ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

2023, tous les signaux d’alerte sont au rouge.

chars russes.JPG

 

 

Il y a comme une déliquescence programmée des intelligences de la part de nos dirigeants, comme si tout était fait à l’encontre des peuples, par leur déconnexion funeste de la réalité d’un monde qui évolue plus vite que leurs cerveaux.

 

C’est ainsi que les civilisations meurent et que d’autres prennent la place.

 

En cette fin d’année 2022, je n’arrive pas à me réjouir pour cette année nouvelle qui se dessine comme la pire que nous allons vivre depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

 

Tous les signaux d’alerte sont au rouge.

 

Il serait fastidieux de les passer tous en revue, je n’ai cessé sur ce blog de les rappeler tant sur le plan intérieur qu’extérieur, mais un simple rappel des causes qui ont emmené aux deux déflagrations mondiales de l’ère moderne que furent les deux guerres mondiales du XX° siècle et celle larvée de la guerre froide, nous porte à réfléchir sur l’avenir de ce monde.  

 

Le sentiment de revanche d’une partie d’un monde envers l’autre se concrétise par des crises de plus en plus répétitives et sans solution.

 

 

nombre de migrants.jpg

 

Le nombre de migrants internationaux atteint 272 millions, en hausse dans toutes les régions du monde

 

Un rappel,  au lendemain de la première guerre mondiale, les pays vainqueurs, sous l'impulsion de la France, veulent faire payer aux vaincus le prix du conflit. L'Allemagne doit ainsi verser 132 millions de marks-or (soit 23 millions d'euros) en guise de réparation. Résultat, le pays tombe dans une hyperinflation encore aggravée par la crise économique mondiale de 1929. En outre, l'armée allemande est réduite à peau de chagrin avec 100.000 soldats et les régions frontalières avec la France sont démilitarisées. Le sentiment de revanche grandit alors dans le pays à l'encontre de la France et de ses alliés. Un sentiment qui participe à la montée du nazisme. (1). L'invasion de la Pologne par l’Allemagne, le 1er septembre 1939, déclenche la seconde guerre mondiale.

 

1989 : le mur de Berlin s’effondre, les pays de l’Est sous la botte russe reconquièrent leur souveraineté et se rapprochent de l’Europe et très vite de l’OTAN.  L’URSS est exsangue et disparait, une crise économique majeure en Russie en est la conséquence et les valeurs morales sont inversées.

Le capitalisme le plus sauvage s’installe et la corruption est à son plus haut niveau.  L’URSS et son rêve de socialisme scientifique supplantant le capitalisme disparait dans les poubelles de l’histoire et l’Occident se réjouit et met ne place une contreculture, celle de la mondialisation et de la libre circulation des marchandises en transférant une partie de son industrie en Asie.

 

On savoure, de manière totalement irresponsable,  les dividendes de la paix qui consistent à transférer une partie des dépenses consacrées à la défense au profit d’un développement économique tourné vers les services plutôt que vers la production  puis de plus en plus dirigé vers une écologie punitive,  qui détruit peu à peu, singulièrement en France, son industrie traditionnelle au détriment des industries de pointe dont le chimique, le pharmaceutique et le nucléaire, détruisant ainsi  des millions d’emploi.  La crise identitaire et la politique migratoire non maitrisée allant de pair se rajoutent au sentiment de déclassement des populations autochtones.

 

 

crise financière.jpg
Le spectre d’un séisme financier mondial, façon 2008, pointe le bout de son nez à Wall Street. A l’origine de ce come-back, un bug sur le marché des prêts interbancaires américains qui n’est pas sans rappeler celui qui avait précédé la crise des subprimes.

 

 

Les crises financières se succèdent, 1971, 1973, 1975. De 1979 à 1992, c’est l’émergence des politiques néolibérales appliquant la politique des 3D (déréglementation, désintermédiation, décloisonnement) favorable à l'épanouissement des marchés financiers au Royaume-Uni et aux États-Unis sous les règnes de Ronald Reagan, Margaret Thatcher, George Herbert Bush et John Major.

1987, c’est le Krach des marchés obligataires. 1990 l’invasion du Koweït par l’Irak fait flamber le prix du baril du pétrole et affole les marchés financiers. 1997, c’est la crise économique en Asie.

 

Le krach boursier de 2001-2002 est parfois comparé au krach de 1847, certaines banques déposent le bilan.

 

En Turquie et au Mexique, l’inflation atteint des taux record, plus de 50%. Puis, c’est l’Argentine, le Brésil, le Venezuela qui sont touchés, avec en Europe la Grèce.

