ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos du lien armée-nation

Je serais tenté de croire que l’auto flagellation fait désormais partie plus que jamais de notre culture… Que dire de l’évolution de l’appréhension de nos concitoyens sur le lien qui existe entre le  bras armé de la nation et sa propre  sécurité.. Cette évolution est-elle si spectaculaire et récente que cela ? Et dans quelles sens si cela était le cas. ? Au cours de notre histoire contemporaine, parce que les témoins existent encore.. Ils ne sont plus très nombreux, il est vrai,  il est une  situation qui fut comparable à un niveau moindre, à celle que nous vivons aujourd’hui, celle de la guerre d’Indochine..Souvenons-nous, les années 50 :  Une France affaiblit dans les contradictions de ses maux d’après guerre et qui pense à sa reconstruction.. Un corps expéditionnaire  issu de volontaires,  fabriqué à partir des naufragés étrangers de la seconde guerre mondiale,  ( à lire par le sang versé..),  Des volontaires  français  venant de métropole,  pas très nombreux et  méprisés, ces fameux engagés et rengagés,  encadrés par des officiers et des sous-officiers de valeurs plus moines que soldats, une opinion publique au mieux indifférente au pire hostile pour de sombres raisons bolcheviques ou néo pacifique conséquence d’une situation héritée de notre particularité bien française et bien plus violente qu’elle ne l’est aujourd’hui. Un contexte de situation sociale et économique catastrophique, grèves, inflation, une dette publique abyssale, une armée sous-équipée avec des effectifs pléthoriques. Un conflit éloigné et incompréhensible pour le citoyen d’en bas et pour les politiques qui comme d’habitude font semblant de croire en ce qu’ils disent  tout en préservant  le plan B, celui de la fuite et de la préservation de leurs intérêts.

 

Et d’ailleurs vous sous-entendez,  vous-même ce parallèle dans votre « lettre à un jeune capitaine » je cite « votre lettre ressemble à celle que vos anciens du BEP ..Auraient pu écrire lors de la guerre d’Indochine » A propos de la supplique que ce capitaine a écrit  sur le besoin finalement de reconnaissance et de connaissance du travail effectué là-bas. Arguments  sur lesquels il y aurait bien des choses à dire tant son approche est louable mais maladroite et peu  convaincante et traduit de sa part une certaine incompréhension de la réalité du monde qui n’est pas le sien.. Ce qui finalement renforce votre propos sur la dénationalisation de l’armée.

 

Mais revenons à vos arguments. Ainsi, le retour dans l’OTAN serait un accélérateur, sous prétexte que le langage utilisé serait incompréhensible, quelle importance puisque de toute façon ce langage l’était déjà auparavant ? Au fait avez-vous déjà compris celui de la justice dans son jargon d’un autre siècle ou celui  des notaires, à moins que le langage médical soit d’une clarté absolu…

 

La fin du service national ? Mais si celui-ci avait suffit pour créer le lien armée-nation alors il n’y aurait pas eu tant d’opposants à son maintien,   surtout parmi ceux qui avaient le pouvoir d’y échapper d’une manière ou d’une autre.. Les élites, les jean-foutres, les fils de.. Quant à la réserve, elle ne fût jamais considérée comme une priorité ? .. J’ai évoqué lors d’un précédent commentaires l’intérêt d’une garde nationale à la française mais cela dépasse évidemment nos moyens, considérés de toute façon comme insuffisants par les uns comme par les autres. Quant à l’active elle considère souvent le réserviste comme,  au mieux, utile dans certaines circonstances pour boucher les trous, mais de gestion compliquée. Le réserviste au-delà des discours de circonstances est au pire un gêneur, à la limite un profiteur, surtout s’il est issu de l’active. Quelle mission lui réserve-t-on ? Quel statut ? Avec quels moyens ? Le manque d’imagination et de pragmatisme de nos responsables est à la hauteur de ce qui caractérise notre système, l’absence de perspective et une gestion administrative et comptable à défaut d’une gestion opérationnelle et de compétence.

 

Quant aux opex qui seraient mal comprises ?  Comment en vouloir aux citoyens ? Qui leur explique les enjeux ? Les problèmes de sécurité  sont évoqués et instrumentalisés par la gauche comme par la droite, mais jamais évoqués dans leur globalité..Quant au politiquement correct il pénalise tout débat sérieux, en commençant par les spécialistes de défense (toujours les mêmes au demeurant)  qui parlent avec emphase de guerre asymétrique, dissymétrique de COIN, d’enjeux, et qui prennent tellement de la hauteur dans leur propos que l’on finit par les perdre de vue..

 

Je passe sur la gendarmerie, qui est plus signifiante pour le lambda moyen en terme de répression routière qu’en terme d’agent de la sécurité au profit du citoyen sur le territoire national et ailleurs.. Il y a bien longtemps que le gendarme ignore le grade d’un autre militaire qui ne fait pas partie de son arme.. Le statut militaire de ce corps s’est perdu depuis le jour où le service national a tari le lien qui pouvait exister entre l’armée et ce corps. Aucun sous-officier de la gendarmerie passe par l’ENSOA de saint Maixent. C’est un fait.

 

Enfin la culture militaire ? Est-elle celle d’un enfermement ? Elle est à la fois indispensable pour créer des liens, une cohésion, une force sociale, mais elle est impénétrable tant ses codes et son langage sont étrange, pour ceux qui ne font pas partie du système.. C’est un autre  fait et cela n’est pas nouveau..

 

Alors pourquoi ce sentiment étrange, ce ressenti que rien ne va ? La réponse est peut-être à rechercher dans le total changement en profondeur de nos sociétés, qui se veulent plus ouvertes, métissées, mondialisés, fondues dans le melting-pot des pensées  et des origines des cultures et des valeurs, qui fait que tous les repères sont bouleversés et qu’il faut inventer d’autres repères.. Je n’ai pas la réponse, mais celle du général Poncet ne me convainc guère, en poussant son raisonnement à l’extrême, nous pourrions alors, délocaliser et externaliser nos armées  afin d’en faire un corps de spécialistes froids, aveugles et sans âme.. La ressource humaine est sans limite, et cela coûterait tellement moins cher.. Certaines sociétés privées ont compris à quel point le créneau est porteur.. Voulez-vous des noms ? Voulez-vous des adresses ? Cherchez un peu tapez sur Google : contractors job, vous finirez bien par trouver…



25/04/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 995 autres membres