ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Poutine jusqu’où ira-t-il ? La marche d’un tyran ou d’un visionnaire ?

ukraine-est-jpg_2439640.jpg

 

 

Décidémment à vouloir éliminer tous les tyrans de la planète, le sort s’acharne sur les démocraties bien-pensantes et sûres d’elles. Qu’on en juge !  Alors que l’occident avait en février aidé à la chute du président Ianoukovitch, sans le dire tout en le faisant, quitte à s’allier avec une extrême droite fascisante,  en pensant avoir marqué une grande étape dans le basculement de l’Ukraine dans le camp Otanien, Poutine avait déjà un coup d’avance.

La tentative d’encerclement de la Russie par l’ouest avec la Pologne pour pivot, politique parfaitement suicidaire tant celle-ci restait basée sur une méconnaissance profonde  des réalités géopolitiques de l’Europe et de l’héritage de  notre histoire sanglante,  a fait long feu et risque de nous entrainer vers une nouvelle guerre froide, dans laquelle nous serons tout autant perdants que les Russes. Il ne fallait pas toucher, en tout cas pas de cette manière, aux intérêts stratégiques de la Russie renaissante.  Les oligarques  qui nous dirigent ne l’avaient pas compris, trop occupés à défendre leur prés-carrés et à manger de concert à la gamelle des privilèges républicains ou ce qu’il en reste. La France incapable d’avoir désormais une politique étrangère indépendante voulue par de Gaulle  et son successeur Mitterrand plonge et suit un Obama décevant, hésitant et le Dieu américain me le pardonnera, finalement inculte.

Avec une Ukraine désormais à feu et à sang, une Pologne schizophrène et une Allemagne ayant repris confiance en sa toute puissance, imposant sa vision économique grâce à un euro à sa mesure.  L’Europe absente, comme toujours, en subira les conséquences et  joue la carte perdante  d’une  Amérique  qui se pense impériale, alors qu’elle s’affaiblit comme un malade qui ne sait pas encore que ses jours sont comptés et que le cancer le ronge. Avec une dette abyssale, une économie affaiblie, un dollar menacé, une puissance militaire somme toute gigantesque autant qu’inadaptée, elle a participé au chaos naissant qui nous guette en pensant gagner des guerres, celles du pétrole en premier,  tout en perdant la paix, et en déstabilisant des régions entières.

Obama (et ses conseillers)  considérait Poutine comme un moujik, c’était sans compter qu’il maitrise depuis fort longtemps  le jeu d’échec, et qu’en judoka confirmé il sait exploiter les  faiblesses de l’adversaire brinqueballé sur le tatami de leurs illusions, avant de les terrasser.

On ne fera pas la guerre à la Russie, même pour l’Ukraine,  en d’autres temps et pour l’avoir oublié, d’autres plus puissants que nous le sommes s’y sont cassés les dents. Alors,  autant l’avouer de suite et régler le problème des sanctions aussi inutiles qu’inefficaces, à moins de nous contraindre à manger ce que nous sommes désormais incapables de leur vendre. C’est 400 ans après JC que les slaves venant des  plaines de  Biélorussie se sont installés sur le territoire de la Russie européenne après avoir chassé les Huns, les Kazarks et les Avars. Napoléon et  Hitler fort heureusement, s’y sont cassé les dents…  

Ainsi Poutine, qui a de la mémoire,  à ce jeu de guerre psychologique fait semblant de vouloir négocier afin de mieux avancer ses pions. Il jouera toutes les cartes, y compris humanitaires. Mais ne lâchera rien. Sa menace est précise, "Si je le veux, en deux semaines je prends Kiev", aurait-il lancé à José Manuel Barroso, selon le quotidien italien La Repubblica. Qui l’arrêtera ? La Pologne qui se sent menacée n’en a pas les moyens, devrions-nous mourir pour Kiev ? Refaire le coup de mourir pour Dantzig ?

Le plus raisonnable ne serait-il pas de développer nos relations avec la Russie, est-il trop tard ? De réformer l’Otan trop dirigé vers les mêmes objectifs issus de la guerre froide et qui sert une politique américaine trop intrusive, d’aider  à la création d’une Ukraine tampon entre l’Europe et la Russie, naturellement tounée vers l’un comme vers l’autre et agir pour l’édification d’une Europe apaisée mais plus forte, une Europe des nations indépendante des Etats-Unis.  

Oui, le  tsar  Vladimir joue la provoc son « même pas peur » ravi les Russes et renforce son autorité incontestable d’autant plus qu’il « élimine » ceux qui décideraient de la contester. Il a salué vendredi pour la première fois les succès des "insurgés » de Novorossia" en fait les  insurgés pro-russes, le même jour,  l'Otan sans grande preuve  dénonçait la présence d'un millier de soldats russes dans le Donbass. "Ils s'étaient perdus à la frontière", selon un porte-parole russe autorisé.

Oui, Poutine organise la guerre psychologique asymétrique, ses armes ne sont pas les nôtres et  nos experts ne le savent pas. La présence de forces russes para-militaires qui encadrent, sans contexte les forces pro-russes est évidente, mais comment s’en étonner alors, partout dans le monde nous agissons en sous-main, contractors interposés, il existe même des multinationales pour cela  et seuls les drones armées américains auraient-ils le droit de violer les frontières ? Le fait d’avoir exposé quelques armes hors d’âge et un drone Orlan10 saisis sur des forces pseudo-russes ne suffira pas à déstabiliser Poutine.

 

Alors, il faudra s’habituer, ce que fait Poutine en Ukraine, de son point de vue, nous l’avons fait un peu partout, au nom du droit d’ingérence Poutine estime que les populations pro-russes d’Ukraine sont en danger, que cela soit vrai ou faux n’a aucune espèce d’importance,  les faits sont là et nous lui avons donné toutes  les raisons d’intervenir.  Il se sert de nos propres errances, faut-il s’en étonner ? Combien   d’infiltration illégales, d’opération Omo toutes aussi illégales, de bombardements illégaux d’interventions sous couvert Otanien ou Onusien. La Russie fait partie des membres permanents du conseil de sécurité à l’occasion il faudra s’en souvenir.

Poutine a peut-être l’âme d’un tyran, mais il a une vision, celle d’une Russie forte qui ne serait pas menacée par le  pseudo parapluie nucléaire anti-Iran installé en Europe de l’Est et le menaçant et  celle d’une Europe moins soumise à l’influence des Etats-Unis. A  qui la faute, si aujourd’hui nous ne savons plus à quel saint nous vouer ?

 


 Vidéo censurée par ? 

la censure est toujours ridicule.. Dont acte

La vidéo montrait une colonne ukrainienne constituée et ordonnée qui aurait été filmée  le 3 septembre près de Loublansk en Ukraine  à 35 km de la frontière russe)

niveau de force équivalent à un bataillon de fusilliers motorisés avec 1 compagnie de chars et des appuis d'artillerie dont du 2S3

 

liens: http://www.athena-vostok.com/la-guerre-du-chaos-aura-lieu-ukraine-et-etat-islamique

 


 

 Ce qui est appelé chars par la journaliste sont en fait des BMD, blindés légers appartenant à des unités aéroportées.



02/09/2014
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 552 autres membres