ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Mali: Visite du Chef des Armées.

François Hollande se rendra au MALI samedi. Il sera accompagné de Laurent Fabius, Jean-Yves Le Drian et de Pascal Canfin chargé du Développement.

 

Des militaires français au sol, du  niveau d’une compagnie et en l’air, CPA20 et chasseurs bombardiers, seront

chargés de la protection su chef des armées. Tout en continuant l’action dans le nord du Mali.

 

Selon le compte Twitter de la présidence de la République du Mali,  François Hollande sera accueilli à Sévaré par Dioncounda Traoré, le président malien par intérim. Tous deux se rendront à Tombouctou, ville du Nord-Mali récemment reprise aux islamistes, pour visiter des forces franco-maliennes, la visite de la mosquée Djingareyber et le Centre AhmedBaba. Dioncouda Traoré et François Hollande seront de retour à Bamako à la mi-journée pour un déjeuner de travail, précise encore le compte Twitter.

Il n’est pas habituel qu’une visite d’un chef des armées soit annoncée à l’avance..

 

Cette victoire éclair, méritait un coup de chapeau du chef de l’Etat. Mais  "le plus dur" reste à faire. Les « Djihadistes » ( terme inadéquat mais il en faut un pour que tout le monde comprenne), se sont retirés sans combattre, il est fort probable qu’ils se sont en partie réfugiés dans les  régions montagneuses à l'est, particulièrement difficiles d’accès.  C'est une zone qui fait la moitié de la France et où des combattants déterminés peuvent se replier. Il y a de nombreuses grottes. C’est une forteresse naturelle.  Le risque est donc un enlisement possible, face à un ennemi qui tentera de reprendre l’initiative.   Ses atouts momentanés sont probablement des dépôts prépositionnés  d’armes, de munitions, de vivres et de carburant.

Or la logistique pour l’armée française comme pour les rebelles, est un élément prépondérant de la guerre du désert sur un tel espace. Nous verrons si notre organisation en relèvera la gageure avec le temps. Nous verrons aussi si les forces spéciales auront l’allonge et le souffle nécessaire.

Notre stratégie est donc avant tout celle d’asphyxier et d’isoler les djihadistes dans leur forteresse naturelle en contrariant les apports en personnels et en carburant, en leur interdisant tout déplacement et regroupement.

"Une partie de ce qui se joue au Nord-Mali se joue aussi dans le Golfe de Guinée, où la piraterie maritime alimente le trafic d'essence vers le nord", analyse Pierre Servent. Et d'ajouter : "L'action en mer de la marine française tentera d'étrangler un peu plus les djihadistes". Mais les islamistes pourront toujours jouer sur leurs réseaux pour tenter des "coups d'éclat, afin de "reprendre la main médiatique"

 

La visite du Chef des Armées est donc avant tout un signe fort, un message à destination des djihadistes. « Ce que nous avons reconquis sera désormais hors de votre  portée ! »  Nous verrons si cette volonté se traduira aussi par celle d’aider un pays où toutes les structures régaliennes sont à construire ou à reconstruire.   Après la reconquête vient désormais la phase de la consolidation, de la reconstruction et du dialogue..  Mais les combats ne sont pas finis…  Ils commencent.   A suivre..

 

 

 

 



01/02/2013
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 817 autres membres