ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Israël - Gaza : Sisyphe à Gaza

 

Une analyse de Michel Goya avec l’aimable autorisation de l’auteur que je remercie vivement.

 

Cette analyse que je trouve particulièrement juste démontre une nouvelle fois l’impasse dans laquelle se trouve Israël, contrainte à s’engager dans un nouvel affrontement  tout autant stérile que les précédents, puisque l’on sait bien que le Hamas gagne à tous coup la guerre de la communication et que les pertes côté palestinien ne feront que renforcer la haine conte Israël, à défaut de cohésion et d’adhésion réelle aux objectifs du «  Hamas : Mouvement de résistance islamique ».  Mouvement politique essentiellement issu des Frères musulmans, qui continue à  affirmer que « la terre de Palestine est une terre islamique » et prône par conséquence la destruction de l'État d'Israël et l'instauration d'un État islamique palestinien sur toute la terre de l'ancienne Palestine mandataire  incluant les actuels État d'Israël, Cisjordanie et bande de Gaza..

 

Il n’y pas de guerre  sans but de guerre, le but « tactique » déclaré par Israël est celui de détruire les tunnels, ce sont les objectifs désignés, le second est de faire prendre conscience à la population prise en otage par les brigades Al-Qassam, branche armée du Hamas, et leurs alliés qu’une issue existe, celle de se retourner contre ces fanatiques (Al Qassam), adeptes de la destruction d’Israël.

 

Sauf que ce pari est loin d’être gagné.  Les manifestations pro-palestiniennes singulièrement en France démontrent que le Hamas use et abuse de son principal atout,  y compris à l’étranger, celui de la sensibilisation de l’opinion à la victimisation de la population de Gaza.  Le Hamas est loin d’avoir perdu la main, il tente de pousser Israël  à dépasser le seuil où l’opinion mondiale ne suivra plus et condamnera Israël pour crime de guerre.  Une guerre dans laquelle, Israël a forcément le plus mauvais rôle, celui d’agresseur et d’assassins d’enfants, en faisant oublier très vite la mise en otage aveugle et méprisante de la population de Gaza par Al-Qassam.

 

 La guerre des images est toujours perdue par le plus fort et la chevauchée des Merkava (char -à chevaux- en hébreu biblique) pénétrant dans la cité des malheurs et de la haine renforce une opinion mondiale toujours prête à confondre Israël, sionisme et judaïsme.

Le Hamas est donc en position de force puisque pour Israël,   « Il ne s’agit plus, comme en 2008, d’envoyer des colonnes blindées très protégées dans la zone la moins dense de Gaza dans un engagement plus symbolique que réellement efficace, mais de pénétrer dans des zones urbanisées et densément peuplées » Au risque de perdre son âme.  Nepesh en hébreu.  L’âme est proche du sang – (je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal ; et je redemanderai l'âme de l'homme à l'homme, à l'homme qui est son frère). Lévitique

 

 

R.PI

 

 

Sisyphe à Gaza

 

All Ground War.jpg

 

Après vingt jours de combats l’opération israélienne Bordure protectrice arrive à un tournant qui autorise une première analyse militaire.

 

A voir et à venger

 

Bordure protectrice est après Pluie d’été (2006), Plomb durci (2008-2009), Pilier de défense (2012), la quatrième opération de même type contre le Hamas, avec sensiblement les mêmes objectifs énoncés (« punir » et faire cesser la menace contre la population israélienne) et les mêmes modes d’action. Le Hamas a de son côté répondu par une habituelle campagne de frappes à distance mais aussi et, c’est plus nouveau, par des raids ou des tirs directs en territoire Israélien.

 

La campagne de frappes par missiles et roquettes, malgré l’apparition de projectiles comme les missiles M-302 à longue portée (160 km et donc capables de frapper Tel Aviv et Jérusalem) et à grande puissance (charge de 140 kg d’explosif), est toujours aussi peu létale pour les civils israéliens puisque « seulement » deux en ont été victimes. Sachant que la mortalité moyenne de la population israélienne sur vingt jours est d’environ 2 300 personnes, on peut même considérer qu’en perturbant la vie courante (en réduisant par exemple la circulation automobile) le nombre de décès a peut-être même diminué durant la même période. Ce résultat, comparable à celui des trois autres opérations (respectivement 2, 3 et 4 pertes civiles) est à attribuer en partie à l’efficacité du système d’interception « Dôme de fer », le plus sophistiqué du monde en la matière, mais surtout au système d’alerte et de protection de la défense civile.

