ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Un président à la dérive sur "le Hollandais volant"

 hollandais_volant.jpg

 

Vue de l’étranger la situation française est ressentie comme prémices menant à un chaos inéluctable.  Tous  les analystes étrangers qui connaissent la France savent que désormais une étincelle peut mettre le feu aux poudres. Le modèle français, vieux système politique et  social  est, chacun le sait, inadapté au monde d’aujourd’hui, usé jusqu’à la corde, maintenu par une dette abyssale. Ce système  auquel désormais, en l’état,  plus personne ne croit, à l’exception de quelques ravis de gauche, ne  pourra se maintenir qu’au prix de réformes structurelles profondes.  Les Français n’y sont pas encore prêts, elles seront imposées par la gravité de la situation à venir.  

 

J’espérais encore, un sursaut de la part d’un pouvoir qui, chaque jour démontre son inefficacité. Je crains que le seuil de non-retour soit atteint. Le  commandant Hollande est désormais seul, tel le capitaine Van den Straten  du Fliegender Holländer  bateau ivre peuplé de fantômes errant entre la cap de Bonne Espérance et le cap Horn …  La catastrophique gestion de la crise syrienne, la pantalonnade de Hollande face à une gamine dont le prénom Léonarda restera marqué comme une tache, sur le front d’un président s’étant muté en petit  clerc de notaire de province  tout droit sorti d’un roman de Zola, chef de bureau en blouse grise aux manches lustrées donne tout sons sens à ce  Moi Président !  qui fait désormais  pitié. Nous portons tous la honte de sa débandade.

 

 

Le recul incessant d’un gouvernement sans objectif clair qui n’assume ni ses reculades, ni son improvisation   sonne désormais  le glas sur le pont d’un navire fantôme à la dérive peuplé de ministres dont on ignore jusqu’à leur nom tant ils sont nombreux et insignifiants.    Oui,  un tel niveau  d’incompétence frise le chef-d’œuvre, notre  Moi Président Hollande a réussi en 18 mois à atteindre ce qu’aucun  autre de ses prédécesseurs n’avait atteint : un record historique d’impopularité pour un président de la V° République.  Le président normal de tous les Français, n’est  désormais que ce que révélait son parcours, un simple secrétaire de factions contrariées, prince d’un parti qui avance à coup de synthèses, parti « mammouth» accouchant de souris. Pour ceux qui ont la mémoire courte, voici ce que proposait rue de Solférino en 2012 :

 

Notre objectif est de le ramener le chômage à un niveau structurel inférieur à 5% d’ici 2012. Comment ?

  • En favorisant la croissance par la recherche en s’appuyant sur les pôles d’innovation, par la création d’un fonds de capital risque public, par le micro-crédit, par un régime fiscal favorisant l’investissement, par la création d’une Agence Nationale de Réindustrialisation
  • En augmentant le pouvoir d’achat des bas revenus par le SMIC à 1500 euros, espérant ainsi une relance de la consommation
  • En réactivant les emplois-jeunes en relation avec les emplois-tremplins des régions
  • Rétablir une juste rémunération des heures supplémentaires

 

La suite est du même niveau, du « y ‘a qu’à faut que » qui  a attiré suffisamment d’électeurs pour donner tous les pouvoirs de la maison France à des amateurs.  Il est vrai que l’on n’attire pas les mouches avec du vinaigre. La suite, nous la vivons au jour le jour.

 

 

Hollande est sauvé par la solidité des institutions de la  5° République.  Il sera en place, sauf évènement gravissime, 3 ans encore, sauf si le jugement de la rue se substitue aux rendez-vous électoraux  qui réserveront quelques surprises de taille. Et cette fois-ci, il n’est pas certain que le front républicain anti-Front National de circonstance convainque encore une majorité de Français.   Les grands partis légitimes et auto-proclamés qui se sont accaparés le pouvoir depuis des décennies ont du souci à se faire, et nous avec.  

 

Jamais la fonction politique n’a été à ce point dépréciée. Le  président en est l’incarnation vivante. C’est lui et lui seul,  qui en abaissant la fonction au niveau où il l’a mise en incarne la décadence.  

 

 

Et puisqu’il faut souffrir encore  un peu, et bien lisons ce que les socialistes proposaient en 2012 en matière de fiscalité :

 

Une fiscalité plus solidaire

La droite n’a eu de cesse d’appauvrir l’Etat en privatisant et en octroyant de larges cadeaux fiscaux aux plus riches d’entre nous , par clientélisme. Il faut donner à l’Etat les moyens de rétablir l’égalité des chances et de faire face à l’appauvrissement fiscal…

  • en introduisant la progressivité de la CSG
  • en calculant les cotisations patronales sur la base de la valeur ajoutée afin d’en élargir l’assiette, de favoriser l’emploi et le travail
  • en instituant la Couverture Professionnelle Universelle
  • en créant une allocation autonomie pour les jeunes en recherche d’emploi inséré dans un parcours de formation
  • en instituant une préréquation forte de la taxe professionnelle calculée désormais sur la base de la valeur ajoutée
  • calcul de la taxe d’habitation en fonction des revenus

 

J’arrête là cette diatribe, il y faut mettre un point virgule ; le Fliegender Holländer est à la barre, il ne sera pas condamné à errer pour l'éternité à cause de la malédiction que le ciel aurait infligé à son équipage et son capitaine pour les crimes et les blasphèmes dont ils  se seraient rendus coupables. Les mensonges suffiront.  Il sera débarqué au prochain port en mai 2017, si le bateau ivre ne coule pas avant..

 



29/10/2013
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 776 autres membres