2007-2009, c’est la crise des subprimes, Les fonds de retraite des États- Unis perdent 2000G$ US en un an accélérant l’appauvrissement des retraités et mettant à la rue des centaines de milliers de gens incapables de payer leur crédits immobiliers. En France, la dette sociale atteint des records.

 

2014-2015, avec l’invasion de la Crimée, le rouble russe connait un krach qui entraînera des répercussions économiques très graves pour la Russie, dont la mise en faillite de plus d'une soixantaine d'établissements financiers et une longue période de récession.

 

Or, depuis 2001, Poutine fait un constat, le modèle d’un Occident libéral dont les valeurs morales s’effondrent ne peut être celui de la Russie qui compte tenu de ses ressources se doit de proposer un contre-modèle partout ou cela est possible, en développant ses zones d’influences, Afrique, Amérique du Sud et en fragilisant encore plus le maillon faible de l’Occident, l’Europe qui selon lui tombera comme un fruit mur. Il renforce le sentiment nationaliste, s’appuie sur l’église orthodoxe, reconstruit son armée. La première étape de cette déstabilisation étant le retour de l’Ukraine dans le giron russe.  

 

Or, la première partie du plan ne se déroule pas comme prévu, L’Ukraine résiste, l’OTAN presque mort sort de sa tombe, l’Europe oublie pour un temps ses divisions, une coalition d’apparence se crée autour de l’Ukraine. Nous sommes en ce moment à la fin de cette première phase, l’Histoire de la seconde phase n’est pas encore écrite, nul ne sait vers quelle hypothèse nous nous dirigeons.  

 

Les sanctions économiques envers la Russie, mises en place sont beaucoup moins efficaces et ont un effet boomerang sur les économies européennes, tout en boostant les exportations des Etats-Unis vers l’Europe. La course aux armements reprend, après une interruption sans précédent, qui a accru la dépendance Europe envers les E.U.

 

La dette en France et en Europe atteint des records, Allemagne exclue, et la guerre économique menée par la Russie contre l’Europe s’intensifie soulignant les choix erratiques et parfois coupables de nos dirigeants.  

 

Tous les voyants sont au rouge.  Sans le nucléaire et la dissuasion, l’Europe serait déjà un champ de bataille.   

 

Mais, cette protection est fragile.

 

La Chine, dont l’économie commence à souffrir par la conjonction de sa crise sanitaire et la réduction des importations, pourrait alors déclencher un conflit avec Taiwan, pour faire diversion, s’alliant ainsi de fait à la Russie, qui pourrait relancer son offensive cette fois-ci contre l’OTAN. La Russie se prépare à cette option et nos dirigeants, une fois de plus, sont dans l’immédiateté et ne préparent pas la population à cette hypothèse.

 

Le Monde en cette fin d’année 2022 est au bord du gouffre, et il est difficile de faire confiance à nos dirigeants qui, sans cesse se sont trompés et nous ont menti à peu près sur tout avec une constance frôlant le grand art.

 

OUI, leur déconnexion funeste avec la réalité de ce monde évolue plus vite que leurs cerveaux obnubilés par le seul sujet qui leur importe, leur ego et la défense de leurs privilèges.

 

 

Faut-il baisser les bras pour autant ? Je ne sais pas. Jouer les Cassandre (2) n’est jamais un rôle facile. Je m’y emploie à contre-cœur et je crains de ne pas être le seul.

 

 

Roland Pietrini

 

 

Bonne année à tous, en dépit de mon pessimisme, je crois en la faculté d’être heureux pour soi-même et ses proches. C’est la seule richesse que nous avons.  

 

 

(1)    Quelles sont les causes de la seconde guerre mondiale ? (futura-sciences.com)

(2)    Cette expression doit son origine à une héroïne malheureuse de la mythologie grecque. Fille de Priam, Cassandre la Troyenne avait le don de prédiction. Mais Apollon, pour la punir de ne pas l’aimer, la condamna à ne jamais être crue.

 

PS :  je rappelle pour les fêtes deux de mes livres :

 

Piège Au Levant : ROLAND, Pietrini: Amazon.fr: Livres

 

Amazon.fr - Les Sentinelles oubliées: Le renseignement humain derrière le rideau de fer - Pietrini, Roland - Livres

 

Le blog ne vit que grace aux dons.  lien sur la page d'accueil, d'avance  Merci 

 

 


 
 

 



27/12/2022
93 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1405 autres membres