du mâle sur la femelle, grande cause féministe. Au passage on oublie la complémentarité des sexes, qui est à mon sens le plus bel héritage de notre évolution. Le "genre" est un concept qui appartient aux sciences sociales et traite notamment des inégalités sociales, économiques et culturelles entre les hommes et les femmes. Le sexe repose sur les différences biologiques. Comme le rappelle Axel Kahn, "biologiquement, rien ne prédispose un garçon à jouer au cow-boy pendant qu’une fille joue à la dînette".  Sauf qu’à vouloir imposer au garçon la dînette et aux filles le rugby, on ne résoudra pas forcément le problème du vivre ensemble. La négation de l’identité sexuelle est une violence faite aux parents qui eux savent pourquoi, après avoir eu un garçon, ils désirent avoir une fille.. Ce n’est pas pour les confondre dans une identité commune.. Foutez-nous la paix ! Sans quoi on va finir par vous pendre à la lanterne !

 

Théorie du genre 3.jpg
La complémentarité.. Que c'est beau!

 

 

La démocratie ressentie est loin d’être une démocratie réelle, les citoyens ne se sentent plus écoutés ni représentés. La France réelle n'est pas celle des élite,  le décalage se creuse, au lieu de calmer les esprits, le pouvoir en place provoque, divise, met de l'alcool à 90° sur les plaies de notre société.   La France souffre d’un non-renouvellement des élites et de l’installation au pouvoir d’une caste auto reproductive de génération en génération qui a perdu toute crédibilité. Le bashing anti-Sarkozy ou anti-Hollande est tout d’abord le bashing du monde politique. . En Ukraine la révolte est tout autant une révolte sociétale qu’une révolte d’appartenance à un bloc quelconque.

En Europe le risque de crise violente est de plus en plus probable. En France on s’occupe des genres en maternelles, il y a a probablement mieux à faire...  Indignez-vous, mais je crains que cela ne suffise, de l'indignation à l'insoumission, de l'insoumission à la révolte il n'y a qu'un tout petit pas.. On en a marre! 



31/01/2014
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 732 autres membres