ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Afghanistan -Où nous en sommes....

Oui l’émotion est forte, puisqu’il s’agit d’un acte ressenti comme un assassinat. Et pourtant la dénomination est inexacte. Cet acte barbare n’est pas plus assassin qu’une pose de bombe dans un marché ou une explosion d’IED. Pour l’ennemi c’est un acte de guerre comme un autre.

Il faut donc rester méfiant pour caractériser la propagande talibane. Je parlerais plutôt d’action psychologique parfaitement calculée de leur part et dirigée à l’encontre des étrangers sur un sol islamique.. En s’attaquant aux soldats occidentaux dans leur propre forteresse sur le lieu même où ils se trouvent, ils signent un coup de maître, portant l’insécurité urbi et orbi..  En signifiant que l’ALN représente un pôle d’insécurité, (peu importe d’ailleurs de savoir  s’il s’agit  d’un vrai soldat ou d’un taliban déguisé et infiltré), ils valident leur tactique et  jouent avec nos déficiences culturelles. Désolidariser les alliés, accélérer leur retrait, démontrer qu’ils peuvent frapper partout, jouer sur le principe de précaution des occidentaux qui les poussera à abandonner leur politique de formation envers  l’ANA et la population, et accessoirement jouer les élections présidentielles françaises et les surenchères évidentes des différents candidats en cette période.. Bref,  « ils »  peuvent vivre au moyen-âge mais reconnaissons qu’ils possèdent  une qualité certaine d’analyse et de connaissance de nos faiblesses. Je serais presque tenter de les applaudir. Or ces faiblesses proviennent de notre incapacité à adapter la bonne tactique et à agir sur leurs propres faiblesses ; Encore conviendrait-il de les chercher ces faiblesses !… Ce n’est pas en éliminant ici ou là quelques barbus que l’on fera basculer un pays du moyen-âge à l’ère moderne. Notre responsabilité est entière sur notre échec. Nous savons, nous mesurons que le problème se situe ailleurs, au Pakistan par exemple, en Arabie Saoudite, en Iran, mais qui osera s’en préoccuper ?  Nous appréhendons parfaitement que l’ANA disparaîtra, se liquéfiera, se perdra dans des luttes intestines d’influence tribale et de pouvoir, à l’instant même où nous aurons quitté le sol afghan, 25% d’absentéisme dans les rangs, 10% de désertion souvent avec arme et bagage. Un rapport parlementaire le confirme : Extrait  des échanges à la Commission de la défense nationale et des forces armées du  mercredi 10 février 2010, Françoise Hostalier s’interrogeait  sur les désertions. - Sont-elles encore importantes ? Nous formons des combattants, mais n’y a-t-il pas un risque qu’ils se retournent finalement contre nous en rejoignant les insurgés ? – Le  colonel Jean-François Martini répondait : extrait : - Sur les désertions, je crois qu’il faut bien distinguer absences et désertions. Dans la 1re et la 3e brigade, le taux d’absences atteignait ainsi 25 %, incluant les malades, les blessés, les personnels en formation… Seuls 10 % d’entre eux étaient de réels déserteurs. - Il y a des soldats qui passent à la rébellion, mais j’observe que les déserteurs rejoignent assez peu les insurgés ne serait-ce que parce que les gens se connaissent et que les cadres militaires exercent une forte surveillance sur leurs troupes. On ne saurait être aussi langue de bois, dans un scénario d’échec annoncé. Mais comme d’habitude, on fait semblant de suivre une stratégie réfléchie tout en ayant conscience de son inefficacité et de son inutilité.. Il y a le langage consensuel apparent et le langage de vérité réservé aux dîners en ville…Bref rien de bien nouveau depuis tant de guerres perdues.. Indochine, Vietnam, Algérie, perdues à cause nos faiblesses, structurelles et culturelles et certainement pas à cause de nos soldats.. Nous vivons une fois de plus l’exemple d’une stratégie inadaptée  à une situation géopolitique complexe, dans laquelle nous nous sommes totalement fourvoyés.  Alors partir d’Afghanistan oui, le sujet n’est pas de savoir quand, mais comment..



22/01/2012
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 923 autres membres