ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Espagne et devoir de mémoire..

Je remercie Jacquet  qui nous donne quelques éléments de réflexion sur   l'approche différente que peuvent avoir certains pays à propos  du devoir de mémoire.. Le notre nous renvoie, sans cesse,  à une culpabilisation malsaine..

 

L'Espagne, quant à elle,  à propos de la campagne du RIF a une approche radicalement différente...

 

  " Peut-on raisonnablement imaginer notre président de la république, en présence des Corps constitués, décorant de la Grand-Croix de la Légion d’honneur, le REP, pour sa défense héroïque lors de la retraite de Cao Bang." La question mérite d'être posée?  

 

Je  crains que de nombreuses associations  ( bien-pensantes) s'y opposent.  En France, les morts sont l'objet de luttes idéologiques et politiques..  Il est temps de reconnaître à tous nos morts le droit à la reconnaissance de la nation  que les vivants ont tant de mal à défendre..  Tous nos morts  l'ont été au nom de la nation. 

 

 

Petit souvenir d’Espagne.

 

      Le premier octobre 2012, au palais royal de Madrid, en présence du Chef du Gouvernement  Mariano Rajoy , des plus hautes autorités, civiles, religieuses et militaires espagnoles

      Le roi Juan Carlos a remis au régiment de cavalerie «Cazadores de Alcantara» la cravate de l’ordre de San Fernando, la plus haute décoration militaire espagnole.  Ceci pour récompenser sa bravoure et son sacrifice lors de la campagne du Rif en 1921.

Ce régiment s’étant sacrifié pour protéger la retraite des troupes espagnoles devant les tribus rifaines d’Abd el Krim , lors de la bataille d’Anoual,notamment, les 21 et 23 juillet 1921.

 

    Cette commémoration  m’amène deux réflexions,  n’engageant, bien évidemment que moi :

 

    Qui a connaissance, aujourd’hui, en France de cette campagne du Rif où nous étions alliés des Espagnols ? Le gouvernement de l’époque  y envoya même des soldats du contingent Personnellement j’en ai connu un, artilleur de montagne, qui blessé par une balle entrée à l’épaule et ressortie au bas des reins, fût évacué par mulet brancardier (trois jours sur les chemins de montagne de l’Atlas marocain !  )

    Le général en chef français s’appelait Pétain. Un des officiers espagnols gravement blessé à la tête de ses Légionnaires était le Commandant Francisco Franco ; il fût d’ailleurs décoré de la Légion d’honneur par  Pétain et celui-ci reçu la Grand-croix du mérite militaire espagnol des mains du roi Alphonse XIII. Le Colonel, commandant le régiment Alcantara était le Colonel Fernando Primo de Rivera.

    Curieux le fait, de voir rassemblé sur ce théâtre d’opération ces noms qui laisseront une trace dans l’histoire .Je ne porte pas de jugements sur cette trace ultérieure.

    Insolite aussi de voir réunis sous l’Arc de Triomphe, pour fêter la victoire : Aristide Briand , président du conseil, futur prix Nobel de la Paix ,Edouard Herriot ,radical assumé, Paul Doumergue, tous membres du Cartel des Gauches, Philippe Pétain , le dictateur Primo de Rivera , le Sultan du Maroc Moulay Youssef.

 

    La cérémonie espagnole du premier octobre 2012, quatre-vingt-onze ans après les faits prouve que nos voisins ont une  conception de leur passé militaire, différente de la nôtre.

   Peut-on raisonnablement imaginer notre président de la république, en présence des Corps constitués, décorant de la Grand-Croix de la Légion d’honneur, le REP, pour sa défense héroïque lors de la retraite de Cao Bang.

 

  Les Espagnols eux, ont dit à cette occasion « nos héros sont nos héros. Quel que soit le conflit auquel nos soldats ont participé ; leur sacrifice mérite notre reconnaissance.» (Lu dans la presse espagnole)

  A méditer en France….

 

    Si vous visitez la Cathédrale de Tolède, vous y verrez, exposée parmi les autres pièces du trésor un objet offert par le Maréchal Pétain.( visite = octobre 2012 )

 

 Jacquet



21/12/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 568 autres membres