 

Les brigades Al-Qassam, branche armée du Hamas, et leurs alliés, persistent cependant dans cette voie apparemment stérile car c’est un témoignage visible, de la persistance de leur volonté de combattre et, vis-à-vis de la population palestinienne, de ne pas subir sans riposter. Le deuxième résultat est la perturbation de la vie économique, et même de la vie tout court, israélienne placée sous une épée de Damoclès. Plus qu’une augmentation des pertes, le résultat de l’emploi de projectiles à plus grande portée (en fait plus facilement repérables et destructibles que les petites roquettes) est une augmentation de la surface de danger et donc de désorganisation. Combinée au coût d’emploi du système Dôme de fer, très supérieur à celui de l’artillerie à longue portée du Hamas, et de la mobilisation de presque 70 000 réservistes, cette perturbation rend économiquement très rentable l’emploi de celle-ci dans le cadre d’une guerre d’usure. Quant à la faible mortalité des projectiles, c’est finalement un avantage non-voulu dans la mesure où la disproportion systématique avec les pertes civiles palestiniennes finit toujours par éroder, au moins au niveau international, les justifications de l’opération israélienne de représailles. Cette image internationale, mais peut-être pas l’image du Hamas en interne, serait cependant encore favorisée si ces frappes palestiniennes, qui ne peuvent frapper que des civils et justifient ainsi l’accusation de terrorisme, n’existaient pas et que les pertes civiles étaient à sens unique.

 

Du côté israélien, le largage des centaines de projectiles dans un espace où la densité dépasse 4 700 habitants par km et alors que l’ennemi n’est pas une armée régulière mais une milice ne peut, malgré la précision des armes, les précautions et avertissements, manquer de frapper massivement la population. Pour la quatrième fois donc, Israël s’est donc engagée dans une campagne dont on savait qu’elle ferait des centaines de victimes civiles, en s’appuyant sur l’excuse, faible, du bouclier humain et l’espoir inavoué, mais toujours déçu, que la population palestinienne finira par se retourner contre le Hamas, responsable de telles calamités. Il s’agit surtout, comme l’expliquait Samy Cohen dans Tsahal contre le terrorisme, d’un transfert aux Palestiniens du principe de riposte disproportionnée, appliquée jusque-là aux Etats arabes et à leurs armées, en négligeant le fait que les cibles ne peuvent être les mêmes et en oubliant que cette recherche de l’écrasement n’a trouvé de fin que lorsque l’armée égyptienne y a échappé au début de la guerre du Kippour, permettant, par l’honneur sauvé, d’envisager enfin la paix. Cette nouvelle campagne va donc éliminer à nouveau quelques centaines de combattants du Hamas (sur des dizaines de milliers), quelques personnalités du mouvement (vite remplacés, parfois par plus compétent ou intransigeant) et quelques infrastructures (vite reconstruites). On ne sait donc pas vraiment, en tout cas pas visiblement, si le Hamas va s’en trouver affaibli.

 

Retour à la terre

 

La nouveauté de cette opération est la réapparition du combat terrestre et d’un combat terrestre meurtrier pour Tsahal, puisqu’avec, à ce jour (28 juillet), il déplore 43 soldats tués, soit bien plus que lors des trois opérations précédentes (avec respectivement 5, 10 et 2 morts) ou même que lors de l’opération Rempart lorsque, du 29 mars au 3 mai 2002, l’armée israélienne avait réoccupé et nettoyé les six villes palestiniennes autonomes de Cisjordanie et perdu 30 hommes. On reste évidemment très loin des 3 000 morts israéliens de la guerre du Kippour et même des 657 de l’opération Paix en Galilée en 1982 au Liban, mais dans le cadre d’un affrontement avec un rapport de forces très asymétrique, ces pertes constituent un évènement saillant. Il est en effet rare lorsqu’on dispose de tels moyens d’aboutir à un ratio de pertes de seulement 8 combattants du Hamas tués pour un israélien. Lors de l’opération Plomb durci, ce rapport avait été, selon les sources, de 60-70 pour 1.

