ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Un point sérieux sur la perspective Défense

Alors que la défense ne fait pas partie des préoccupations des Français en cette période électorale, je me suis penché sur la réalité du budget et sur les perspectives : QUELLE ARMÉE FRANÇAISE À L'HORIZON 2020 ? Cette étude est basée sur celle publiée par le sénat le 26
avril 2012 dont le rapport complet peut être lu sur : http://www.senat.fr/commission/fin/pjlf2012/np/np08/np083.html

 

 

1 : Les faits : Lors de son audition par la commission des affaires étrangères et de la défense du sénat le 12  octobre 2010, le ministre de la défense avait  reconnu que la situation
budgétaire deviendra particulièrement délicate à partir de 2013, alors que le
budget de la défense ne devrait plus bénéficier des ressources hertziennes et
que les recettes immobilières seront incertaines
: « c'est après 2013 que la situation budgétaire deviendra plus difficile, car nous n'aurons plus de recettes exceptionnelles. Sur la période 2013-2020, l'écart avec les prévisions de la LPM pourrait atteindre 20 milliards d'euros environ, ce qui
pourrait remettre profondément en cause notre modèle d'armée
».

 

2 : Des incertitudes grandissantes sur le maintien des programmes d'armement du Livre blanc

Au regard des échéanciers de livraison, les programmes les plus menacés pourraient alors concerner, par ordre décroissant :

- les hélicoptères NH 90 ;

- les véhicules blindés multirôles (VBMR),

- les avions de transport MRTT.

Par ailleurs, il serait logique que la France acquière des drones, tandis que d'autres programmes nécessitent également d'être examinés: la Rafale, le A400M, les frégates multi-missions (FREMM) et le programme de sous-marins nucléaires d'attaque Barracuda.

 

Une révision à la baisse des cibles de NH 90 et de VBMR remettrait en cause l'objectif de capacité de projection de l'armée de terre dans les OPEX. Or, il existe déjà une rupture capacitaire en matière
d'hélicoptères de transport : De nombreux rapports parlementaire et du sénat ont démontré  la nécessité que les hélicoptères NH 90 prennent la relève des hélicoptères de transport PUMA, pour
maintenir en 2023 la flotte d'appareil à son niveau numérique de 2008, comme le
montre le graphique ci-après.

Alors que le ministère de la défense prévoit la livraison de 133 hélicoptères NH 90, dans leur version d'hélicoptère de transport rapide (TacticalTransport Helicopter, TTH), près de la moitié des appareils (soit 61) ne seraient livrés qu'après 2020, et sur la période 2009-2020 le présent PLF a
déjà prévu de reporter, sur la période 2015-2020, la livraison prévue d'un des 23 appareils au cours de la LPM (2009-2014).

 

3 :  Les nouveaux blindés

Le VBMR doit remplacer les véhicules de l'avant blindés (VAB), âgés d'une trentaine d'années en moyenne, et qui constituent aujourd'hui le principal blindé léger de l'armée de terre. Or il avait été indiqué aux rapporteurs spéciaux la commission des finances que 536 véhicules seraient
livrés entre 2015 et 2020, les livraisons prévues durant la LPM ayant été reporté après 2014. Dans les réponses au questionnaire budgétaire de cette année, il ne figure plus d'objectif de livraisons pour la période 2015-2020, et il est sobrement indiqué que, après 2020, les « cibles et les cadences de
livraisons
» étaient « à préciser ».

 

4 :  Les aléas pesant sur l'avion ravitailleur et de transport MRTT

La cible à l'horizon 2020, prévoyait la livraison de 7 unités avant cette date, et de 7 autres unités après 2020. L'an dernier, la cible 2020 avait été abaissée de 10 à 7 unités, les premiers appareils ne
devant être livrés qu'après 2014.

Si le report dans la livraison de 3 appareils ne devait avoir qu'un impact modeste en 2020 sur les capacités de transport stratégique, il convient de rappeler que les avions ravitailleurs actuels sont âgés, en moyenne, de plus de 45 ans.

 

5 :  La France doit produire des drones

 

La France vient de faire le choix contestable, en juillet 2011, d'acheter des drones étrangers - en l'occurrence israéliens, à un prix semble-t-il supérieur à celui des drones américains.

 

6 : Vers un étalement - souhaitable - du programme Rafale ?

 

Le programme Rafale étant, avec plus d'un milliard d'euros par an, le plus coûteux des programmes d'armement, serait probablement soumis à un étalement des livraisons, en cas de
restrictions budgétaires ou de nécessité d'opérer des choix entre programmes.

A coût équivalent, l'utilité marginale d'un Rafale peut être estimé équivalente, voire inférieure, à celle d'un système de drones, de deux NH 90 ou d'une centaine de VBMR.

 

La LPM à l'horizon 2020 exige de disposer de 300 avions de combat, le calcul paraissant avoir été fait en supposant que le taux de disponibilité des appareils resterait proche de 50 %, même en cas de conflit majeur.

Il est prévu, au total, la commande de 286 avions Rafale (300 si l'on intègre des appareils M 2000 D multirôles), dont 135 doivent être livrés au cours de la période 2009-2014 selon les réponses au questionnaire budgétaire sur le PLF 2012, en légère hausse par rapport à la prévision
indiquée l'an dernier par le ministère de la défense (soit 132 appareils).

