ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Témoignage 44/45 suite 2

...... A peine arrivés, point de répit, nous entrons dans un premier bâtiment : douche, coupe de cheveux réglementaire, puis perception du paquetage US. Nos mesures sont prises. Sept costumes complets trois d’hiver, quatre d’été, autant de chemises, cravates, souliers, trousse de toilette avec tout le nécessaire et le nécessaire à couture. Elle ne servira pas, on ne répare pas, ici on remplace par du neuf tout ce qui est usagé.

 

Nota bene : J’ai essayé d’un trait sans autre indication que mes souvenirs.

Hier soir j’ai arrête d’écrire, je suis fatigué, les doigts sont douloureux.

 

Curieusement, cette arrivée aux Etats-Unis me fait ignorer l’Afrique du Nord, je tire un rideau sur cette période qui m’a vu naître, a bercé mon enfance et m’a permis de grandir. Il est vrai que j’ai toujours souhaité partir de Tunisie, mon projet n’a pu se concrétiser en 1940, mon beau frère Marion et ma sœur Jeanette devaient m’amener à Paris pour finir mes études. Et c’est la guerre qui a brusquement interrompu cette idée, puis le décès de ma sœur a été si brusque et si inattendu qu’il m’a fallu trois ans et 1943 pour que je prenne conscience de la chance qui s’offrait à moi : Se créer une nouvelle vie.

Chaque jour, en me réveillant je me dis, tu es là où tu désirais, aussi oublies, fonce, fonce, fonce… La vie t’appartiens, n’acceptes aucun compromis

 

Rassemblement : des officiers français arrivent. Nous sommes en classe, et nous écoutons  consciencieusement les consignes qui vont régir le temps où nous serons aux USA. Les choses sérieuses commencent  très vite :

Les professeurs sont américains, ils parlent français, mais la technique est en Anglais, et nous recevons un livre en Anglais pour chacun.

Les règles de discipline sont les mêmes en classe, au camp, en ville. Aucune tolérance n’est accordée, la police militaire MP est présente partout. La garde au camp est faite par eux et en sortie, en ville elle est seule compétente. Vous avez intérêt de ne jamais vous faire prendre en défaut de tenue débrayée ou de bagarre, la fuite est votre seule issue possible

La communauté noire en Alabama est soumise à certaines règles. Les quartiers noirs sont en marge de la ville des blancs. Il est interdit d’aller chez eux, la consigne est de les éviter car en cas de problèmes la sanction est  un renvoi en A.F.N.

Avec la population blanche, correction, gentillesse, propreté. Attention aux jeunes filles, les Américains sont tatillons et pensent, que nous faisons ombre à leur virilité.

Les règles sont simples, vous êtes ici pour apprendre, nous sommes en guerre, vous devez vous préparez à combattre, les échecs ne sont pas prévus, ni admis.

Visite  médicale et piqûres complémentaires (après celles au départ de Casablanca), on, ne badine pas avec l’hygiène et la prévention.

Nous sommes logés en baraquement tout confort, chacun un lit avec drap, couvertures neuves, chacun un placard pour son paquetage qui est important, on l’a vu. Le linge est ramassé chaque semaine pour le lavage, des étiquettes en tissu à notre nom sont cousus  sur chaque vêtement, chemises, pantalons etc.…

Les W C sont communs, six à la suite, les douches idem. Avec les Anglais à Tripoli c’était la même chose.

 

Le camp nous paraît si vaste et ùagnifique, théâtre, cinéma, PX, mess, église, un vrai village dans le camp et dans notre quartier. Mais nous ne sommes pas seuls, paraît il, trois cents francais au maximum ici, et aux alentours d’autres quartiers, plusieurs milliers. Aussi plusieurs mess etc., etc.…Plusieurs nationalités.

Le régime est le suivant ; Lever : 5 h 30, nous devons être prêt à 6 h00, lavés rasés de prêt. Nous nous déplaçons en bon ordre, le plus ancien prend le commandement, nous avons un gradé, un caporal du nom de Macabian, malchance pour lui. Mais dans l’ensemble la discipline est et sera l’affaire de tous.

Le matin, breakfast à l’américaine, très copieux, cela me change du café pain sec de Casablanca.

A midi, repas et à 19 heures souper copieux.

 

Les classes, c’est du sérieux. Les appareils de radio et d’émission n’auront plus de secret, phonie et morse, nous découvrons et apprennons par cœur, leurs secrets, surtout ce qui est à l’intérieur, condensateurs, fils de toutes sortes, et j’en passe. Ce n’est pas croyable, je ne me doutais pas que dans cet appareil c’était si compliqué. Et pourtant dans les semaines à venir, les pannes faites par notre professeur devront être réparées dans un temps record. Il y va de la survie de l’équipage. En B17, forteresse volante nous serons seuls pour réparer et c’est le lien avec la base. Radio navigant est un métier. Les journées sont bien remplies, les jours passent vite, très vite.

Cinq heures et demi à dix neuf heures nous sommes constamment occupés du matin au soir, cours et révision pour le lendemain et exercices physiques. Notre seul liberté au camp se situe après le souper jusqu’à vingt et une heures, car à vingt deux heures, c’est l’extinction des feux.

Je vais au PX ou au cinéma (Pour le reste, quartier libre). Nous sommes libre également du samedi midi au dimanche soir minuit maximum, mais il vaut mieux être présent avant : because les MP. Ici les sorties sont à Montgomery ou Birmingham Cinquante kilomètres en triangle. Nous traversons juste Selma. Nous prenons le car avec d’autres soldats américains ou d’autres nationalités et en principe j’en profite pour faire un petit somme. Je sais que cela sera le seul avant dimanche soir. Les deux villes sont de style peu différent. Les maisons en banlieue sont magnifiques avec  des colonnes imposantes. Les colons blancs devaient être bien riches ! C’est vrai que les esclaves noirs n’avaient pas de syndicat pour se faire payer. En ville cela se ressemble, pas de grands immeubles, une belle église et d’autres lieux de culte, la religion est présente partout, et nous en ferons l’expérience en fréquentant les Amerlos. Samedi, night club, le matin la messe, la ségrégation est partout en 44/45. Les églises  sont séparées avec celles des blancs, mais aussi les cars, les lieux et le reste. L’apartheid est pesant.

( à suivre)

 




1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 789 autres membres