ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Décès du Colonel TRASTOUR

Le colonel TRASTOUR en 1982.

http://daniel.trastour.over-blog.com/

 

 

Hommage du Colonel DEMAY.

 

Si vous le permettez, j'ajouterai quelques souvenirs et réflexions personnels à cet hommage.

Avec Daniel, nous nous sommes suivis à trois reprises en l'espace de 10 ans : deux fois à la MMFL et la troisième au Centre de Renseignement Avancé de Baden-Oos. A chaque fois, je l'ai accueilli ou retrouvé avec un réel plaisir.

Certes nous étions différents, et c'est heureux, sur la forme, le style et l'expression ; pas sur le sens de l'humour… Sur le fond nous étions en totale harmonie pour accomplir, sans esprit de recul, la mission essentielle qui nous était confiée au cœur du dispositif ennemi.

Il me semble utile de préciser qu'à nous deux, et à part égale, nous avons servi plus de quatorze ans à la MMFL sur les douze années qui ont précédé la chute du Mur de Berlin. J'ai le sentiment profond que nous étions de faux jumeaux et de vrais frères d'armes. Cette fraternité des armes, je souhaite l'étendre sans réserve aux autres cadres, notamment sous-officiers sur qui reposaient des charges de travail très, peut-être trop importantes. Et je me réjouis très sincèrement d'en retrouver certains ici, aujourd'hui. (*)

Je veux aussi évoquer la mémoire de notre camarade l'Adjudant-chef Philippe Mariotti, Mort pour la France. Il a été tué, sur le coup, dans un « accident-embuscade » de circulation par un attelage de 18 tonnes de la NVA, le 22 mars 1984 à Halle-Lettin. Il s'agissait là d'un crime d'Etat de la RDA, ourdi par la Stasi. Avec l'ouverture des archives, nous disposons aujourd'hui des documents officiels et des noms de ceux qui en ont préparé et réalisé l'exécution.

Je ne peux pas, non plus, oublier notre ami, et allié, américain, le Major Arthur Nicholson, abattu comme un chien par une sentinelle soviétique le 24 mars 1985, sur le terrain d'exercice Grabow 401, juste au sud de Ludwigslust.

Malgré ces drames, et aujourd'hui encore aux côtés de Daniel pour l'accompagner dans son ultime mission vers le Seigneur, force est de reconnaître que nous avons tous vécu à la MMFL la grande aventure de notre carrière : nous étions au cœur de l'actualité tout en écrivant une page de l'histoire en marche. Nous avons le sentiment d'avoir largement participé à la victoire de la guerre froide !

Enfin, avec j'en suis sûr l'autorisation de Daniel, je t'embrasse chère Astrid, avec beaucoup d'affection. Tu incarnes magnifiquement, et courageusement, ce qu'est une épouse de missionnaire. Dieu sait si nous avions besoin de vous et si votre rôle a été indispensable pour nous soutenir dans cette histoire parfois difficile…

 

- Merci !-

 

(*) Etaient présents, dans l'ordre chronologique d'affectation à la Mission : Pierre Bach, André Genevois, Bernard Valverde et Dominique Mathern.

 

 

 

Antibes, ce 3 novembre 2010.

 

Hommage du Président de l'Amicale des Anciens de la MMFL au Colonel Daniel Trastour.

 

Cher camarade missionnaire, cher Daniel,

 

Ne pouvant me déplacer, j'ai demandé au Colonel Francis Demay d'être mon interprète auprès de vous.

 

J'ai fait votre connaissance en 1985 lorsque je vous ai reçu à la Mission Militaire Française de Liaison près du Haut commandement soviétique en Allemagne alors que vous veniez d'y être affecté comme chef des opérations de la section Terre, pour un deuxième séjour, après un précédent comme officier de liaison de 1979 à 82.

J'avais été prévenu au sujet de votre personnalité, forte et contrastée, votre style non conventionnel, votre goût pour la fête et votre humour caustique, qui vous auraient attiré quelques inimitiés dans le passé. Et je dois avouer que ce premier contact ne fut pas particulièrement chaleureux.

Mais, au delà de ces aspects bien réels, j'ai rapidement découvert et apprécié un officier solide, très attaché aux valeurs militaires telles que l'honneur, le courage, la solidarité. Vous aviez gardé le goût du risque, le sens du travail en équipe, l'esprit de corps des parachutistes, acquis au cours de vos précédentes affectations au 13ème  Régiment de Dragons Parachutistes.

Chaleureux et proche de vos hommes, plus attaché à l'adhésion personnelle de vos subordonnés qu'à l'exercice d'une autorité hiérarchique, vous paraissiez comme un efficace chef de meute lancée à la chasse aux renseignements sur nos ennemis potentiels.

En fait, votre autorité reposait sur votre incontestable compétence professionnelle d'officier de renseignement, sur votre expérience et sur ce sens aigu de l'observation permettant de déceler une proie avant qu'elle ne se manifeste.

En outre, vous étiez un excellent linguiste, maniant avec aisance et assurance aussi bien le russe que l'anglais, ce qui était un atout précieux dans le métier paradoxal que nous pratiquions, fait de confrontations sur le terrain avec notre ennemi potentiel et de rapprochements avec notre adversaire soviétique dans nos fonctions protocolaires de liaison qui fondaient la légitimité de la MMFL.

 

Mais c'est face à l'adversité que se révèlent la véritable nature et la grandeur d'un homme. Face à un danger mortel il n'y a pas d'artifices.

Vous avez affronté la maladie avec lucidité, et loin d'être abattu vous avez relevé le défi avec courage et j'oserai dire avec panache, endurant tout, souffrances et infirmités, avec dignité, sans plaintes, et vous êtes parti en homme, en soldat.

 

Au nom de vos camarades, anciens de la MMFL, je souhaitais non seulement vous rendre hommage au moment de votre départ pour le grand voyage vers l'éternité, mais je voulais aussi m'incliner devant le chagrin et la douleur que votre épouse Astrid et vos enfants éprouvent de perdre un mari, un père qu'ils aimaient et admiraient.

Ils se sont révélés dans cette longue et terrible épreuve que vous avez traversée dignes de vous et de votre force de caractère.

Chère Astrid, nous partageons votre peine et nous vous présentons toute notre sympathie et notre affection.

 

À Dieu, Daniel.

 

Signé : Général (cr) Jean-Paul Huet, chef de Mission 1983-1986

 

 

Commentaire:

 

J'ai servi à la MMFL avec le "capitaine" TRASTOUR alors qu'il était chef d'équipage lors d'un premier séjour à la MMFL. Nous avons découvert ensemble, chacun dans notre propre sphère, la réalité de ces missions particulières, nous nous sommes appréciés et parfois opposés, l'un comme l'autre ayant de fortes personnalités. je lui rends hommage aujourd'hui, comme je l'avais fait précédemment, lors d'une rencontre il ya 5 ans de cela. C'était un soldat, avec ses qualités et ses défauts, un officier de coeur, il rejoint le paradis des hommes justes.. Bon vent..

 

Roland PIETRINI



05/11/2010
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 831 autres membres