ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Résolution de l’ONU : L’Intervention de la France va s’intensifier en RCA

 

 

Alors que des exactions importantes sont  en cours à Bangui, et que la France est le seul pays européen à s'engager,  la résolution 2127, présentée par Paris, autorise l'usage de la force pour protéger les civils en Centrafrique. Le texte donne mandat pour une période d'un an à la mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (Misca), qui doit prendre ce mois-ci le relais d'une force régionale et comptera à terme 3600 soldats, pour protéger les civils, rétablir l'ordre et stabiliser le pays. Elle autorise aussi "les forces françaises présentes en RCA, dans les limites de leurs capacités et leurs zones de déploiement, et pour une période temporaire, à prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca".

 

La résolution envisage la transformation éventuelle de la Misca en force de maintien de la paix de l'ONU quand les conditions le permettront, c'est-à-dire dans plusieurs mois, et à condition que le Conseil donne à nouveau son feu vert. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon doit préparer un rapport à ce sujet dans les trois mois. Selon un précédent rapport, une telle opération devrait mobiliser entre 6000 et 9000 Casques bleus pour être efficace.


La résolution prévoit aussi une commission d'enquête sur les droits de l'homme et un embargo sur les armes à destination de la RCA pendant un an. Le Conseil brandit enfin la menace de sanctions ciblées (essentiellement le gel d'avoirs et une interdiction de voyager) contre les responsables d'exactions, ceux qui tenteraient de violer l'embargo ou de bloquer la transition politique en RCA, ou encore de piller les ressources naturelles du pays.

 

20131205PHOWWW00480.jpg

 

La France dispose surtout d'un dispositif unique de forces prépositionnées sur le continent africain, ce qui qui multiplie sa capacité de réaction: 940 hommes au Gabon, 350 au Sénégal, 2000 à Djibouti, 450 en Côte d'Ivoire, 250 en temps normal en Centrafrique. À terme, 1200 soldats français seront déployés en Centrafrique. La France a anticipé sur le vote de la résolution en complétant ses effectifs déjà présents en Centrafrique par l'envoi de 250 soldats de plus depuis une quinzaine de jours. 

En tout, 650 soldats français sont aujourd'hui déployés dans ce pays. "Un bon tiers" sont des spécialistes du génie de l'air, de la logistique et des services des essences et des transmissions, précise le colonel Gilles Jarron. Ils préparent notamment l'aéroport de Bangui-M'Poko, accès stratégique et pratiquement unique, à recevoir les hommes et les équipements qui seront envoyés après le vote de l'ONU.

 

La France a aussi prépositionné 350 soldats et du matériel dans le port camerounais de Douala. Une partie des contingents français basés au Tchad (environ 900) et au Gabon (environ 900, dont 450 permanents) pourrait être mise à contribution.

 

Origine : Le Figaro : //www.lefigaro.fr/international/2013/12/05/01003-20131205LIVWWW00535-la-situation-en-centrafrique-avant-le-feu-vert-de-l-onu-a-l-intervention-francaise.php

 

A lire sur le site: qui sont les ex-Sélékas et les "anti-balakas" ?

Cette solitude de la France, face aux crises africaines, est insupportable. Elle est la seule à payer le prix du sang et le prix tout court 1 milliard 500 millions de coût supplémentaires estimé avec le MALI pour un budget de la défense amputé et pour lequel seul 480 millions sont prévus à titre de provision pour les interventions extérieures.  On sera donc contraint de nouveau, à étaler d'autres programmes ou à 

Ce n'est pas quelques avions prêtés par les Britanniques  ou  par les Belges qui solutionneront nos déficits capacitaires aggravés par la future loi de programmation.

Nos soldats sont devenus les  mercenaires de l'Afrique pour des démocraties occidentales qui regardent les massacres, en se croisant les doigts.  L'installation du terrorisme s'étend  en Afrique avec les conséquences que nous connaissons,  luttes ethniques et religieuses, déplacement des populations, installation ds foyers islamistes. L'Europe est comme d'habitude incapable or l'imposition de règlements stupides à se serrer les coudes lorsque cela va mal. 

 

Notre diplomatie sera inconséquente tant qu'elle ne tapera pas du poing sur la table  pour exiger que les "autres" se mouillent. Quant à réduire encore et encore nos moyens et nos effectifs c'est un non-sens criminel.  Pour intervenir il est nécessaire d'avoir à la fois le nerf de la guerre, c'est à dire le fric, et les moyens indispensables qui vont avec.  Il faut souhaiter que ceux, nos soldats,  qui a nouveau seront confrontés à l'horreur des coupeurs de têtes seront payés en fin de mois. 

 



05/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 733 autres membres