 

Cette évolution est d’abord le résultat d’innovations tactiques de la part d’Al-Qassam qui a su doubler l’action de l’artillerie à longue portée d’une nouvelle capacité d’action sur les bords de la limite entre Israël et la bande de Gaza malgré la présence de la barrière de sécurité. Pour contourner cette barrière par le bas, les combattants palestiniens ont, comme dans toute guerre de siège, développé un réseau de tunnels d’attaque (« tunnels terroristes » selon le Premier ministre israélien) permettant de surgir à l’intérieur même du territoire israélien. Ils ont également tourné la barrière par le haut par l’emploi de drones mais surtout depuis les hauteurs d’armes de tir direct à la fois précise et à longue portée comme les missiles antichars Kornet (5 000 mètres de portée, voire 8 000 pour les versions les plus sophistiquées) ou les fusils de tireurs d’élite comme le Steyr HS .50 capable d’envoyer un projectile de 12,7 mm à 1500 m. Rien d'étonnant dans tout cela et rien qui n'existait déjà depuis des années attendant d'être développé. 

 

Cette menace sur les bordures impose de doubler la barrière d’une présence militaire, ce qui offre déjà des cibles militaires aux Palestiniens, et, pour tenter d’y mettre fin, de pénétrer plusieurs kilomètres à l’intérieur du territoire de Gaza. Il ne s’agit plus, comme en 2008, d’envoyer des colonnes blindées très protégées dans la zone la moins dense de Gaza dans un engagement plus symbolique que réellement efficace, mais de pénétrer dans des zones urbanisées et densément peuplées. On se retrouve ainsi plus dans la configuration des combats de Jénine en 2002 où, dans ce contexte de petits nombres, il suffit d’une seule embuscade réussie de la part des Palestiniens, de la destruction d’un seul transporteur de troupes (hélicoptère ou transport terrestre) ou simplement de la capture d’un seul homme pour obtenir un « événement » et donc une victoire, cela quelles que soient ses propres pertes. Les miliciens du Hamas, mieux équipés malgré le blocus (c’est de l’armement léger facilement dissimulable) et sans doute mieux entraînés qu’avant, ont réussi ainsi apparemment quelques coups qui ont suffi à faire monter très vite le chiffre des pertes militaires israéliennes.

 

Avec 43 hommes tombés au combat, on est déjà entré dans une zone de doute et celui-ci est d’autant plus fort que l’on perçoit que cette nouvelle opération ne sera pas plus décisive que les précédentes. Certaines familles commencent à mettre en cause le pourquoi du sacrifice de leur fils si c’est pour recommencer dans deux ans comme cela semble être désormais la norme, et ces familles sont suffisamment nombreuses pour atteindre le seuil critique qui affecte l’opinion.

 

C. Pour le gouvernement israélien, le bilan, visible au moins, de l’opération Bordure protectrice est pour l’instant très inférieur à celui de Plomb durci et de Pilier de défense. Il ne reste alors que deux voies possibles, celle de l’arrêt immédiat en acceptant, comme lors des opérations précédentes, une offre de trêve du Hamas et en se contentant de l’arrêt des tirs et de l’élimination de quelques centaines de combattants pour proclamer la victoire ou celle de la poursuite de l’engagement, au risque d’une fuite en avant à l’issue incertaine, afin obtenir des résultats plus en proportion des pertes subies. Dans tous les cas, il est très possible que cette opération soit la dernière du genre et en attendant la paix, fort improbable tant que perdurera l’occupation de Gaza et de la Cisjordanie, il est impératif que Tsahal retrouve l’imagination qui faisait sa force.  

 

Publié par Michel Goya à 7/28/2014 - http://lavoiedelepee.blogspot.fr/

 



29/07/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 592 autres membres