ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Afghanistan comment gérer le risque?

 

La mort, ce dimanche 14 août de ce lieutenant issu du corps des sous-officiers, je pense à sa famille et je suis triste,  souligne une évolution de la  tactique adverse en afghanistan. Plusieurs des morts français sont dus à des tireurs probablement isolés, formés au sniping par des pays tiers et qui ne sont pas forcément afghan. Les officiers peuvent être facilement repérables soit par leur signe distinctif soit par leur attitude, présence d'un radio ou non, voire armement spécifique. Cela les rend éventuellement plus faciles à cibler par un tireur isolé. Huit officiers, tous de l'armée de terre, sont morts en Afghanistan, les forces françaises engagées sont dans une situation de risque accru, en effet et c'est l'un des éléments d'analyse,  la population, compte tenu du retrait annoncé a plus intérêt à collaborer avec les futurs maîtres du pays qu'avec les « occupants » occidentaux.

Le choix  est difficile entre celui de continuer à effectuer les missions avec ces risques renforcés et celui de rester enfermer dans les FOB comme le font certains de nos alliés.

 

Le commandement est devant un dilemme, comment avec des moyens qui iront en s'amenuisant, assurer la mission sans casses supplémentaires. On voit bien que rien n'est réglé et que l'intention ne préjuge pas de l'action. Désormais nous sommes dans un guépier, il faudra beaucoup de sens tactique et de courage pour s'en sortir.



14/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 976 autres membres