ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de l'accord de défense France / GB

 

 

Telemos

 

Signé en novembre 2010, l'accord de Lancaster House entre Londres et Paris reste un axe stratégique pour les deux pays. Londres ne veut pas d’une Europe de la défense qui est jugé comme un machin irréaliste et impossible à atteindre  avec une Allemagne qui a refusé de s’engager en Afghanistan et qui ne possède pas l’arme nucléaire. Et puis, en Europe seul la France et la Grande Bretagne ont un siège permanent au conseil de sécurité. La France est donc en couple avec l’Allemagne et participe au duo anglo-américain.. La Grande Bretagne et la France sont en compétitivité  constante, mais ne peuvent désormais avancer l’un sans l’autre. L’intervention en Libye a renforcé le leadership en matière de défense entre les deux pays. Bref on compose pour des raisons économiques avec l’Allemagne et on se rapproche par pragmatisme de la Grande- Bretagne pour continuer à jouer dans la cour des grands. On fera donc avec les Anglais, le telemos, un engin lourd, de la gamme des huit tonnes (le double du Reaper américain), d'environ 28 mètres d'envergure (harfang 16m), capable d'embarquer des systèmes optiques, électromagnétiques et des armements. (BAe-Dassault). Dassault qui est le maître d’œuvre du Neuron continuera à participer à ce projet  européen puisqu'il associe Alenia (Italie), Saab (Suède), Eads-Casa (Espagne), HAI (Grèce) et Ruag (Suisse). Rappel, le nEUROn est un démonstrateur qui doit pouvoir exécuter une mission air-sol automatisée insérée dans un réseau C4I d'une durée de 100 minutes à 100 km de sa base d'opération ; réaliser une plate-forme furtive, tant dans le domaine de la signature radar que dans celle de la signature infrarouge ; pouvoir tirer des armements (2 x bomne guidée laserde 250 kg ou, moins vraisemblablement, de bombes lisses dotées d'un kit AASM) à partir d'une soute interne dans des délais très courts. Autre coopération avec la GB, le projet d’un futur avion de combat commun, avec une "lettre d'engagement commune" sur le Future Combat Air System (FCAS), c'est-à-dire le successeur potentiel du Rafale et du Typhoon (Eurofighter), avec un premier prototype vers 2020, dans le meilleur des cas.. On verra…Dans le domaine nucléaire, Les Britanniques procèderont ainsi à des "tirs froids" au Valduc, où un centre commun est construit. Ces tirs froids sont des expériences sur des matières fissiles, sans réaction nucléaire. Dernier point rendu public, le lancement d'un programme de missile léger antinavire, pour équiper les deux marines. Bref, l’avenir est à la coopération, les risques ne peuvent être que partagés, la crise financière, la maîtrise des budgets de la défense impose aux puissances européennes qui veulent rester audible face à aux Etats-Unis dont l’intérêt  se tourne désormais vers l’Asie à avoir une approche pragmatique.. Le mariage de raison a supplanté le je t’aime moi non plus..

 

nEURon

 



17/02/2012
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 907 autres membres