ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

La politique d’intervention de la France est-elle crédible ?

 800px-059_French_Foreign_Legion.JPG

 

 

 

Alors que la France est toujours en Afghanistan (on l’oublie) au Liban ( c’est oublié) au Mali et désormais en RCA, pour ceux qui douteraient de l’utilité de nos armées voici, à l’issue de cet article,  la liste des interventions extérieures (connues) hors forces spéciales et DGSE dans lesquelles la France a été impliquée ces toutes dernières années.

 

Or si nous avons renforcé depuis 20 ans nos forces spéciales, qui sont probablement parmi les plus performantes au monde à la fois par l’expérience acquise et leur organisation cohérente en groupement inter-armées compétent dans les trois domaines d’interventions, terre-air-mer. Mais cela s’est fait au prix d'une diminution drastique de nos moyens plus classique, ( le nucléaire étant exclu du domaine de réflexion) d’un étalement des programmes, d’une réduction des effectifs.

 

Chacun le sait, il est inutile de rabâcher sans cesse, la litanie des sous-capacités flagrantes dans le domaine du renseignement, de la logistique, de la projection, développant le dogme  de la juste suffisance qui est devenue au fil des temps de la l’injuste insuffisance.   

 

Demain,  et le livre blanc ne l’évoque pas, un conflit pourrait se déclencher aux portes de l’Europe entre pays de plus en plus instables, Biélorussie, Ukraine, Russie, avec une  Pologne directement impliquée.  L’OTAN et donc la Turquie et L’Europe ne pourraient rester hors du jeu. 

 

Qu’aurions-nous alors comme moyens humains et matériels, sinon un embryon d’armée possédant tous ce qu’il faut, pas forcément là où il faut, mais en un stade embryonnaire.  Forces blindées  et artillerie squelettiques, réserves formées insuffisantes. Ce scénario catastrophe n’est pas une vue de l’esprit mais une hypothèse,  renforcée par les crises profondes dans lesquelles comme une suite de vagues sans fin, l’Europe et sa frange asiatique  et africaine sont touchées.

 

Il nous reste donc notre sphère de compétence: l’Afrique, pour laquelle nous nous engageons isolés, sans espoir de récolter les fruits économiques de  sa participation au développement. 

 

La politique de la France en Afrique est-elle crédible au delà des bons sentiments? Jusqu'à quand aurons-nous les moyens de faire tout, avec pas grand-chose,  pour un résultat à long terme loin d'être acquis, puisque nous nous retrouvons seuls avec des pays africains, hormis le Tchad, incapables militairement de régler les problèmes de l'Afrique sans une nation cadre telle que la France.  Notre diplomatie montre ses muscles mais " celui qui gouverne doit prendre soin que les vivres ne manquent pas, que les forces militaires suffisent, et que le peuple lui donne sa confiance" Confucius; nos gouvernants devraient s'en souvenir. 


Opérations de responsabilité nationale

  • Au titre de l'Opération Heraclès (partie française de Liberté immuable nous  participons  encore à la formation de l'Armée nationale afghane sur demande du gouvernement Afghan.
  • A partir de 2003 de dans le cadre de l’Opération Arès nos  forces spéciales entre dans la lutte contre le terrorisme (environ 200 hommes) en Afghanistan sur demande du gouvernement Afghan.
  • en Côte d'Ivoire, Opération Licorne à partir de septembre 2002. Intervention pour mettre fin à la guerre civile en Côte-d'Ivoire. Surveillance de la ligne de front.
  • Opération Épervier (Tchad), opération débutée en 1986, elle est en quelque sorte toujours active.
  • Opération Corymbe : La marine nationale assure une présence au large des côtes d’Afrique de l’Ouest depuis 1990. Ses missions sont: apporter un soutien à toute opération qui pourrait être ordonnée pour la sauvegarde de nos ressortissants et de nos intérêts dans la zone. C’est le cas depuis le début de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire et d'affirmer l’intérêt que porte la France pour la situation des pays bordant le golfe de Guinée.
  • Opération Providence : le TCD Orage a participé le 9 juin 2003 à l’évacuation de 535 ressortissants (dont 133 US) de Monrovia au Libéria.
  • Opération Baliste: évacuation de ressortissants au Liban depuis l'intervention d'Israël en juillet 2006
  • Opération 14 Juillet: Tentative avortée entre le 9 et le 14 juillet 2003 de récupérer Ingrid Betancourt, femme politique franco-colombienne et otage des FARC.
  • Opération Harmattan: opération française en Libye du 17 mars au 29 mars 2011, date à laquelle les forces françaises rejoignent l'OTAN au sein de l'Opération Unified Protector.
  • Opération Serval: opération française au Mali à partir du 11 janvier 2013.
  • Opérations sous pavillon de l'Union européenne 
  • Opération Concordia : Macédoine, a pour mission de conseiller les autorités macédoniennes vers les standards européens en matière d'État de droit en développant la lutte contre le crime organisé, en soutenant la réforme du ministère de l'intérieure et de la police des frontières (2003 ?).
  • Opération Artémis : maintien de la paix dans la région des grands lacs (Afrique de l'Est) (2003).
  • Opération Astrée, dans le cadre de l'opération Althea de l'EUFOR Althea, en Bosnie-Herzégovine en décembre 2004.
  • Opération Proxima : Le 29 septembre 2003, les ministres des affaires étrangères des pays de l’Union Européenne ont entériné la création de la mission de police de l’Union Européenne (EUPOL), en vue de l’opération Proxima. Cette dernière a succédé à l’opération Concordia le 15 décembre 2003.
  • EUFOR Tchad/RCA : L'accord a été donné lundi 28 janvier 2008 à Bruxelles pour le déploiement d'une force militaire européenne composée de 3 700 hommes issus de 14 pays européens dont les principaux contributeurs sont la France, l'Irlande et la Pologne et elle se déploiera au Tchad et en République centrafricaine (RCA). L'objectif principal de cette force est la sécurisation des camps de réfugiés dans les deux pays (estimés à 723 000 dont 241000 soudanais réfugiés au Tchad, 3 000 soudanais réfugiés en RCA, 179 000 réfugiés tchadiens internes et 300 000 réfugiés centrafricains internes - seuls 20 000 de ces derniers, situés au Nord-Est du pays, seront sous protection de l'Eufor) et de la frontière entre la province soudanaise du Darfour et le Tchad et la RCA. L'Eufor doit par ailleurs assurer la protection du personnel et de l'infrastructure de l'ONU (HCRPAMOMSPNUD), des ONG opérant dans les camps de réfugiés et faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire dans les deux pays et à destination du Darfour.

