ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

RCA; Le merdier!

centrafique.jpg

En RCA, après les heurts de dimanche, la tension n’est pas retombée. Ce lundi matin, plusieurs milliers de manifestants majoritairement chrétiens se sont regroupés près de l’entrée de l’aéroport pour demander « le départ » du président Michel Djotodia. Les manifestants exigeaient également le retrait des soldats tchadiens de la MISCA, aux cris de « Pas de Tchadiens à Bangui ». Très opportunément, deux pick-ups remplis de soldats tchadiens sont intervenus pour ramener l’ordre. Résultat: au moins un jeune manifestant tué.

Certains manifestants portaient des pancartes sur lesquelles étaient inscrits les slogans: « Oui à l’opération Sangaris, non à l’armée tchadienne », ou « Oui à la France, non à la Séléka » (ex-rébellion musulmane, au pouvoir depuis mars 2013).

Des messages tout à fait à l’opposé de ceux brandis hier (voir la photo ci-dessus) exigeant le départ de la France au profit de la MISCA.

 

Pris entre pro et anti-Séléka, accusé de parti-pris par les uns et les autres, le contingent français est aussi handicapé par le flou de son positionnement vis-à-vis de la MISCA. Il est clair que la coordination entre les deux contingents est précaire et que les liaisons, si elles existent, se situent dans les échelons hiérarchiques les plus élevés mais pas sur le terrain où les unités française, visiblement, n’ont aucune idée de ce que font leurs camarades casques verts de la MISCA (et vice versa). Des exemples récents à Bangui (jeudi et vendredi) et à Bossangoa (dimanche) le démontrent.

 

Suite sur http://lecolonel.net/rca-quel-merdier-ou-linconfortable-position-du-contingent-francais/



23/12/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 560 autres membres