ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos d'un "petit" pays, la Suède

Comment font les suédois pour vendre des avions de guerre? Si je devais répondre de manière abrupte, je répondrais : Qu’ils travaillent eux ! Combien de journée de grèves dans ce petit pays depuis 1945 ? Et pourtant, c’est une démocratie qui marche et qui a construit un système social particulièrement avancé. Je dirais que c’est un pays neutre, et qu’en conséquence acheter suédois ne compromet ni les acheteurs, ni le vendeur. Je dirais que c’est un pays pragmatique, qui n’invente pas à chaque fois la machine à couper le beurre, mais qui sait utiliser sur étagère ce qui existe ailleurs. Je dirais que c’est un pays tourné vers l’innovation et la simplicité depuis les meubles jusqu’à la haute technologie. Je dirais que c’est un pays exportateur qui sait vendre et qui, avant de produire comprend qu’il est nécessaire de disposer d’un marché, y compris un marché intérieur. Je dirais que c’est un pays qui a une certaine constance de l’effort, et qui a un budget de la défense cohérent, constant, sans livre blanc, sans effet d’annonce, sans mensonge sur les ressources. D’ailleurs, le Ministre de la défense suédois estime,
« qu’en matière de budget, on ne peut pas faire de prévisions trop précises : une analyse profonde de l’évolution de la situation mondiale est nécessaire. Certains évènements sont imprévisibles, comme l’ont été la guerre en Géorgie, ou le dégel entre les USA et la Russie ». Raisonnable mais efficace, tiens, au fait, selon l'hebdomadaire Defense News du lundi 20 août, le Premier ministre Fredrik Reinfeldt a publiquement désavoué le Ministre des finances Anders Borg, qui avait annoncé des coupes importantes dans les fonds consacrés aux forces armées, soit 600 millions de dollars sur 3 ans. Réduction, maintien ou augmentation ? Toutes les options sont encore ouvertes pour le budget de la défense, qui cette année atteint 6 milliards de dollars… Un premier ministre qui désavoue un ministre des finances, et qui insiste pour que l’effort de défense soit maintenu, on croit rêver non ? Quant au CEMA, le général Syrén, il avait souligné dès 2006 que le budget est insuffisant, après une diminution de 20% depuis 1990. Il avait rappelé que des coupes supplémentaires auraient des "effets dramatiques sur la sécurité nationale", et qu'il n'est pas possible de modifier le budget sans d'abord fixer les changements attendus à long terme dans les tâches de défense que doivent remplir les militaires. Le Ministre de la défense a également refusé ces coupes… ETC… Cela se passe en Suède, petit pays scandinave où il fait froid l’hiver…


14/10/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 983 autres membres