ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Tir anti-missiles

Pour la première fois en France, l’armée de l’air a testé avec succès son nouveau système antimissile Mamba en interceptant un engin de type « missile balistique de théatre ». L’essai réussi s’est déroulé le 14 novembre, annonce le ministère de la défense, au Centre d’essais de la DGA de Biscarosse (Landes).

 

 

Air Actualités décrit  "l'interception d'une cible" simulant "une attaque de missile balistique de type Scud B". "12h21 : le F15 largue la cible Black Sparrow. Six secondes plus tard, la cible allume son propulseur et grimpe à une altitude de 90 km. Lorsqu'elle atteint son apogée, elle plonge à Mach 5 vers un point situé dans l'océan. Dès le début de la phase propulsée, la cible est suive par un radar d'alerte avancée qui informe la section Mamba au sol toutes les quatre secondes. Le radar à balayage électronique Arabel accroche la cible à environ 80 km de la section SAMP (missile sol-air moyenne portée)." Une fois l'autorisation de tire accordée, "le calculateur active le départ missile. Trois secondes après, l'ordre arrive au module de lancement siuté dix kilomètres plus au sud. Le missile Aster 30 percute l'opercule de protection et atteint Mach 4,5, soit près de 5000 km/h en 3,5 secondes. Puis il allume son propulseur de croisière. Le radar Arabel transmet au missile la position de la cible qui se rapporche à une vitesse relative d'environ Mach 9. Quelques secondes avant l'impact prévu, le système active son système de détection autonome. (...) La cible Black Sparrow est accrochée. Quelques millisecondes avant la destruction, l'Aster actionne son pilotage inertiel de force (PIF), un jet de gaz qui offre une dernière correction de la trajectoire". La cible est "percutée de plein fouet".

Il s’agit en fait d’un F15 Israélien  équipé d’un Black Sparrow utilisé par Tsahal pour tester son propre bouclier antimissile. il faut saluer au passage l'aide fourni par israël, les américains sembleient moins coopératifs?

 

 

Le Mamba français (SAMP) est considéré comme le plus performant de sa catégorie. Il est conçu pour protéger un point ou une zone contre toutes les menaces existantes, y compris les missiles balistiques tactiques. Dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres (de 3 à 80 km), le SAMP assure la défense sol-air face à un large éventail de menaces aériennes, allant du drone au missile, en passant par les avions et les hélicoptères. Il est capable de tirer en salves et de mener jusqu'à dix engagements simultanés. Une section SAMP est composée de quatre lanceurs, équipés chacun de huit missiles Aster 30 et reliés à un module d'engagement, soit par fibre optique, soit par liaison radio cryptée. Le premier tir d'expérimentation s'est déroulé en juillet 2008 sur le site de Biscarosse (Landes), au sein du centre d'essais de lancement de missiles (CELM) et le premier tir anti missile balistique réalisé par l’armée de l’air s’est produit le 14 novembre 2011. Après l’escadron de défense sol-air (EDSA) Servance, en 2010, l’EDSA 2/950 Sancerre, basé à Bourges-Avord, a reçu, le 30 novembre dernier, le système sol-air moyenne portée (SAMP-T).

 

 

 

 
 
 


11/02/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 907 autres membres