ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Le temps des Massacres, faites des choix!

 

attentat de Nice 1.png

 

 

 

Lorsque sera passé l’instant de la commisération et des larmes, des messes et des redites, des discours et des emphases, des drapeaux en berne, des marches blanches, lorsque les fleurs auront fanées et que les nounours déposés sur les  lieux où ont été  assassinés des enfants innocents, (pléonasme),  le sang  aura séché,  alors il faudra bien  qu’à un moment ou à un autre la colère s’exprime.

 

Non pas une colère aveugle, mais une juste colère, une  charown (colère en hébreu) , celle d’un Moïse,  par exemple, lorsque L'Eternel lui dit: « Assemble tous les chefs du peuple  et fais pendre les coupables devant l'Eternel en face du soleil afin que la colère  ardente de l'Eternel se détourne d'Israël ». Car si nous ne combattons pas ces monstres avec nos armes civilisatrices, alors ces monstres nous contraindront à nous convertir, non pas à leur Islam, mais à leur monstruosité.

 

Depuis de nombreuses années nous sommes un certain nombre à dénoncer nos lâchetés, nos erreurs et nos faiblesses.  Nous savons aussi que  d’autres massacres auront lieu et face à ces attaques de terroristes massacreurs, tuant au hasard dans le seul but de répandre la terreur et le sang,  afin de briser notre résistance et notre résilience dans l’espoir de nous soumettre, nous paraissons désarmés.  Ils se considèrent, eux, comme les combattants d’un  Dieu sublimé et vengeur, ils sont,  sans le savoir, les  parfaits exécutants d’une stratégie dont ils sont les instruments  et qui les dépassent.

 

Manipulés et endoctrinés par des Imans et des chefs pervers, ils  appliquent à la lettre les préceptes d’un Islam morbide en considérant   qu’ils sont les combattants de la Vérité, en appliquant probablement un coran qu’ils n’ont jamais lu pour la plupart,  mais qui indique ; « qu’à la fin des temps, apparaîtront de jeunes gens aux idées folles. Ils parleront bien, mais ils sortiront de l’islam comme une flèche sort de son jeu, leur foi ne dépassera pas leur gorge. Ainsi, partout où vous les trouvez, tuez les, il y’aura une récompense pour ceux qui les tueront au jour de la résurrection »  Sahih Bukhari Volume 6, livre 61, Numéro 577.

 

C’est ainsi que nous,  les mécréants que nous sommes,  sont rejoints par les apostats,  musulmans sans foi où n’appliquant pas  les préceptes de la foi. Cet ordre de tuer  provient essentiellement de la Sounna, le Coran,  en revanche,  ne comporte aucun verset qui ordonne indiscutablement de tuer l'apostat, mais déverse un torrent de haine à son égard en lui promettant l'enfer.

 

Tuer les mécréants et les apostats est donc non seulement permis mais encouragé, puisque la mécréance est l’opposé de la croyance, tout comme l’obscurité est l’opposé de la lumière. Malheur à ceux qui ne veulent pas entrer dans la lumière en se soumettant à l’Islam,  nous  n’avons  alors pas plus d’importance que des chiens, symbole d’impureté,  et notre choix est  soit celui de  la conversion soit la mort.

 

Ainsi, le 14 juillet 2016, un certain Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien de 31 ans inconnu des services spécialisés et que plusieurs proches décrivent comme « n’ayant pas toute sa tête », accueilli et nourri par notre République est devenu consciemment ou pas, ce qui n’a aucune espèce d’importance,  l’instrument  et le bourreau d’un massacre parfaitement instrumentalisé par des donneurs d’ordre qui quelque part ont su insuffler à cet esprit soi-disant malade,  mais suffisamment lucide pour organiser son crime, la force de tuer pour tuer.

 

Or la méthode et  le  processus étaient parfaitement décrits et annoncés par Daesh, et  nos valeureux responsables en se réfugiant derrière leur superbe incapacité à ne répondre que par des discours ne peuvent une fois de plus que prolonger des mesures qui ont prouvé leur inutilité au moins par l’incapacité de mesurer leur effets. (cf articles précédents)  Car Daesh est loin de s’effondrer contrairement aux affirmations,  cet hydre qui ne connait ni les frontières ni les lois, est en passe de gagner la première bataille en occident de manière insidieuse, celle de modifier profondément  nos sociétés,  jusque-là ouvertes et tolérantes.

 

Durant des années les lanceurs d’alertes, traités de fâchos, condamnés, avant même qu’ils aient ouvert la bouche par les censeurs de la bien-pensance furent isolés,   moqués et dénigrés.  Cette résistance à la vérité a  permis le début d’une islamisation souterraine de la société dont les signes apparaissent chaque jour plus évidents.

 

Notre laxisme,  notre tolérance s’apparentent désormais à des lâchetés.

 

 

 

Daesh aujourd’hui, mais demain  AlQuaeda à nouveau, Al Noshra avec qui on pactise,  utiliseront toutes les armes en leur possession en employant des électrons libres télécommandés et baptisés soldats de l’EI qui deviendront un jour soldat de l’Islam. 

 

Le recrutement est en cours et il est d’autant plus facile que nous avons l’imbécillité d’en favoriser la genèse. Prisons, zones de non-droits, écoles,  universités, nos idées généreuses et même négationnistes servent leur cause.   La nouvelle croisade a commencé et cette fois-ci ce sera la leur. Riez bonnes gens !

 

Alors, Messieurs,  continuez à agiter « le pas d’amalgame » et vous serez servis,  car un jour cet amalgame aura lieu et nous plongerons dans une guerre civile d’un nouveau genre.

 

En consentant sur notre sol les discours de haine de la part de certains Imams venus de l’étranger, en laissant en liberté  des détenus que vous savez radicalisés, en luttant à l’extérieur avec des moyens parfaitement insuffisants, en maintenant de dispositifs inadaptés, comme  Sentinelle qui permet de fixer 10000 soldats qui seraient utiles ailleurs,  ce qui au passage permet de mesurer à quel point le choix stratégique de notre ennemi qui nous a déclaré la guerre est judicieux. L’EI avec quelques combattants fixe (en langage militaire, empêcher le mouvement de l’ennemi) l’équivalent de deux brigades terrestres,  sans compter les forces de police et de gendarmerie à un point tel que l’on fait appel aux réserves que l’on s’est empressé de mépriser en allouant des crédits sans cesse rognés.

 

Faites des choix ! Si nous sommes en guerre, et bien donnez à  la  Nation les moyens de la faire, sinon, commandez des fleurs, vous en aurez besoin, pour les déposer sur les tombes des victimes innocentes à venir.

 

 attentat.jpg

 

 http://www.athena-vostok.com/sentinelle-larme-au-pied

 

Roland Pietrini

16 juillet 2016

 



16/07/2016
59 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 590 autres membres