ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

En attendant demain...

Il est de tradition de ne pas terminer une année sans jeter un coup d’œil  derrière son épaule.

 

Athena Defense a reçu pour 2013  425 701 visites avec un pic de 50 704 en décembre.

A comparer avec les  199 927 pour  2012 soit une progression de 215% environ.

 

Cette progression nous la devons à votre fidélité,  à la construction progressive d’un réseau touchant des lecteurs de tout âge, à l’éclectisme des articles parus, au souci constant du respect des indépendances et de toutes les opinions, hors celles qui se réclament d’un militantisme trop marqué.

 

Pour 2014, je souhaite qu’ Athena Defense s’ouvre à d’autres rédacteurs, afin d’aborder des des sujets encore plus divers, y compris sociétaux  et de citoyenneté. 

 

Je voudrais faire de ce blog un espace de liberté dans le respect mutuel des opinions, mais je ne crois pas à l’objectivité absolue.  Il ne vous aura pas échappé que je ne suis pas un adepte convaincu des idées de gauche  tant elles me paraissent ringardes et inefficaces notamment dans le domaine économique.  Je ne suis pas non plus un  adhérent inconditionnel  d’une société sans régulation où la finance est le seul credo de la puissance des marchés.

 

Sur la plan international, je pense encore que la France a un rôle important à jouer,  mais qu’elle n’est plus en mesure de remplir seule ce rôle. J’estime que notre action économique et commerciale est le maillon faible de notre influence, je l’avais déjà constaté lors de mon bref séjour en ambassade ( 3 ans ), où on se faisait surplanter  par des pays plus discrets et efficaces, Italie, Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne.  Nous sommes désormais en concurrence avec de nouvelles nations émergentes  d’Amérique du sud et Centrale,  ( Brésil, Mexique ) et Asiatiques, Chine, Inde  qui seront les grands pays de ce 21° siècle.  Ce  siècle  qui annonce le déclin de notre vieille Europe si on n’y prend garde.  Dans ce nouvel échiquier du monde, ce n’est pas en restant arc-bouté sur des acquis dépassés que nous ferons face, mais bien en acceptant des réformes  de manière pragmatique.    

 

Les erreurs stratégiques  d’un François Hollande montrent à quel point il ne suffit pas d’avoir fait de longues et belles études pour être pertinent. Le choix Syrien est l’un des derniers exemples d’un mauvais choix stratégique et sans la sagesse d’Obama ( et les intérêts conjugués d’un Poutine à qui on a ouvert un  large espace  d’influence)  nous nous serions lancés dans une guerre ouvrant la voie à d’autres extrémismes. Entre la peste et la choléra il vaut mieux choisir la vaccination, en l’occurrence la diplomatie.  Aujourd’hui après avoir reconnu trop vite et trop tôt l’opposition, nous reculons tout honteux. Désormais,  qui parle d’aider l’opposition syrienne?  Mais Sarkozy avec son choix d’aider la rébellion libyenne a commis une autre erreur, à moins que cette erreur n’ait été motivée par d’autres considérations toutes personnelles en lien avec une certaine élection.   Qui a vraiment tué Kadhafi ?

 

Quant à notre défense, en dépit du fait que nous avons actuellement un ministre de la défense compétent, il ne pourra sauver ce qui peut l’être encore, tant la responsabilité de notre affaiblissement, n’est pas le fait de ce gouvernement seul, mais celui d’une politique  laxiste et inconséquente menée par la droite depuis plus de 30 ans. La défense a été une variante d’ajustement tout autant sous la droite que sous la gauche et compte tenu du temps passé par la droite au pouvoir ces 30 dernières années, d’abord par la droite. Sarkozy avait un certain mépris pour les armées dont il faudra se souvenir le cas échéant.

 

Notre incompétence actuelle en matière de géopolitique est flagrante, des zones entières sont laissées à l’influence d’autre puissances, alors que les grands équilibres du monde sont sur le point de changer.. L’avenir,  certes est en Asie et aussi en Amérique du sud, mais le glacis  continental russe serait une chance pour la France si nous ne négligions pas ce nouvel El dorado, qui pourrait être notre allié objectif.  En dépit des problèmes qui sont les siens, la Russie sera l’un des pays majeurs du 21° siècle par son potentiel humain et ses ressources fabuleuses.  Pourtant,  nous préférons donner des leçons à ce grand pays, alors que nos prisons sont  classées parmi les pires d’Europe, que nos banlieues sont et restent des zones de non-droit, que notre éducation nationale est en perdition, que notre modèle social prend l’eau de toute part et que les choix actuels de ceux  qui nous gouvernent  vont à l’encontre de toute logique.  Comment  peut-on  régler le chômage par des emplois aidés après avoir, à coup de taxes et d’impôts, étouffé l’économie réelle et augmenté le nombre des fonctionnaires ?  (ceux-ci continuent d’augmenter dans les régions)

Nous donnons des leçons  au monde entier alors que nous avons une incapacité à nous entendre sur l’assimilation des nouveaux immigrants, puisque nous n’avons aucun modèle à leur proposer en dehors de celui de l’assistanat.   Le communautarisme croît avec  le racisme larvé qui est renforcé par la conscience obscure d’une mise en danger des fondamentaux de notre société. Les vieux démons resurgissent et la gauche a divisé la nation pour de fausses bonnes raisons et pour la satisfaction de quelques minorités influentes,  ( homosexuels militants ) qui en pensant renforcer les libertés sont liberticides et sont ressenties par une part importante de la population comme une atteinte à leur intégrité.  Cette loi du  mariage pour tous est intervenue trop vite, trop tôt dans une société déjà en perte de repères. Quant à la loi sur  la  pénalisation des clients de prostitués, celle-ci obéit à la même règle, celle de satisfaire quelques féministes au détriment de la vraie lutte qu’il conviendrait de conduire : contre les réseaux mafieux.  Mais un Etat  qui est incapable de régler le problème des vols à la tire dans deux arrondissement de Paris serait-il  tout à coup capable d’abolir la prostitution ?  Il est vrai que le nuage radioactif de Tchernobyl s’était  arrêté à nos frontières. On croît rêver.

 

L’Europe que chacun dénonce mais qui apparaît comme une vache à lait, uniquement lorsque les subventions cessent, s’est ouverte trop vite et trop tôt à des pays qui accusent un vrai retard structurel et que ne peuvent adhérer à la monnaie unique, c'est-à-dire au modèle allemand, sans répliques sismiques économiques créatrices de chômage et de misère et qui de plus déséquilibrent les  pays de la vielle Europe historique.

 

Voilà ce à quoi je pense en cette année nouvelle.  Le discours de Hollande était-il à la hauteur des enjeux ? Vous jugerez par vous-mêmes..

 

Bonne année à tous.

 

Roland Pietrini

 



01/01/2014
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 560 autres membres