ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Ukraine.. Demande de Poutine à l'ONU

001.jpg

 

 

La première réponse de Poutine à l’Ukraine passe par l’ONU. Cela n’augure pas de réactions futures, plus fermes,  si des provocations de part et d’autre avaient pour conséquence de faire des victimes qui seraient rapidement exploitées par les deux parties. Ils semblent d’ailleurs que l’intérêt  du gouvernement de KIEV et de celui de Moscou est pour l’instant de surtout ne pas déclencher de bains de sang.

L’annonce d’une concentration de troupes de 40000 russes soit environ l’équivalent de 4 brigades au frontière de l’Ukraine relève de la gesticulation.

 

« Vladimir Poutine a appelé ce jour mardi 15 avril l'Onu à condamner l'opération militaire lancée par Kiev dans le sud-est de l'Ukraine, lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, a annoncé le service de presse du Kremlin.

"L'entretien a porté sur l'aggravation de la crise en Ukraine suite au lancement par les autorités de Kiev d'une opération militaire dans l'est du pays. Selon M. Poutine, la Russie espère que l'Organisation des nations unies et la communauté internationale condamneront fermement ces actions anticonstitutionnelles", a indiqué le service de presse.

Les militaires ukrainiens dotés de chars et d'autres véhicules blindés ont pris mardi le contrôle de l'aérodrome de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, suite à l'attaque qui a fait, selon différentes sources, de quatre à plusieurs dizaines de morts parmi les partisans de la fédéralisation du pays. Le ministère ukrainien de l'Intérieur a fait état d'un blessé dans les rangs des militaires ukrainiens.

Le président ukrainien par intérim Alexandre Tourtchinov a annoncé mardi le début d'une opération spéciale impliquant l'armée régulière dans l'est du pays où des manifestations réunissant des partisans de la fédéralisation de l'Ukraine se déroulent depuis quelques jours. Les manifestants, des drapeaux russes à la main, réclament des référendums sur le statut politique de leurs régions. RIA Novosti »

 

Il faut se rappeler que suite au Mémorandum de Budapest de 1994, l'Ukraine renonce à ses armes atomiques, et commence son démantèlement. Une grande partie des missiles sont envoyés aux forces

armées de la Fédération de Russie. Dès 1996, il n'y avait plus d'ogives nucléaires stratégique en fonction sur son territoire. Lors de la conférence de Tachkent, l'Ukraine refuse de faire partie de l'Organisation du Traité de sécurité collective, qui est l'organisme miliaire défensif et coopératif de la CEI et vise son adhésion à l'OTAN. C'est l'origine de cette crise. 

Depuis la Révolution orange, cette position atlantiste a mis un gel aux coopérations militaires avec la Russie.

Aujourd’hui, l’Armée de terre ukrainienne  est forte  de 74 379 militaires (dont 2 brigades blindées, 8 brigades mécanisées, 2 brigades aériennes, 1 brigade aéroportée, 3 brigades d'artilleries, et 1 brigade anti-char). L’Armée de l'air ukrainienne de 47 900 militaires aurait 817 avions de combat. Quant à la Marine ukrainienne est forte de 15 740 militaires dont 4 corvettes, 3 frégates, 1 sous-marin, 26 destroyers auxiliaires, l'aviation navale ukrainienne comprenant 8 hélicoptères de lutte anti-sous-marine, 4 avions de lutte anti-sous-marine, et 34 avions de combat. Ces chiffres sont théoriques et ne représente pas une réalité probablement moins glorieuse. Par contre il faut compter avec des réserves militarisées importantes et surtout des dépôts de blindés et de chars conséquents en dépit du démantèlement qui a suivi la chute de l’URSS.

 Roland Pietrini

 

 



15/04/2014
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 794 autres membres