ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de substances!

Dans le but d’éviter la prise de drogue ou d’auto prescription médicamenteuse  par les soldats en opération, le Service de Santé des Armées est chargé sous la responsabilité du commandement de prescrire certaines molécules, afin de renforcer la vigilance ou de « tranquilliser » le soldat en opération. Ce sujet est relativement tabou mais cependant bien réel. Il n’y a pas de quoi s’étonner lorsque l’on étudie un peu l’histoire, on sait que dans des conditions hors norme et de tout temps le soldat soumis à la violence des combats et au stress a tendance à chercher de quoi  calmer sa peur, de quoi stimuler sa vigilance et effacer sa fatigue.  Les exemples sont nombreux et connu du pinard des tranchées à l’herbe de Dien Bien PhU au LSD du Vietnam. Il serait étonnant que cet état de fait ne soit pas constaté en Afghanistan.. J’ai extrait quelques notes de  l’INSTRUCTION N° 744/DEF/DCSSA/AST/TEC relative à l'utilisation de substances modifiant la vigilance en opérations. Du 31 mars 2008 que l’on peut retrouver sur internet : http://www.boc.sga.defense.gouv.fr/pdf/2008/2008_024_p_defe0851103j_38527.pdf

 

Les substances modifiant la vigilance proposée par le SSA aux soldats en opération sont :

1. LE MODAFINIL.

Le modafinil ou diphénylméthylsulfinil-2-acétamide  qui est commercialisé en France sous le nom de

MODIODAL® par le laboratoire L. LAFON groupe CEPHALON. Il s'agit d'une substance éveillante et non d'un anti-sommeil. Aucun effet secondaire ou toxique n'a été mis en évidence aux doses préconisées, soit trois administrations de 200 mg de modafinil par 24 heures.

2. LA CAFÉINE À LIBÉRATION PROLONGÉE.

La caféine à libération prolongée est une nouvelle forme galénique de caféine permettant le maintien d'un taux plasmatique de caféine pendant six heures sans les effets secondaires habituels de la caféine solution, c'est-à-dire sans tachycardie, sans tremblement et sans effet diurétique ; le principal effet obtenu est alors un éveil de bonne qualité. Ces effets sont obtenus pour une dose de 300 mg toutes les 12 heures.

3. LES HYPNOTIQUES.

Les hypnotiques préconisés dans le cadre d'une aide pharmaceutique à un repos compensateur sont des

hypnotiques de type non benzodiazépiniques, comme le zolpidem, commercialisé en France sous le nom de STILNOX® ou la zopiclone, commercialisé en France sous le nom d'IMOVANE®.

4. REMARQUE.

Toute utilisation d'une autre substance pharmaceutique, notamment les substances de type amphétaminiques, la cocaïne, la mélatonine et la tyrosine, sera proscrite en l'état actuel des connaissances et dans le cadre d'emploi défini dans l'instruction de référence.

L'utilisation des substances modifiant la vigilance ne se fait que sur indication du commandement et après consultation de la hiérarchie médicale.

 

Le produit désigné ne sera délivré que pour la durée de la mission à accomplir et en quantité juste suffisante.

Les hypnotiques ou sédatifs ne seront pas embarqués dans les aéronefs afin d'éviter une utilisation en vol par inadvertance. La prise d'hypnotiques au sol entraîne l'interdiction de vol, de briefing ou de préparation de vol pendant 6 heures après la prise. Le combattant reste libre d'accepter ou de refuser la

prise de ces substances modifiant la vigilance décidée par le commandement lorsque la situation

opérationnelle le nécessite et prescrites par le médecin militaire.

Je pose cependant la question de savoir si  la prise régulière de ces molécules risqueraient ou pas de modifier le comportement lors du retour à la normalité et notamment vers les familles ?

 

 



09/03/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1029 autres membres