ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Livre Blanc une analyse du Groupe de liaison G2S

 Ainsi 19 généraux dont 1 général d’Armée, 10 généraux de Corps d’Armée, 6 généraux de Division, 5  généraux de Brigade nous donnent une analyse du livre blanc assez confondante et surprenante dans le bulletin N° 80 de la lettre d’information du G2S.  Cette analyse présentée sous forme synthétique confirme l’impression générale qui fut celle de nombreux observateurs. Il en ressort un sentiment de confusion,  d’imprécision. Si l’analyse de la situation  de la France dans le nouveau paysage stratégique est assez juste, si la stratégie de sécurité nationale reposant sur une approche globale de gestion des menaces et des risques semble réaffirmée, celle-ci reposant sur les  piliers, dissuasion nucléaire,  liens avec l’alliance atlantique et intégration dans une union européenne, la confusion est faite entre les moyens nucléaires  purement nationaux et l’appartenance à des alliances plus politiques que militaires.

 

Cela se résume par un constat inchangé, le monde n’est pas moins dangereux que précédemment, les budgets militaires de nombreux pays asiatiques notamment sont en croissance exponentielle, l’insécurité et l’instabilité de nombreux pays et les traités qui nous engagent nous imposent une défense significative et signifiante. En conséquence on diminue les effectifs et les moyens….

 

Une certaine logique nous échappe.. Si  les 19 généraux réunis en conclave apportent une analyse relativement objective, du LB, ils n’apportent aucune solution originale, on reste donc dans un constat brillant certes mais peu porteur d'espoir pour l’avenir. La grande muette porte toujours aussi bien son nom. 

 

Ce document est néanmoins un bon document de travail et de réflexion.  

 

 

Extrait de la synthèse

La politique de défense suivie depuis 1996 – date de la professionnalisation des armées - peine à stabiliser un appareil militaire qui connaît des réformes permanentes depuis plus de vingt ans. Si les armées ont pu absorber les chocs successifs de la disparition du Pacte de Varsovie et du passage à l’armée de métier, il en va bien différemment de ceux provoqués par la révision générale des politiques publiques et accentués par la crise économique depuis 2008.


Le constat d’un malaise existentiel au sein de la communauté militaire n’étonne pas dans ce vent de réformes qui souffle depuis 1996. En effet, il ne s’appuie sur aucune prospective concernant notre politique de défense, les enjeux stratégiques, les menaces et les missions des forces. La réalité impose de dire que notre système de défense ne répond plus à l’ensemble du spectre des scénarios d’emploi possibles. Si bien que pour le militaire, la perception d’un fossé grandissant entre l’analyse de la situation mondiale actuelle et la réalité des capacités militaires en Europe et en France, se fait chaque jour plus crue. Pour cette communauté, les capacités opérationnelles ont atteint le seuil bas de la crédibilité pour deux raisons : d’une part, la modestie du contrat opérationnel dans sa révision issue du Livre blanc de 2013, présenté comme
celui de l’engagement majeur, et, d’autre part, la difficulté pressentie à l’honorer dans le contexte
économique de la loi de programmation militaire 2014-2019. Par ailleurs, les hommes et les femmes de la défense s’estiment malmenés par les réformes structurelles qui leur sont imposées dogmatiquement, qui obèrent la cohérence de l’institution et portent atteinte à leurs spécificités. Le rendement des bases de défense alimente ce sentiment, comme l’incapacité d’une administration qui calque ses modes de fonctionnement sur ceux – inadaptés pour elles - des entreprises du secteur économique. Cette situation ne semble plus de nature à permettre aux armées de répondre à une surprise stratégique - retenue pourtant par le Livre blanc - par une remontée en puissance dont les conditions initiales sont mises à mal par des mesures d’organisation qui semblent irréversibles. Enfin, l’effort financier réel au profit de la défense apparaît volontairement surestimé dans le discours politique, alors que la défense ne représente que 3,2 % de la dépense publique annuelle.


Les causes de cette situation sont multiples. Les causes premières relèvent de la responsabilité d’une classe politique qui méconnait les questions de défense et laisse l’administration civile de l’Etat tenir en la matière une place indue. La hiérarchie militaire, de son côté, n’assume plus sa fonction irremplaçable de conseiller écouté avec l’autorité que lui confèrent ses compétences propres. D’autres causes, secondes, en découlent
naturellement.  L’absence de prospective ne permet plus d’orienter la réflexion de défense et se fait sentir dans les mesures d’organisation ou les arbitrages sur les moyens. Aucun scénario d’emploi des forces n’est étudié pragmatiquement pour les définir et les dimensionner. A la tête de l’administration de l’Etat, le primat de l’économie prévaut sur toute autre considération et prend le pas sur la décision politique. Parallèlement, une entreprise de désinformation, nourrie à la base par l’appareil administratif et relayée par les faiseurs d’opinion discrédite une hiérarchie militaire soupçonnée d’incompétence et qui reste inaudible pour nos concitoyens comme pour sa propre base. L’effort de défense, autant intellectuel que matériel, reste notoirement insuffisant ; financièrement, il n’a jamais été aussi bas depuis la fin de la 2ième Guerre mondiale.
Sur la pente budgétaire acquise depuis 2008 et poursuivie avec obstination, il n’est plus en mesure de répondre au niveau requis au renouvellement des équipements, à leur entretien, au bon fonctionnement courant des forces ni à un niveau satisfaisant de leur préparation opérationnelle. Un taux « plancher » de ponction sur la richesse nationale demanderait d’être restauré, selon les normes définies par l’OTAN, à hauteur de 2,5 % du PIB. Tout ceci résulte, en fait, d’une forme de négation de la spécificité de la défense et des armées.

 
Groupe de liaison G2S 
 
 

 



29/01/2014
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 590 autres membres