ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Audition du général Mercier CEM de l'AA

Extrait et synthèse de l’Audition du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, sur le projet de loi de finances pour 2013 devant la Commission de la défense nationale et des forces armées le Mardi 16 octobre 2012

Intégralité sur

http://adefdromil.org/wp-content/uploads/2012/10/c1213010.pdf

 

 

 

Mme Patricia Adam, Présidente. Je remercie le Général Mercier, nouveau chef d’état-major de l’armée de l’air, de bien vouloir venir devant notre commission s’exprimer à l’occasion du projet de loi de finances pour 2013, en attente des grandes décisions qui découleront du Livre blanc et de la loi de programmation militaire (LPM). À titre d’introduction, je voudrais vous demander de réagir au dernier rapport thématique de la Cour des comptes de juillet 2012, consacré au bilan à mi-parcours de la loi de programmation militaire, qui formulait un certain nombre d’observations sur cette dernière, en particulier sur les contrats opérationnels conventionnels, dont certain objectifs lui semblaient hors d’atteinte pour l’armée de l’air. J’appelle par ailleurs l’attention de mes collègues sur votre proposition de suivre, la semaine prochaine, une belle démonstration d’un exercice aérien européen.

 

M. le général Denis Mercier. C’est avec fierté et plaisir que je m’exprime devant vous pour la première fois en tant que chef d’état-major de l’armée de l’air. Alors que je viens de prendre mes fonctions depuis un mois, les aviateurs sont au centre de mes préoccupations….

 

Je suis conscient qu’au delà d’une vision à moyen terme, il nous faut prendre en compte la situation actuelle et le défi budgétaire que notre pays doit relever. La difficulté de l’exercice réside dans cette adéquation entre préparer le futur et gérer le présent. Nous devons veiller à ne pas occulter l’avenir au seul regard du court terme. Toute rupture irréversible aurait des conséquences à moyen et long terme qui pourraient obérer durablement notre capacité à nous rénover….

 

(Rappel sur les capacités de l’armée de l’Air : puissance, réversibilité, disponibilité…)

 

… Concernant le commandement et le contrôle, le projet de loi de finances 2013 prévoit la livraison aux normes OTAN du centre de commandement, de détection et de contrôle des opérations aériennes. Cette évolution du CNOA permettra de diriger, depuis Lyon, toutes les

opérations aériennes menées sur le territoire et à l’extérieur du territoire national. Nous maintiendrons une composante déployable, mais minimum, le but recherché étant d’opérer haque fois que possible depuis le territoire national….

 

… Dans le domaine du renseignement, la commande d’un premier système de drone intermédiaire MALE et la livraison d’un Transall C160 Gabriel rénové constituent des avancées significatives.

 

…. Nous devons aussi réfléchir à de nouvelles voies dans l’utilisation de ces drones. Conçus pour surveiller de larges zones sur de longues périodes, ils peuvent apporter une aide précieuse à des autorités civiles pour l’évaluation permanente de la situation et la coordination des moyens. A titre d’exemple, l’administration américaine des douanes et des frontières dispose de sept drones MALE…

 

… S’agissant de la projection stratégique, nous allons entrer dans une nouvelle ère. Une ère où la rapidité et la capacité de transport des nouveaux vecteurs nous imposent d’imaginer de nouveaux concepts d’emploi plus dynamiques.

 

…. L’arrivée des premiers A400M est inscrite dans le projet de loi de finances 2013, marquant une étape importante. Le déficit de notre capacité de transport est critique : le maintien des compétences de nos équipages est de plus en plus difficile et nos capacités sont fragilisées. Si l’A400M devait encore avoir du retard, notre capacité à assurer l’évacuation de nos ressortissants en cas de crise serait remise en cause. L’A400M va démultiplier nos possibilités : il permettra, par exemple, de transporter quatre fois plus de charges qu’un Transall vers Dakar ou N’Djamena en deux fois moins de temps.

