ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Cruel. La défense ne devrait pas se serrer la ceinture plus.. A suivre

le ministre.jpg
Le ministre et le général de Villiers (VILLARD/SIPA)

 

Il y a parfois des relectures cruelles, celle notamment de cet article écrit il y a moins de 8 mois à peine.

Il y a parfois des mots que ne devraient pas prononcer certains politiques. « le budget de la défense était gravé dans le marbre.« L’ensemble de la loi de programmation est blindé »   Alors que chacun sait qu’après avoir taillé dans le muscle on taille au aujourd’hui dans l’os.

Si les mots ont un sens, tailler l’os est traduit pudiquement par le mot adaptation, adaptation capacitaire de surcroît. Mais de qui se moque-t-on ? Alors que le manque d’homme sur le terrain se fait sentir, on transforme les régiments et singulièrement les régiments de cavalerie en bataillon, pire encore en bataillon sans effectifs suffisants, les SRR et EEI permettaient de conserver un « petit » réservoir d’homme – Alors que les besoins sur le terrain sont prégnants dans l’arc sahélien, avec une augmentation programmée de plus 1000 hommes.

«  L’adaptation capacitaire de l’infanterie avec la transformation du 1er Régiment de tirailleurs (1er RTir) d’Épinal et du 8e Régiment de  parachutistes d’infanterie de marine (8e RPIMa) de Castres en régiment d’infanterie de nouvelle génération et la suppression des sections de reconnaissance régimentaire dans l’ensemble des régiments d’infanterie.
• L’adaptation capacitaire de la cavalerie avec la suppression des escadrons d’éclairage et d’investigation du 12e Régiment de cuirassiers (12e RC) d’Olivet, du Régiment d’infanterie-chars de marine (RICM) de Poitiers et du 1er Régiment de chasseurs (1er RCh) de Thierville-sur-Meuse.

 

Voici le texte que j’avais publié en février 2014. Je vous le  disais, c’est cruel et tout a été dit et redit sur le sujet..

C’est non… Lors du deuxième conseil stratégique de la dépense publique, auquel ont participé Jean-Marc Ayrault et plusieurs ministres sous la présidence de François Hollande, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, invité à s’exprimer sur de nouvelles économies de l’Hôtel de Brienne, a expliqué que son ministère ne participerait pas aux futures économies, selon nos informations. A la grande fureur des autres ministres présents et qui ont pour objectif de réaliser « au minimum » 50 milliards d’économies d’ici à la fin du quinquennat en 2017. Aux autres de faire aussi bien que le ministère de la Défense.

 

« La dépense publique, en France, représente 56 % du PIB. Quand on enlève 1,5 % pour la défense, il reste 54,5 % », rappelait de son côté il y a encore peu de temps l’ancien chef d’état-major des armées (2006-2010), le général Jean-Louis Georgelin.

 

François Hollande avait assuré en juillet dernier devant la communauté militaire réunie à l’Hôtel de Brienne que la LPM 2014-2019  « reposera sur un principe, le maintien de l’effort financier important de la Nation avec la reconduction du budget de la défense à hauteur de 31,4 milliards d’euros, c’est-à-dire au niveau où il se situe cette année »Au-delà de François Hollande, la crédibilité de Jean-Yves Le Drian est également engagée. Il a répété à plusieurs reprises que que le budget de la défense était gravé dans le marbre.« L’ensemble de la loi de programmation est blindé », avait-il expliqué dans une interview accordée à « La Tribune ».



16/10/2014
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 590 autres membres