ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de guerre systémique et de la théorie des sphères stratégiques

http://www.egeablog.net/dotclear/index.php?post/2011/09/20/Sph%C3%A8res-strat%C3%A9giques&pub=0

 

Plutôt que de guerre systémique on pourrait parler en effet  de dépression systémique, puisque l’ennemi est parfois l’instrument sans qu’il s’en doute d’un système de mise en situation, d’instrumentalisation  et de caractérisation de son action. Comment en effet caractériser le 11 septembre ?  Est ce un acte de guerre ? Est-ce un acte terroriste ?  Est-ce un épiphénomène ? Mais cela mériterait un développement argumentaire plus construit.   Autre exemple,  la crise financière actuelle a atteint un point de non-retour.. Si nous analysons cette crise nous intégrons le fait que nos gouvernants en aient une bonne perception, sans avoir les moyens de la régler à cause de sa complexification, mais aussi à cause de l’irresponsabilité structurelle de nos démocraties qui diluent la responsabilité de nos  politiques  tant ils sont obnubilés par l’exercice de leur propre pouvoir et de leur réélection ou de leur élection. Eloignant ainsi toute possibilité de consensus.

 

 De même, on peut dans un conflit avoir une excellente analyse de la capacité de l’ennemi, tout en oubliant de mettre en phase ses propres moyens afin de le vaincre, mais cela a-t-il encore un sens ?  Dans un récent commentaire j’évoquais brièvement « la complexité des savoirs » l’un des paradoxes et non des moindres est justement celui du formidable progrès des connaissances qui semble paralyser tout processus de décision.

 

Autrement dit, si « la multiplication des sphères rend la stratégie plus complexe, sans supprimer la possibilité de guerre » c’est la perception même de sa réalité qui s’éloigne et non la réalité de son existence.. D’ailleurs, on ne prononce plus le mot guerre comme si ce mot n’avait plus aucun sens perceptible. Les  guerres sont aussi des guerres sémantiques.  Tant il est nécessaire d’analyser le sens des mots et le processus par lequel ils se chargent de sens. Il y  a parfois un gouffre entre la perception d’une pensée, sa diffusion et la compréhension du message par autrui.   « un blog est d'abord un outil pour accoucher une pensée. La formalisation vient à mesure » vous excuserez la mienne.



21/09/2011

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 923 autres membres