 

7 : Le A400M

 

Après avoir été retardé de plus de trois ans en raison des difficultés d'EADS, le programme A400M semble en meilleure voie, ce qui apparaît comme une nécessité impérieuse au regard de la situation actuelle de quasi « rupture capacitaire »en matière de transport stratégique et
tactique
.

Dans le contexte actuel de retrait progressif des C 160 Transall, la France n'atteint qu'à hauteur de 20 % l'objectif de projeter en cinq jours, à 8 000 km, un « échelon d'urgence » de 1 500 combattants,
correspondant au transport de 40 000 combattants en six mois (compte tenu des durées de rotation). Après le lancement du programme le 27 mai 2003, la première livraison à la France était prévue fin 2009 mais a été repoussée début 2013, pour s'achever en 2024, au lieu de la date initialement prévue en 2020.

 

8 :  FREMM et
Barracuda : deux programmes nécessaires au maintien des capacités opérationnelles

Un nouveau décalage des principaux programmes de la marine remettrait également en cause la capacité de celle-ci à remplir son contrat opérationnel.

Ainsi, selon le projet annuel de performances de la mission« Défense » annexé au PLF 2012, en 2010 l'indicateur « Taux de satisfaction de la fonction intervention permettant de faire face à une situation mettant en jeu la sécurité de la France » a été rempli à hauteur de seulement 32 % pour le
groupe d'action maritime (GAM), en recul encore par rapport à 2009 (41 %). Les précisions méthodologiques apportées par le ministère de la défense sont particulièrement éclairantes sur cette dégradation des capacités opérationnelles de la marine dès 2012 :

« Compte tenu de la composition du parc et de sa disponibilité, notamment pour ce qui concerne les frégates anti-sous-marines et es sous-marins nucléaires d'attaque (SNA),la simultanéité de
la tenue des contrats opérationnels pour le GAN, le GA et le GAM n'est plus
envisageable à tout moment
. Des indisponibilités(arrêt technique du porte-avions) et des remplacements de bâtiments (trou capacitaire entre retrait TCD et livraison BPC3) conduiront à des réductions temporaires des moyens disponibles en 2012 »

 

Dans ces conditions, il paraît difficile de décaler à nouveau le programme des frégates multi-missions (FREMM) ou des SNA Barracuda, alors que les SNA français sont déjà âgés de vingt ans en moyenne. Le premier Barracuda devrait être accueilli à Toulon à l'été 2016, et cinq autres sous-marins entre 2019 et 2027.

 

Le nombre de frégates livrées entre 2009 et 2020 est maintenu à 8, pour un total de 18 frégates.

 

Or l’armée de terre vient d’être présentée à la presse étrangère. Cette présentation a fait le point sur les principaux programmes

 

Les  cibles visées par l'armée sont :

 

67 Tigre livrés sur 80 en 2015,

31 Caïman sur 133 livrés en 2015

13 LRU (lance roquette unitaire) sur 26 livrés en 2014

77 Casear sur 141 livrés en 2015 (on n'évoque pas la 2e
tranche de Caesar )

53 chenillettes livrées en 2013 ( la cible à 129 véhicules n’a
pas été évoquée).

Il est probable  que les  fusils d'assauts seront remplacés vers 2015 (des HK 416 probablement)

 

Voilà où nous en sommes.. Le second PA passera selon toute vraisemblance à la trappe faute de budget. Un second tout de vis sur le budget posera à nos armées une révision de ses capacités mais surtout de sa cohérence.

 

Le  SIPRI, le fameux institut international dont le siège est à Stockholm : Stockholm International Peace Research Institute, 17.04.2012 a donné une idée des budgets de la défense dans le monde : La
dépense militaire mondiale se monte en effet à 3,3 millions de dollars à la minute. Soit 198 millions par heure, 4,7 milliards chaque jour. Ce qui équivaut
à 1.738 milliards de dollars en une année. Les Etats-Unis sont toujours la locomotive de la
dépense militaire, avec 711 milliards de dollars, équivalents à 41% du total mondial

La Chine reste au deuxième rang par rapport à 2010, avec une dépense estimée à 143 milliards de
dollars, équivalents à 8% de la dépense mondiale. Mais son rythme de croissance (170% en termes réels en 2002-2011) est plus grand que celui de la dépense étasunienne (59% pour la même période).

En rapide augmentation aussi la dépense de la Russie, qui passe, avec 72 milliards de dollars
en 2011, du cinquième au troisième poste parmi les pays ayant les plus grandes dépenses militaires.

Suivent la Grande-Bretagne, la France, le Japon, l’Arabie saoudite, l’Inde, l’Allemagne, le Brésil et l’Italie. La dépense militaire italienne est estimée par le Sipri, pour 2011, à 34,5 milliards de dollars, équivalents à environ 26 milliards d’euros annuels. L’équivalent d’une grosse
loi de Finances.

 

Dans la répartition régionale, l’Amérique du Nord, l’Europe et le Japon totalisent environ 70% de la dépense militaire mondiale : C’est donc la triade, qui jusqu’à présent a constitué le « centre » de l’économie mondiale, qui investit les plus grandes ressources dans le domaine militaire.

 

La dépense militaire continue ainsi à augmenter en termes réels. Selon les estimations du Sipri, elle a grimpé à 250 dollars annuels pour chacun des 7 milliards d’habitants de la planète.

 

Tout cela donne à réfléchir... A mon petit niveau je vous en donne l'occasion.. Bonne réflexion..



26/04/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 589 autres membres