La commande des premiers avions ravitailleurs Multi role transporter (MRTT), inscrite dans le projet de loi de finances 2013, ouvre aussi un nouvel horizon à notre capacité de transport stratégique. Les MRTT remplaceront, à l’horizon 2017, nos Boeing C135 dont l’âge avancé fait peser un risque permanent de rupture capacitaire et nous contraint beaucoup en termes de maintenance. Mais ils remplaceront aussi les trois Airbus A310 et les 2 A340 dont ils reprendront la totalité des missions de transport de personnel et d’équipements ; 14 appareils en remplaceront 19. Pilier de notre projection de forces et de puissance, un MRTT sera capable d’amener 4 Rafale et 20 tonnes à 5 000 km, là où un C135 n’amène que 2 avions et 7 tonnes. Vecteur polyvalent, il pourra transporter près de 300 passagers à 5 000 km, là où un C135 n’en transporte que 55. À partir du territoire national, s’appuyant sur des pôles « (hub) » judicieusement positionnés, A400M et MRTT, parfaitement complémentaires, offriront une capacité d’intervention immédiate et inégalée vers n’importe quel point du globe…

 

… Le projet de loi de finances 2013 confirme la livraison de neuf nouveaux Rafale polyvalents. Je me réjouis de la livraison de ces appareils. Cependant, il m’appartient de m’assurer que nos équipages disposent de suffisamment d’heures de vol pour maintenir leur niveau de qualification et de garantir la formation des plus jeunes.

 

… Cependant, la vision à moyen et long terme ne doit pas occulter la gestion du présent. Les efforts budgétaires du court terme pourraient nous imposer des choix aux conséquences irréversibles pour l’avenir. C’est pourquoi j’exprime trois inquiétudes principales.

 

… La première concerne le maintien de l’activité aérienne pour nos équipages. Elle est essentielle pour garder des compétences, préserver un niveau suffisant de sécurité aérienne et garantir le moral de nos aviateurs. Nous sommes confrontés à la difficulté de contenir les coûts de maintien en condition opérationnelle (MCO). En 2012, l’écart entre les ressources disponibles et les besoins d’entretien programmé des matériels aéronautiques de l’armée de l’air a atteint 300 millions d’euros.

 

… Ma deuxième préoccupation concerne les hommes et les femmes de l’armée de l’air. Ils consentent depuis de nombreuses années de lourds efforts à des réformes exigeantes. Nous avons fermé douze de nos bases aériennes en quatre ans. À raison de 4 000 départs pour environ 2 000 recrutements annuels, nous conduisons une réduction de format de 25 %, sur le principe du « non remplacement d’un départ sur deux ».

 

… Je suis également attentif à la perspective, en 2013, d’une réduction significative des tableaux d’avancement qui risque de fragiliser le moral des aviateurs, notamment dans les catégories de personnel qui portent la réforme. Au lieu d’un effort ponctuel peu bénéfique, il me semble nécessaire d’inscrire notre action dans une logique globale et pluriannuelle de révision des avancements prenant en compte l’allongement des carrières.

 

… Ma dernière crainte concerne la construction budgétaire. Les trajectoires financières actuellement envisagées nous amènent à court terme sous le seuil des engagements déjà passés. En poursuivant dans cette direction, nous serons amenés à annuler certaines commandes, avec des pénalités à la clé, et nous serons dans l’impossibilité de procéder aux nouvelles acquisitions, celles qui nous permettront de mettre en place des modes de fonctionnement source d’économies.

Les drones, les MRTT, qui n’entrent pas encore dans la construction budgétaire, sont en position de vulnérabilité. La phase 2 de la quatrième étape du système de commandement et de conduite des opérations aériennes (SCCOA) n’est pas prévue dans le projet de loi de finances 2013. Ses

reports successifs fragilisent notamment nos capacités de détection sur le territoire national.

Le report de nombreux programmes d’équipement, décidés en amont des travaux du projet de loi de finances, pourrait aussi s’avérer préjudiciable à notre capacité opérationnelle.

