ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos des élections et de la démocratie en Russie

Le vrai problème est-il celui de la démocratie en général ou bien celui de la démocratie dans l’ex-URSS ? Cette réflexion peut d’ailleurs être étendue à tous les pays à peine sortie de la zone d’influence soviétique et qui aujourd’hui se réclament de l’Europe.
La Russie, n’a jamais connu la démocratie, et d’ailleurs chacun s’accorde pour dire que la démocratie ne peut fonctionner en Russie, elle n’est ni adaptée à l’immensité du territoire, ni à la diversité des peuples la composant, ni au caractère slave prédominant qui s’identifie au chef, au tsar, quel que soit le système politique ou social. Quant à la corruption elle a toujours existé et eut son apogée sous la période communiste. J’ai un profond respect pour ce peuple qui s’est fondé sur les grands fléaux de ce monde, esclavage, famines, grandes catastrophes, déportations, guerres, et je trouve déplacé les leçons bien pensantes des occidentaux neo-cons que nous sommes devenus. ( Pour faire court, et afin que l’on ne se méprenne pas sur ce mot, je rappelle que Les néo-conservateurs américains sont passés de l’Etat providence, à des idées de plus en plus conservatrices dans leur approche générale de la politique, attachant une plus grande importance à l’ordre public et au respect de l’autorité, voir les thèmes développés par le cercle de l’oratoire) La Russie n’est pas un Etat démocratique, mais en cherchant bien le sommes-nous vraiment ? Nous qui avons quelques siècles de recul sur ce système, comment aurions-nous réagi à une succession de périodes allant du pouvoir absolu des tsars, en passant par une guerre civile, une guerre mondiale et des millions de morts, la période stalinienne, les déportations et les goulags, la guerre froide, Tchernobyl, l’effondrement d’un système… Mais c’est un Etat de droit qu’on le veuille ou non, manipulation des urnes ou non les grandes tendances se dessinent. En 1999 sur les 450 sièges de la DOUMA, 19 revenaient au parti communiste à Gauche, et 14 au LDPR partie nationaliste d’extrême droite. En 2003 les communistes eurent droit à 51 sièges pour 37 au PLDR, en 2007 les communistes sont à 57 sièges et le LDPR à 40, aux dernières élections, le parti communiste est à 92 sièges or le parti Russie Unie, qui a perdu la majorité constitutionnelle lors des élections du 4 décembre, pourrait entrer en coalition avec le Parti libéral-démocrate (LDPR), estime le directeur général de l'Agence des communications politiques et économiques, Dmitri Orlov. Le LDPR est passé à 11,66%.. Il y a donc deux phénomènes à souligner. La montée des extrêmes à gauche comme à droite et une certaine radicalisation du Parti de Poutine qui pour gouverner devra transiger avec des partis qui de toute façon qu’ils soient communistes ou de droites sont avant tout nationalistes. Ce n’est pas une bonne nouvelle, mais nous, les donneurs de leçons en sommes en partie responsable, par notre négligence envers ce pays qui représente une puissance économique considérable, une réserve de ressources fossiles énorme (gaz, pétrole, uranium, métaux rares..) Une zone d’expansion humaine majeure pour l’avenir de l’humanité. Si nous souhaitons ouvrir ici le débat de la puissance militaire russe, ouvrons-le, et malgré les déclarations du chef d'Etat-major général russe Nikolaï Makarov : « La Russie pourrait se voir impliquée dans un conflit dans lequel des armes de destruction massive seraient utilisées en évoquant les "tentatives d'intégrer l'Ukraine et la Géorgie au sein de l'Alliance Atlantique". Je ne crois pas à la volonté expansionniste de la Russie, mais à sa capacité à défendre ce qu’elle pourrait considérer comme une menace pour son territoire. L’Ours est dans sa caverne et défendra son territoire envers et contre tout. Contrairement à la Chine qui dans 20 ans sera la première puissance militaire au monde et sera un jour ou l’autre tentée de s’en servir pour protéger ce qu’elle considère déjà comme étant son territoire et sa propriété, le marché économique mondial. Notre intérêt est de mieux comprendre le sens de ce qui se dessine actuellement à l’Est, pas de réagir en fonction des samizdats d’opposants dont certains ont démontré durant la guerre froide une certaine propension à être tout aussi dangereux que ceux qu’ils étaient censés combattre



07/12/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 976 autres membres