ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Choix pour la défense

Portrait de Jean-Yves Le Drian, un article de Philippe Chapleau journaliste à Ouest france

 

Jean-Yves Le Drian (un nom qui viendrait du breton "Draouren", qui signifie "beau
et aimable") est né à Lorient le 30 juin 1947; la ville était alors un grand port militaire dont le future député (et rapporteur du budget de la Marine au sein de la commission de la Défense) a pu juger de la perte d'importance au fil des dernières années.

Après des études d'histoire à Rennes, il est agrégé en 1971 puis maître de conférence à Rennes2. Il se lance en politique et est élu député (PS) en avril 1978 puis maire de Lorient en juillet
1981 (il le restera jusqu'en 1998, quittant cette charge pour cause de cumul).
Il occupera, de mai 1991 à avril 1992, le poste de secrétaire d'Etat à la Mer. Battu en 1993, il récupère son mandat de député en 1997 et siège, jusqu'en 2007, à l'Assemblée où il fait partie de la commission de la Défense. Défense toujours avec un poste de délégué national chargé des questions militaires auprès du 1er secrétaire du PS. Puis un titre officieux de "shadow
minister of Defense" pendant la campagne pour la présidentielle de 2012.

L'habit ne faisant pas le moine et le portefeuille n'impliquant pas nécessairement des compétences, on peut s'interroger sur le choix du Président.

Les atouts du Breton?
Une familiarité avec le milieu (Marine nationale surtout), une connaissance de
certains dossiers militaires, l'amitié présidentielle...

Quelle marge de manœuvre? Etroite. Si étroite budgétairement qu'on n'y glisse plus de pièces d'un euro mais des piécettes de 5 centimes. A lui aussi de gérer l'après-Afghanistan et le blues d'une armée expéditionnaire modérément riche mais qui réintègre ses garnisons en phase de paupérisatioet redécouvre son statut précaire.

Quelles priorités?
L'industrie de la défense et le renseignement, dit-on. Et la poursuite de la refonte des armées avec le lancement d'un nouveau Livre blanc et la mise en place d'un nouveau contrat opérationnel qui inquiète une armée de terre en phase de "dépossession" (fin de la mission afghane, réduction des
contingents d'Afrique et du Liban, baisse des actions de formation des armées étrangères...).

Et maintenant?
Jean-Yves Le Drian, que je viens d'avoir au téléphone, va se rendre en Afghanistan au cours des prochains jours, dès la période otanesque passée et l'installation de son équipe bouclée. Demain jeudi, à 9h30, aura lieu la passation de pouvoirs.

 

Commentaire : Oui il y a de quoi s’inquiéter, face au poids lourds (relatif) du nouveau gouvernement, le nouveau ministre de la défense n’aura pas ni la volonté, mais l’a-t-il ? ni la marge de manœuvre suffisante pour sauver ce qui reste à sauver d’une défense sacrifiée sur l’autel de la rigueur. Des coupes sombres sont  prévues, et nos généraux comme d’habitude feront avec. Seule une crise majeure pourra faire prendre conscience que ce choix de réduction de la voilure est un mauvais choix. Mauvais choix économique d’abord, l’investissement militaire soutient une grande partie de notre
économie et de notre recherche, favorise nos exportations, sécurise des emplois, assure notre avenir. Je crains que nous ayons un jour à le regretter.. Oui des économies sont encore possible, notamment dans un budget de fonctionnement qui maintient certains privilèges qui ne sont plus d’actualité.
Mais de grâce, n’applaudissons pas, quel que soit le ministre , les choix sont faits.. Il faudra bien trouver de l(argent là où on peut encore en gratter sans risque de faire descendre les gens dans la rue..

La défense arrive  donc au 11e rang protocolaire, le rang qu'elle avait dans le premier gouvernement Fillon. Et le SEDAC arrive bon dernier. Mais que diable en avait-on besoin d’un ?

 

Pendant la campagne du gouvernement J.Y Le Drian avait répondu à quelques questions

Afghanistan : prévu pour 2014, le retrait devrait être "accéleré" - les conditions étant
décidées lors du sommet de l'Otan à Chicago en mai prochain. Le Drian : "Nous ne voulons pas être suivistes. La France dira ce qu'elle a envie de faire. Il faut échelonner le retrait dans la
sécurité, d'abord de nos propres forces."
A cet égard, le traité que sera signé avec le président Karzaï est "une bonne chose".

Mon commentaire :  Voilà donc une approche nuancée par rapport à ce qu’avait d’abord déclaré Hollande.. principe de réalité ?

- Otan : "On garde notre place. On ne l'aurait pas fait (le retour), mais on ne va pas tout défaire" affirme Le Drian. Mon Commentaire : Comment pourrait-on faire autrement ?

- Dissuasion nucléaire : Continuité totale, que le candidat Hollande entend manifester lors d'un déplacement à l'Ile Longue. Mon commentaire : Les verts vont avaler leur chapeau..
 

- Europe : Encourager "l'Europe de la défense, que ce soit sur plan opérationnel ou industriel"  Mon commentaire : Ce qui veut dire immobilisme complet et total, l’Europe à d’autre priorités, à commencer par sa survie.

- Budget : Un nouveau Livre blanc définira "les nouvelles priorités" qui feront l'objet d'une nouvelle loi de programmation. Le Drian : "L'effort de rigueur, chacun doit y participer. La défense aussi, mais pas plus que les autres. Il faut de l'équité dans la répartition."
"Je suis absolument convaincu que dans l' esprit
(de François Hollande) le budget de la défense ne peut être considéré comme une variable d'ajustement. Ne serait-ce qu'en raison des enjeux industriels qu'il induit." Mon commentaire : Des mots,  la conviction de Le Drian est celle de la foi du charbonnier.. Voir la Bible. Quand on a la foi, on croit en l’esprit saint ? celui de Hollande. Nouvelles priorités veut dire, révision à la baisse. Nos généraix nous expliqueront meilleure efficacité et réduction de format. Ce qui veut dire faire autant avec moins d’effectifs, moins de moyens..


- Industrie :: Le Drian : "Les mouvements autour de Thales pourraient constituer une perspective, sous réserve que la stratégie industrielle ne passe au second plan, derrière un Meccano
financier." 
Mon commentaire : Oui Thalès et bien d’autre dans une
Europe de défense où le choix  américain a déjà été fait par certain pays ? la France est la seule a avoir su conserver jusqu’alors tous les composants industriels d’une défense crédible
voulue par de Gaulle.  On est en train de sacrifier les meilleurs fleurons. Savez-vous que l’on ne peut plus construire en France une seule arme légère du fusil d’assaut à la mitrailleuse ?


Voilà où nous en sommes, nous verrons où nous irons bientôt.



  

 

 



17/05/2012
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 776 autres membres