ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

les medias sont-ils réellement raisonnables ?

macron à la neige.jpgphoto le Figaro
 

 

 

 

Il en est de l’information comme de la cuisine, il ne suffit pas de donner les bons produits à un cuisinier, s’il est mauvais,  il fera toujours de la daube. Ainsi, à information égale puisée aux mêmes sources, certains médias,  par mauvaise foi ou par sectarisme, sortiront toujours de la daube. Il est vrai que certain journaux sont passés maitre dans l’art de fournir le prêt à penser bien confusionniste qui permet de redonner à un adulte la hauteur d’esprit d’un enfant de 4 ans.

 

Bref, les contempteurs professionnels, censés défendre une morale à géométrie d’autant plus variable qu’elle fluctue au gré de leurs penchants politiques, donnent, à tout va de leurs faibles pouvoirs,  des leçons de vertus, sans se soucier qu’à force de jouer avec le feu, ils risquent de se retrouver jetés au bûcher de leur propres errances.  

 

Ils se pensent faiseurs de rois, ils ne sont que montreurs de singes, journalistes gauchisants, animateurs d’émission où le rire n’est que prétexte pour mieux dénigrer et abaisser toute fonction démocratique,  pseudo-écrivains ou écrivaines qui doivent tout au médias qui les ont faits et qui savent le moment venu les servir. Eux, ces  mangeurs et mangeuses de soupe médiocratique, prêts à s’empiffrer de bons mots de vedettes aussi débiles qu’intermittentes. Eux,  qui détiennent le pouvoir d’inviter leurs petits copains, eux, qui certains de leur supériorité médiatique pensent instruire les masses qu’ils méprisent.

 

 

 

Ils ne sont que le reflet de nos trahisons, de notre manque de courage de nos lâchetés.  

 

Voilà ce que disait Mélenchon, ce nouveau chouchou des médias,  interviewé en 1991 par le Quotidien de Paris: « Le pays est assis sur une poudrière de gens qui ne supportent plus la situation actuelle. Ces gens-là veulent du changement, mais nous ne proposons toujours rien, alors ils vont voir ailleurs. Le PS a abandonné la politique. Je vais vous dire quelque chose d’affreux : aujourd’hui, le parti qui réhabilite la politique, c’est le Front National. » Comment s’étonner que son programme aujourd’hui est aussi proche de celui de Marine le Pen ?

 

Comment s’étonner que le tribun,  dont le danger qu’il représente est  la hauteur de son talent, ratisse large en ayant rangé momentanément le drapeau rouge dans sa poche, lui qui se veut Robespierre et qui risque de se transformer en Beria lorsqu’il aura mis les gens qui justement le rejoigne sur la paille. Ils croient voir le messie, ils auront le fossoyeur de leurs illusions perdues.

 

Dans tout ce fatras,  où une presse unanime a tapé sur Fillon, certains commencent à se demander s’ils ne sont pas allés trop loin. Exit le Hamon, épuisé le Macron, touchée mais pas coulée la Marine. Reste Mélenchon, ce serait extraordinaire qu’en ayant voulu couler la droite ils se retrouvent avec un Chavez... Ils se sont trompés de calibre les apôtres, en tirant sur Fillon, au canon,   les effets collatéraux risquent de leur retomber sur le pif.

 

 

Ainsi, ces gens, toujours prêts à rallier le bourdonnement intermittent, le buzz comme ils disent, commencent à baliser et à préparer leur retraite dorée à Courchevel ou à St Moritz, au cas où. Ces commentateurs spécialisés en commentaires,  qui sont juste capables de s’enticher de la liquette à Poutou, afin de faire un peu peur  à  la bourgeoise en mal d’émotion sexuelle, puis de l’aider à revenir dans le rang,  celui d’un « je vote pour  Macron » cherchent la  sortie.

 

Il ne reste plus qu’à dessiner la BD de Brigitte et Manu, dont les premiers titres sont : Brigitte et Manu à la neige, Brigitte et Manu à la ferme, Brigitte et Manu prennent l’avion...

 

Une question se pose alors, les medias sont-ils réellement raisonnables ?

 

A suivre

 

 

 

Roland Pietrini

 



13/04/2017
22 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 560 autres membres