ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Centrafrique: pipeau et clarinette

bangui.jpg

 

Après l’envoi  de  400 hommes en Centrafrique afin d'aider les soldats de l'Union africaine dans le cadre de l'opération Sangaris, le chef des armées à Bangui a annoncé l’arrivée de renforts européens.

 

Il faut rappeler que devant la catastrophe humanitaire,  le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon,  avait exhorté à  plusieurs reprises  le renforcement de la présence militaire en Centrafrique. *

Ce renforcement selon un décompte de l’AFP se traduira par un apport d’environ 600 hommes sur les 1100 espérés,  composés d’un contingent disparate formé  d'une compagnie polonaise (140 hommes), d'une deuxième (comptant 100 à 150 hommes) qui regroupe des éléments provenant d'Estonie,  de la Lettonie, du Portugal et de la Roumanie, et d'une troisième, de 150 hommes, envoyée par la Géorgie. « Ce dernier pays n'est pas membre de l'Union européenne, mais espère ainsi accélérer son processus de rapprochement. Deux autres pays européens ont fait part de leurs intentions : la Finlande pour une trentaine d'hommes et la France pour une compagnie de 140 hommes ». Selon le Point. Ce serait donc une compagnie supplémentaire pour la France faisant passer les effectifs  français à 2140 hommes, mais cela reste à confirmer. Le FHQ (Force Headquarters) sera commandé par le général français Thierry Lion. L'OHQ (Operational Headquarters) implanté à Larissa (Grèce) sera commandé par Philippe Pontiès, secondé par un général grec avec un EM qui comptera 120 officiers européens.  Une troisième réunion de génération de forces est prévue la semaine prochaine à Bruxelles. L’Allemagne, l’Italie, l’Espagne pourraient fournir l’équivalent de une compagnie chacun. La Grand Bretagne reste en retrait.

 

Les forces françaises de renfort de 400 hommes sont articulées autour d’Un sous-groupement tactique à dominante infanterie, venant du Tchad, une compagnie d’infanterie, sur VAB et VLRA, un renfort blindé, provenant également de la mission Épervier au Tchad, des ERC90 Sagaie accompagnés probablement par des VBL et PVP et une capacité d’hélicoptères de manœuvre, (Puma), prélevée sur les forces présentes à Djibouti. Sans oublier un environnement logistique, et une capacité supplémentaire de commandement: un EMT (État-major tactique)

 

Ces renforcements français et européens profiteront essentiellement à soulager les troupes françaises dans la capitale afin qu’elle puisse  faire mouvement vers le nord où de nombreuses populations sont laissées sans secours. Ces forces resteront donc en première ligne et exposées.

Quant aux 90 gendarmes ils seront vraisemblablement la participation de la France  à la force Euro-RCA.

Bref on s’y perd un peu, mai l’essentiel est de dégager le maximum d’effectifs pour  dépasser la simple mission de reconnaissance-désarmement qui n’existe pas dans les manuels militaires, tout en sachant que dès que les forces françaises sont sorties du village ou de la petite ville, les crimes, viols et tueries continuent.

On ne peut pas solutionner un tel problème dans un tel pays plus vaste que la France, sans structure et Etat, uniquement par un saupoudrage de troupes aussi aguerries et  professionnelles qu’elles puissent l’être. L’ampleur de la tâche est immense, et la solution ne peut être uniquement et seulement militaire. Nous nous sommes engagés dans un sacré bourbier. 

 Il serait cruel de rappeler quelques affirmations du mois de décembre 2013  dans la bouche du Premier ministre: "Le Président de la République l’a dit très clairement : notre intervention sera rapide, elle n’a pas vocation à durer", dixit le premier ministre, lors du débat sans vote au Parlement sur l’opération française en Centrafrique.

Enfin, a-t-il dit, « j’entends les questionnements sur notre prétendu isolement. Non, la France n’est pas seule. Elle bénéficie du soutien politique de tous les membres du Conseil de sécurité des Nations unies. Le Secrétaire général des Nations unies a encore lancé, vendredi dernier, un appel d’urgence sur la situation en République centrafricaine. La France agit - je le répète - aux côtés des Africains, regroupés au sein de la Misca ».

Pipeau et clarinette..  Si ce n’est du mensonge, c’est de l’incompétence à moins que ce ne soit les deux.

 



28/02/2014
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 532 autres membres