C’est le cas par exemple de ceux liés aux obsolescences du missile Aster30, du pod RECO NG, du simulateur Mirage 2000C, de la mise aux normes civiles des hélicoptères Puma et Fennec, de la rénovation des C130 et de la flotte de Mirage 2000D. Sur ce dernier point, je souligne que le Mirage 2000D au potentiel de vie encore élevé nous permettrait de disposer d’un avion, dont il nous faut déterminer le niveau de rénovation et le format, capable d’effectuer à moindre coût une large gamme de nos missions en complément du Rafale. Il existe un véritable risque de perte de capacités opérationnelles, mais aussi de capacités industrielles nationales dont les conséquences pourraient être irréversibles. Je milite pour l’étude de solutions de court terme qui permettent de conserver la réversibilité nécessaire à la préparation d’un avenir qui pourra être différent de celui d’aujourd’hui. Un avenir qui sera porté par le personnel s’il n’est pas tourné vers une simple diminution des formats mais bien vers un véritable projet.

 

… L’A400M constitue ce que l’on peut appeler une « capacité socle », c'est-à-dire qu’il sera commun à toutes les armées. Les retards dans sa livraison nous coûtent cher, ne serait-ce qu’en maintien des compétences. Pour autant, il est difficile d’accélérer le rythme de livraison de cet équipement, du fait du caractère multilatéral du programme : nos partenaires connaissent les mêmes problèmes que nous.

… Pour conserver nos savoir-faire, et aussi permettre à l’armée de terre de continue à s’entraîner, nous avons dû commander huit avions de transport tactique léger CASA. Le rythme de livraison de l’A400M tel qu’il est prévu est assez intensif jusqu’en 2025, et nous en aurons reçu déjà une trentaine vers 2017-2018, lorsque la flotte à laquelle il doit succéder sera retirée du service.

Quant au Rafale, je crois que si nous ne l’avons pas encore exporté, c’est parce qu’il est en avance sur sa génération – quoi que sa conception ait commencé dans les années 1970. Le seul véritable avion de sa catégorie est l’avion de combat JSF (Joint Strike Fighter), qui ne dépasse le Rafale qu’en furtivité.

Si nous avions des marges de manœuvre, je préférerais les employer à moderniser nos Mirage 2000 et à acquérir des capacités socles.

 

… Pour ce qui est du renseignement en général, on peut mieux faire : il y a des capacités satellitaires sur lesquelles nous devons continuer à investir. Mais il faut souligner que les différents moyens de renseignement dont nous disposons, et dont nous avons su exploiter la complémentarité – par exemple en Libye – nous offrent déjà une solide capacité de connaissance.

C’est d’ailleurs ces acquis qui nous ont permis de participer en nature au programme Alliance ground surveillance (AGS) de surveillance terrestre promu par les Américains dans le cadre de l’OTAN. Nous avons néanmoins besoin de moyens de renseignement électro-magnétique (ROEM) et de drones MALE.

 

… Quant à la formation des équipages….

 

… Aujourd’hui, le volume horaire de formation de nos pilotes est inférieur aux objectifs fixés : 160 heures au lieu de 180 pour les pilotes de chasse – et encore, certains ne volent que 120 heures. Le différentiel est encore plus marqué pour les pilotes d’avions de transport, qui devraient voler 400 heures par an, et qui n’en effectuent en moyenne que 250. Cette situation peut créer un vrai problème de compétences ; c’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons demandé et obtenu l’acquisition de huit CASA. Certes, la simulation permet de pallier une

partie du problème, mais elle ne remplacera pas le vol.

 

Fin de l’audition.

 

Commentaire : Le Chef d’Etat-major de l’AA est en place depuis peu, les problèmes de l’Armée de l’Air sont cachés pas le succès militaire de sa participation à l’opération Libyenne. Mais l’arbre cache la forêt. Les trous capacitaires qu’il désignent sont connus, l’avenir est ici comme ailleurs suspendu aux décisions qui feront suites à la publication du livre blanc. On attend avec impatience l’intervention du CEM de notre marine.



24/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 941 autres membres