ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Amicale des Anciens de la MMFL

La Mission Militaire Française de Liaison auprès du haut commandement soviétique en Allemagne fut un des acteurs, peu connus jusqu'ici, de la « guerre froide ». Ses membres furent (avec leurs homologues américains et britanniques) de 1947 à 1990 les sentinelles avancées du monde libre en Allemagne de l'Est où se tenaient le plus grand nombre d'unités militaires soviétiques concentrées en temps de paix, face à un dispositif occidental tout aussi important.


Des accords signés à la fin de la seconde guerre mondiale entre les vainqueurs, Américains, Britanniques, Français et Soviétiques prévoyaient la mise en place de missions militaires de liaison entre les commandants des forces dans les différentes zones d'occupation. Stationnées initialement à Potsdam, les missions occidentales deviennent d'exceptionnelles unités de renseignement au-delà du rideau de fer quand les tensions entre les deux blocs tournent à la guerre froide. Souvent dans des conditions périlleuses, elles fournirent 90% des renseignements que l'Occident recueilli sur les forces soviétiques et est-allemandes, les mieux équipées du pacte de Varsovie


Ces Missions jouèrent un rôle exceptionnel non seulement dans le domaine du renseignement, mais également de liaison et de dialogue entre les commandants en chef des forces se faisant face. Pour déceler les intentions du Kremlin, les gouvernements américains et britanniques accordaient une grande importance aux observations que les Missions rapportaient de leurs contacts permanents avec les militaires soviétiques, notamment de leur degré de préparation à un engagement, ou de leur éventuelle mise en alerte (à titre d'exemple, Hongrie-1956, Cuba-1962, Tchécoslovaquie-1968, Afghanistan-1979…).


Au-delà de leurs activités de renseignement et de liaison, les militaires de ces petites unités ont acquis une expérience unique à travers leurs contacts avec les Soviétiques au point de développer jusqu'à un certain degré des relations de confiance mutuelle et d'éviter des interprétations d'hostilité pouvant aller jusqu'au déclenchement d'un conflit. Quand la tension a diminué entre les deux blocs à partir du milieu des années 1980, une partie des personnels des Missions occidentales se sont vus confier les principaux postes de responsabilité des « unités de vérification » issues de la Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) de Stockholm de 1986, unités qui permettaient enfin aux deux camps de développer des relations de confiance.


Les Missions ont été dissoutes après la disparition du Mur et de la DDR, en 1991.

http://www.mmflpotsdam.com/Bienvenue.html

 

 

Potsdam

1947-1991



03/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1023 autres membres