ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de pigeon

Voilà une question (ci-dessous)  d’un député que je juge nécessaire de savourer et de  prendre au second degré..  Cela est peut-être lié au déménagement d’un organisme discret de l’armée de l’Air, l’Escadron escadron 92.532 Syderec  qui quittera la base aérienne de Brétigny (Essonne) pour celle d'Avord (Cher), en 2014. Cette mesure fait, en effet,  partie de la longue liste de restructurations qui vient d'être validée par le ministre de la défense.
L'escadron Syderec est la seule unité militaire à mettre en œuvre des ballons captifs. Syderec signifie Système du dernier recours pour le cas où les installations fixes de transmissions vers les sous-marins nucléaires lanceur d'engins (SNLE) seraient détruites, Syderec déploierait ses camions et  feraient décoller des ballons captifs gonflés à l'hélium sous lesquels une antenne longue de plusieurs kilomètres permettrait d'envoyer des messages au SNLE en plongée quelque part dans l'Atlantique. (Source blog secret défense). Pour le reste on aimerait que les questions écrites portent sur des sujets plus essentiels, le nombre de frégate ou le nombre de nos brigades ou bien le retour dans nos unités du matériel stocké faute de crédit d’entretien.. Les pigeons ne sont pas ceux que l’on croit..

 

Pour mémoire le système Astarté sur  C160 a été dissout en juillet 2001, suite à une décision prise lors du collectif budgétaire en 1998. Les sous-marins sont joints par des stations radio de basse fréquence situées en Bretagne sensées joindre les SNLE en plongée.. Si les SNLE ne pouvait être joints, la dissuasion ne serait plus.. On peut sourire en pensant à une substitution par des pigeons..

 

 

Question N° : 1414

de M. Jean-Pierre Decool ( Union pour un Mouvement Populaire - Nord )

Question
  écrite

 

Ministère interrogé > Défense

    Ministère attributaire > Défense

 

Rubrique  défense

Tête d'analyse > équipements

 Analyse moyens de communication. permanence

 

Question publiée au JO le : 24/07/2012 page : 4456

 Réponse publiée au JO le : 07/08/2012 page : 4713

 

Texte de la question

M.Jean-Pierre Decool attire l'attention de M. le ministre de la défense sur  l'utilité du pigeon voyageur en cas de conflit armé. En 2011, l'armée chinoise a décidé de « recruter » et d'entraîner 10 000 pigeons voyageurs, en plus des 200 déjà existants. En effet, en cas de conflit armé, une panne généralisée sur les réseaux de communication pourrait survenir. Dès lors, le pigeon voyageur resterait un des seuls outils de communication capable de transporter des messages. Le pigeon voyageur a même déjà transporté des échantillons sanguins. Outil de communication le plus efficace, en cas de crise majeure, il peut ainsi assurer une liaison fiable entre des troupes stationnées aux frontières jusqu'à des bases militaires à l'arrière. À ce jour, l'armée française ne dispose plus que d'un seul colombier militaire à
  la forteresse du mont Valérien. À la vue de ces éléments, il lui demande donc de lui indiquer si, en l'état actuel de nos infrastructures, la capacité de communication de l'armée française serait bien assurée en cas de conflit armé, et plus particulièrement en cas de rupture des liaisons téléphoniques,
  radios, informatiques, et même électriques.

 

Texte de la réponse

La nécessité, pour les armées, de disposer de moyens de transmissions fiables et sécurisés a été rappelée dans le Livre blanc sur la défense et la sécuriténationale publié le 17 juin 2008. La stratégie du ministère de la défense, en termes de maîtrise de l'information, tend ainsi à garantir, en toutes circonstances, la transmission des données nécessaires aux décideurs, à réduire les délais de traitement de ces données et à renforcer le travail en réseau. Dans ce cadre, les systèmes de télécommunications contemporains sont conçus et développés pour faire face à la multiplication et à la rapidité des échanges qu'imposent les opérations militaires modernes, fréquemment conduites sur des théâtres d'opérations éloignés du territoire national. Le dispositif permettant de maintenir, dans tout type de conflit, la permanence du commandement repose sur des systèmes de communications militaires nationaux multiples et résilients, utilisant des technologies différenciées, possédant leur propre alimentation électrique et aptes à résister aux menaces de type cybernétique ou électromagnétique. Les capacités de communication des armées seraient donc préservées, en cas de crise majeure, quel que soit l'état des infrastructures civiles. Pour autant, comme le souligne l'honorable parlementaire, le pigeon voyageur a présenté, au cours de l'histoire, un intérêt certain en matière de transmissions militaires. Sûr et endurant, il a souvent permis de s'affranchir de lignes de communication terrestres non sécurisées. Les armées disposent ainsi du dernier colombier militaire d'Europe sur le site du Mont-Valérien, en région parisienne. La France recense, en outre, près de 20 000 colombophiles amateurs, susceptibles d'apporter un précieux concours en cas de forte fragilisation des réseaux civils de télécommunications.

 



24/08/2012
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 776 autres membres