ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Lorsque l’on consent à serrer la main d’un Nazarbaïev, on n’a aucune raison de ne pas serrer celle de Poutine

Hollande Nazarbaïev.jpg
Hollande - Nazarbaïev 

 

Monsieur Noursoultan Nazarbaïev est le président du Kazakhstan, on le dit  fin politique, il est vrai qu’il  a remporté cette année le "Dictat-or" décerné par l'observatoire géopolitique des criminalités (OGC) et l'association Sherpa, il est distingué ainsi comme  le dictateur le plus riche de la planète et celui qui,  par conséquent,  a le mieux pillé les ressources de son pays à son profit.  Cet homme « éminemment respectable » a donc reçu en grande pompe notre président Hollande, sans que cette visite gêne en aucune façon la gauche qui s’était offusquée à l’époque de la visite du président Sarkozy, lequel est accusé par le journal  le Monde d’avoir favorisé la vente de 45 hélicoptères civils en intervenant auprès de responsables politiques belges, pour qu’ils votent une loi de circonstance favorable à trois hommes d’affaires kazakhs menacés par la justice belge. On ne prête qu’aux riches.

Le Kazakhstan est un pays dont la population se partage entre plusieurs ethnies, environ 63 % de Kazakhs, 24% de Russes, 3 % d’Ouzbeks, 2 % d’Ukrainiens, 1,4 % d’Ouïghours, 1,3 % de Tatars, 1,1 % d'Allemands et 4,5 % d'autres (BiélorussesAzerisPolonais et Lituaniens)  sur une population d’environ 18 millions d’habitants. Les  Kazakhes   ne serait-ce que par le fait d’une présence russophone importante se sentent concernés par la crise Ukrainienne.

 

L’économie du Kazakhstan dépend essentiellement des exportations de pétrole, 56 % de la valeur des exportations et 55 % du budget de l'État, sauf que l’abondance de la production de pétrole et la chute des cours, la plus importante depuis 2010,  est un élément qui inquiète le  président Nazarbaïev.  

Cette nouvelle donne instable,  mais inquiétante pour certains pays producteurs, est due  à la non interruption de l’extraction du pétrole en Libye (800 000 barils) et en Irak, en dépit du chaos.  Les menaces  de l'Etat islamique sur les régions pétrolifères du Kurdistan ne changent rien aux  réalités économiques  des compagnies pétrolières. L’occident fait aussi la guerre au Daesh pour des bonnes raisons, celle du profit pétrolier. Cette abondance se conjugue et s’additionne  avec l’effet  pétrole de schiste (shale oil)  américain  et canadien.  Cela commence à influer sur les marchés. Les Etats-Unis ont produit, en août 2014, 8,6 millions de barils par jour, soit la même production qu’en 1986 alors que la guerre Irak –Iran s’achevait et que les prémices de la première guerre du golfe  étaient posées. En 2014, c’est un fait,  jamais on a produit autant de pétrole, alors que la demande est en baisse dans les pays en crise, mais en forte hausse en Asie, ce qui bien évidemment perturbe le discours des écologistes  

Nazarbaïev a  parfaitement compris que la crise ukrainienne pouvait  avoir des effets négatifs sur l’économie de son pays, si la Russie trinque, ainsi que les Etats occidentaux, d’autres pays de la fédération de Russie risquent de boire la tasse. Dans ces conditions, il est probable que  plusieurs Etats membres de la fédération de Russie s’inquiètent d’un retour d’une guerre froide dans laquelle  ils auraient plus à perdre qu’à gagner et agissent auprès de Poutine pour que celui-ci entame une certaine désescalade. C’est  précisément la position nouvelle de la France avec un président qui a enfin compris que le durcissement de la position française n’était pas forcément la meilleure voie pour la détente.

C’est aussi la position de Poutine qui lors de sa dernière déclaration à propos de la suspension de la livraison des BPC, indique et c’est nouveau, « Si la France rembourse la Russie, nous n’aurons pas de requêtes particulières - Nous ferons preuve de compréhension quelle que soit la manière dont la situation évoluera », a-t-il ajouté.

C’est donc sur ce fond  géopolitique qu’a eu lieu la rencontre Hollande-Nazarbaïev, et dans la foulée,  Poutine-Hollande. 

 

 

Il faut donc s’y résoudre :   lorsque l’on consent à  serrer la main d’un Nazarbaïev, on n’a aucune raison de ne  pas  serrer celle de Poutine.  On a les fréquentations que l’on mérite.

 

Roland Pietrini

 

 

 Hollande pouitine.jpg



07/12/2014
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 532 autres membres