800px-053_French_Foreign_Legion.JPG

 

  • Opérations sous pavillon de l'OTAN

 

 

  • Opérations sous pavillon de l'ONU

 

  • Opération Carbet en Haïti avec les États-Unis (2004).
  • Opération Licorne en Côte d'Ivoire (sous mandat onusien depuis 2002).
  • MINURSO (Mission d'Observation des Nations unies pour l'organisation d'un Référendum au Sahara occidental : Créée en avril 1991 par la résolution 690 du Conseil de sécurité, ce détachement de 230 militaires (dont 25 Français répartis sur 11 sites) surveille les activités des forces en présence ainsi que la préparation du référendum sur le statut final.
  • MINUEE (Mission des Nations unies en Éthiopie et en Érythrée) : Créée le 31 juillet 2000 par la résolution 1312 du Conseil de sécurité de l’ONU, la MINUEE est chargée de superviser et vérifier les mouvements des forces en présence et de veiller à l'instauration d'une zone démilitarisée et au respect de celle-ci. La force déployée est de 4200 hommes dont 220 observateurs. La France fournit 1 officier à l’état-major de la MINUEE.
  • MONUC (Mission des Nations unies en République démocratique du Congo) : La MONUC est créée le 30 novembre 1999 par la résolution 1279 du Conseil de sécurité des Nations unies. La France a contribué indirectement à cette opération de maintien de la paix par une aide à l’instruction et à la mise sur pied des bataillons marocain et sénégalais. En outre, elle participe au soutien logistique du contingent sénégalais.
  • MINUK (Mission Intérimaire des Nations unies au Kosovo) : Créée par la résolution 1244 du Conseil de sécurité du 10 juin 1999, la MINUK est chargée d’administrer le territoire et la population du Kosovo et est investie, à ce titre, de tous les pouvoirs, législatifs, exécutifs et judiciaires. La participation militaire française au sein de la "MINUK-Police" est de 74 gendarmes, déployés sur l’ensemble du Kosovo.
  • MINUL (Mission des Nations unies au Libéria) : Créée par la résolution 1509 du 19 septembre 2003, la MINUL a relevé la force de la CEDEAO forte de 3500 hommes (en absorbant ses effectifs) le 1er octobre 2003. Cette force comprend 15 000 hommes dont 250 observateurs depuis février 2004. C'est, en termes d'effectifs, la plus importante opération de maintien de la paix des Nations unies. La France participe à l’UNIMIL à hauteur d’un officier depuis le 9 septembre 2003.
  • MINUSTAH (Mission des Nations unies de Stabilisation en Haïti) : Créée par la résolution 1542 du Conseil de sécurité des Nations unies en avril 2004, la MINUSTAH contribue à la stabilité en Haïti. La France participe à cette force (2 officiers insérés dans l'état-major, 40 policiers et 39 gendarmes).
  • ONUCI (Mission des Nations unies en Côte d'Ivoire) : Créée par la résolution 1528 du Conseil de sécurité de février 2004, l'Onuci assure son mandat en coordination avec les forces françaises. Elle observe le cessez-le-feu et les mouvements des groupes armés. Elle aide le gouvernement de réconciliation nationale pour le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion. Enfin elle appuie les opérations humanitaires et la mise en œuvre du processus de paix.
  • ONUST (Organisation des Nations unies pour la Surveillance de la Trêve) : Cette force d’observation, initialement déployée pour contrôler la trêve dans le cadre du conflit israélo-arabe de 1948, assure également aujourd’hui le renforcement ponctuel de la FINUL au Liban et de l'UNDOF (UN Desengagement Observation Force) dans le Golan.
  • FINUL (Force Interimaire des Nations unies au Liban) ou Opération Hippocampe, depuis mars 1978 puis opération Daman à partir de l'été 2006.

 

 

  • FMO (Force multinationale et observateurs au Sinaï) : la FMO est une organisation indépendante de l'ONU entrée en activité en 1982. Elle a été mise en place par le traité de paix de Camp David du 26 mars 1979 entre Israël et l'Égypte et par le protocole du 3 août 1981 entre ces deux pays. Elle est chargée de contrôler la bonne application de ces documents.
 


06/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 776 autres membres