ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

La défense ne devrait pas se serrer la ceinture plus.. A suivre

C’est non… Lors du deuxième conseil stratégique de la dépense publique, auquel ont participé Jean-Marc Ayrault et plusieurs ministres sous la présidence de François Hollande, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, invité à s’exprimer sur de nouvelles économies de l’Hôtel de Brienne, a expliqué que son ministère ne participerait pas aux futures économies, selon nos informations. A la grande fureur des autres ministres présents et qui ont pour objectif de réaliser « au minimum » 50 milliards d’économies d’ici à la fin du quinquennat en 2017. Aux autres de faire aussi bien que le ministère de la Défense.

 

« La dépense publique, en France, représente 56 % du PIB. Quand on enlève 1,5 % pour la défense, il reste 54,5 % », rappelait de son côté il y a encore peu de temps l’ancien chef d’état-major des armées (2006-2010), le général Jean-Louis Georgelin.

 

François Hollande avait assuré en juillet dernier devant la communauté militaire réunie à l’Hôtel de Brienne que la LPM 2014-2019  « reposera sur un principe, le maintien de l’effort financier important de la Nation avec la reconduction du budget de la défense à hauteur de 31,4 milliards d’euros, c’est-à-dire au niveau où il se situe cette année »Au-delà de François Hollande, la crédibilité de Jean-Yves Le Drian est également engagée. Il a répété à plusieurs reprises que que le budget de la défense était gravé dans le marbre.« L’ensemble de la loi de programmation est blindé », avait-il expliqué dans une interview accordée à « La Tribune ».

En outre, la France, qui semble vouloir jouer un rôle sur la scène internationale notamment en Afrique, a besoin d’une institution militaire forte. Paris vient d’ailleurs de décider d’envoyer 400 militaires supplémentaires en Centrafrique, ce qui portera« temporairement à 2.000 ses effectifs dans ce pays. Et puis la perspective même très réduite de voir un jour des militaires français dans la rue, à l’image de ce qui s’est passé au Portugal, pourrait faire reculer Bercy et Matignon, qui tentent de tailler dans le budget du ministère de la défense sans aucune vision stratégique.

 

Voir Journal La Tribune.. 



16/02/2014
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 570 autres membres