ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Paris dément avoir piégé des satellites espions vendus aux Émirats

 

 

Sur fond de scandale portant sur l'espionnage planétaire de la NSA, l'affaire a fait le tour du petit monde spécialisé dans le renseignement. Le 6 janvier dernier, l'hebdomadaire spécialisé américain Defense News écrivait que le contrat de 800 millions d'euros portant sur la vente de deux satellites-espions français aux Émirats arabes unis (Contrat Falcon Eye) par l'industriel Astrium, devenu depuis Airbus Defense & Space, est "plombé". Citant une source aux Émirats, l'hebdomadaire écrivait que les satellites français qui doivent être livrés en 2018 contiennent "deux composants spécifiques fournis par les États-Unis, procurant à ce pays un accès clandestin (backdoor) aux données transmises à la station-sol". L'article ajoute que des spécialistes chinois et russes se seraient mis sur les rangs pour remplacer les dispositifs américains contestés. Regardons cela de plus près.

 

satellite-pleiades1.jpg

....  

les satellites français Falcon Eye - une version "export" des engins nationaux Pléiades - sont bien sûr destinés à observer la terre, mais pas seulement. L'une de leurs finalités concerne la création de modèles numériques de terrain, ou MNT. Ces derniers ne sont autres que des cartes intégrées notamment dans les ordinateurs d'avions et de missiles, permettant à ces derniers d'atteindre leurs cibles avec une extrême précision à très basse altitude, grâce à leurs radars de "suivi de terrain" comparant le sol et les images stockées dans leur mémoire. 

Les Mirage 2000-9 et les missiles Black Shaeen vendus aux Émirats arabes unis dans les années 1990 sont dotés de ces équipements, mais l'armée de l'air locale demeure dépendante de ses fournisseurs français pour disposer des données du ciblage. Lequel concerne essentiellement l'Iran. Or dans cette partie du monde, les armes vendues par les Occidentaux, y compris par les Français, disposent toutes de "clés" interdisant d'observer et a fortiori d'atteindre Israël.

 

Par 

Article sur: http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/paris-dement-avoir-vendu-des-satellites-espions-pieges-aux-emirats-24-01-2014-1783847_53.php

 

Satellite-Pleiades---La-3D-a-la-bonne-heure.jpg



24/01/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 532 autres membres