ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Faisons le point!

Il est parfois bon de prendre du recul.. L’été y est propice.. En faisant le bilan provisoire de l’actualité que j’aurai pu commenter, des réactions que j’aurai pu avoir, je me dis que je n’ai finalement pas raté grand-chose..

 

L’affaire Tapie qui est le fil rouge d’une crise qui n’en finit pas, révélatrice des années fric et sans morale,   les comptes de campagne de  Sarkozy invalidés par la plus haute instance du pays, le trou abyssal du déficit qui se creuse, l’impopularité d’un Président qui décidément n’arrive pas à toucher le cœur des Français, il parait si peu apte à mener un bateau à la dérive qui menace de couler, à moins qu’un miracle n’intervienne, mais Bernadette Soubirous a les pieds dans l’eau..  Un autre président qui attend, sur son île d’Elbe prêt à nous jouer le coup des cent jours, petit Napoléon de circonstance ? Où sont nos grands hommes de l’histoire ? Nos Richelieu, nos Clemenceau, nos de Gaulle ?

 

Puis pour revenir sur un sujet qui nous est cher, « la défense », il semblerait qu’il y a eu de l'ambiance à la dernière session du Conseil supérieur de la fonction militaire entre les militaires et les conseillers de Le Drian.  Selon Jean Guisnel du Point, toujours bien informé, « des dérapages se sont produits après la réunion. Le cabinet du ministre aurait exigé que le colonel Marc B., qui dirige le bureau Fonction militaire de l'état-major des armées et se trouve à ce titre chargé des relations avec le CSFM, soit retiré de la liste des officiers nommés au Centre des hautes études militaires (CHEM) et de l'Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN) pour l'année 2013-2014. Le même cabinet a également exigé que le colonel Walter L., secrétaire général du CFM-Terre, soit relevé de ses fonctions, le cabinet estimant que l'armée de terre est à l'origine de la contestation. On le voit, l'ambiance est torride et les états-majors entrent de nouveau en ébullition. Pour cet officier exaspéré, "au moment où le CSFM remplit son rôle en toute transparence, dignité mais fermeté, le cabinet lance une chasse aux sorcières punitive. Afin de ne pas être trop voyant, il ne vise pas directement les membres du CSFM, mais les officiers d'état-major qui travaillent avec eux et qui ont toujours cherché à ce que la concertation conserve sa dignité et son caractère réglementaire. Le ministère dément toute sanction…

 

Bref la concertation, dans l’esprit du ministre de la défense dont le visage reflète tout le poids de la fonction, a des limites - Celles qui consistent à ne contester que ce qui est contestable – c'est-à-dire RIEN.  Le major général Pierre de Villiers ( que j’apprécie par ailleurs)  je connais personnellement son côté humain, aurait proposé la suppression de l'indemnité de garde de week-end et de la prime de TAOPM, quant à Bercy, c’est la suppression  de la  réduction de 75 % par rapport au plein tarif normal et d’une réduction de 75% sur le tarif Pro pour les trains à réservation obligatoire qui est visé..

 

Autre évènement qui serait resté dans l’ombre comme tant d’autres,  le 7 décembre 2007, le lieutenant Boissard  (gendarmerie)  de l’escadron 11/5 s’est donné la mort, avec son arme de service, dans les locaux de son unité à Bron près de Lyon. Sa veuve fait une demande de pension, celle-ci lui est refusée. Elle fait appel, et le tribunal des pensions lui donne raison. La sous-direction des pensions, au ministère des Armées fait alors appel à son tour, et est débouté. Le problème était de savoir su oui ou non,  le suicide était imputable au service.. Pour les circonstances lire : Armée Média  http://www.armee-media.com/2013/07/05/suicide-du-lieutenant-b-le-general-brachet-n%E2%80%99est-pas-responsable-cqfd/

 

On le voit bien, le credo est de faire des économies, tout azimut et à tout prix, au mépris parfois des réalités, en prenant le risque de créer quelques injustices parfois au détriment des plus faibles. Nous verrons défiler le 14 juillet des Armées magnifiques et pimpantes sur fond de  commentaires hypocrites et non dénués de calcul. ( Il faut bien, pour certains,  conserver l’accès au buffet garni des ministères)  Reste la dure réalité du quotidien, celle qu’il convient de taire pour ne pas démoraliser un peu plus ceux qui croient encore en l’utilité de leur tache et en la reconnaissance de la nation.  

 

 



09/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 817 autres membres