ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos des forces spéciales.. réactualisé

En effet, JDM, votre livre  Histoire des forces spéciales est salutaire, ne serait-ce que pour replacer dans leur contexte, le phénomène « forces spéciale ». Il est tout aussi nécessaire de différencier les forces spéciales destinées à l'action et les forces « spéciales » destinées à la recherche et au recueil du renseignement. La confusion est d'autant plus commune, quelques journalistes, en recherche de sensationnel ou par paresse intellectuelle et parce que cela renforce la mégalo de certains et fait vendre, continuent à entretenir cette confusion en mêlant de surcroît, les forces de l'ombre issue des forces régulières identifiables et sous uniforme, même si parfois cette différence tend à s'estomper, et les forces dites secrètes dont les méthodes et les règles d'emploi sont par définition secrètes…

Très vite après la chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'empire soviétique, l'hypothèse d'un conflit majeur en Europe, s'est éloigné. Mais de nombreux conflits se sont ouverts sur de nouveaux continents dans le cadre national ou multinational, désignant de nouveaux objectifs aux armées. Ces conflits sont devenus plus complexes, rendant plus difficile la destruction de la source de puissance de l'ennemi tant celui-ci est désormais mêlé à la population et nécessite une gestion de plus en plus complexe des crises.


Même si cela, est du rabâchage, il convient d'insister, la guerre du Golfe en 1991 a mis en lumière notre déficit d'organisation et la nécessaire adaptation de nos moyens de recherche et d'exploitation. C'est donc sur le renseignement que je souhaiterais insister, sans lequel toutes forces spéciales ne sauraient être utiles, d'autant plus, et vous avez raison, elles contribuent à compenser le déficit chronique des sous-effectifs qui sont les nôtres.. Ce qui nous donne bonne conscience. Les gros bataillons, certes, ont vécu, mais quelle que soit l'excellence des hommes, nous allons vers une spécialisation à outrance que je considère comme source de danger.


Ces conflits asymétriques ou dissymétriques impliquent une projection nécessaire des forces et la nécessité d'une connaissance de l'ennemi de plus en plus universelle et de plus en plus complexe, dans lequel l'environnement, le climat, la culture, la religion déterminent sa capacité d'organisation et de nuisance.


Dans la complexité des préparations à l'action militaire et des interventions, le renseignement est donc devenu d'une absolue nécessité. C'est un élément indispensable à la prise de décision du chef et à la conduite des opérations.


Ce travail de recherche doit conjuguer à la fois la nécessité de la prudence, de la discrétion, de la compétence, et d'un entrainement adapté. C'est en cela que c'est un métier.


Cette compétence et cette excellence sont nécessaires pour recueillir un renseignement fiable, contrôlé, utile, préparant une exploitation sereine et une analyse orientée vers une synthèse crédible d'une situation.


On distingue donc deux types de renseignement, le renseignement stratégique destiné aux décideurs de haut niveau (renseignement de documentation) et le renseignement opérationnel permettant de planifier et de conduire l'action dans le détail.


La capacité de renseignement repose donc sur deux ressources principales : les capacités de recherche et les capacités d'analyse.


La Brigade de Renseignement Terre a été crée en 1993 et regroupe une partie des unités spécialisées dans le recueil du renseignement des forces terrestres. Les unités qui en font parties, sont essentiellement destinées à recueillir du renseignement opératif a fin d'action…Elle regroupe le 2°Régiment de Hussard, le 61° régiment d'artillerie ( drones), Le GAR Groupement aéromobile de renseignement (sans les hélicoptère Horizon mis sous cocon) Le 54° régiment de transmissions et le 44° Régiment de transmissions (Guerre élect.), le 28 groupe géographique..


La brigade des forces spéciales, quant à elle, est chargée de recueillir du renseignement soit stratégique, soit à fin d'action pour son propre usage : Pour faire simple, elle regroupe deux régiments : Le 13°RDP (régiment de dragons parachutiste) conçu pour la recherche du renseignement dans la profondeur du dispositif ennemi et le 1° RPIMA (régiment parachutiste d'infanterie de marine) régiment d'action et d'intervention comparable au SAS britannique. Le 4°RFHS qui regroupe les moyens aériens, avions et hélicoptères. En outre des moyens air lui est dédié..


Cette brigade est spécialement entrainée pour planifier, coordonner et conduire des opérations spéciales sous l'autorité du CEMA..


Renseignement stratégique

Expertise de théâtre

Reconnaissance spéciale

Action spéciale

Contre terrorisme

Protection rapprochée de hautes autorités.

Constitution d'équipes de liaison de contact et de détachement d'instruction opérationnelle font parties de ses missions spécifiques.


Spécialement sélectionnés pour leur solidité physique et psychologique, on considère que ces hommes représentent l'élite de l'Armée française. Votre commentaire sur la différence, entre force spéciale et forces régulière, qui ne serait marquée que par le fait que les premières sont plus indépendantes et ne seraient asservies par aucun système, est plus contestable.. Je serais plutôt tenter de penser que les forces dites régulières, sont suffisamment souples pour s'affranchir le cas échéant d'un système.. On pourra toujours envoyer une compagnie renforcée pour une mission ponctuelle dans un pays lointain, quasiment en autonomie, sur un temps plus ou moins long. Alors qu'il est de plus en plus difficile de lâcher un commando des forces spéciales de quelques hommes sans que ceux-ci ne soient liés à leur propre process, extrêmement complexe, mettant en lien de nombreux acteurs, et inclus dans un système de système.. Une équipe du 13 est rarement autonome, une équipe d'opérateurs de 1° RPIMA ne saurait remplir sa mission sans une contrainte de mise en place et d'extraction mission remplie ou non, la discrétion fait partie de l'intime de la mission. Ceux qui ont réellement vécu cela peuvent en parler.





28/01/2010
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 984 autres membres