ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Bilan et prospective .. Réactualisé

 

VBCI français

 

C’est une promesse de campagne électorale de François Hollande, elle est tenue, chacun jugera si elle est judicieuse : Trois ministères (Intérieur, Justice, Education nationale) sont privilégiés par le président de la République. La Défense verse à ce trio 200 M€ au titre des contributions. Pour la suite, le cabinet de la défense,  estime à 6 milliards d'euros le montant des programmes qui devront ainsi être "reportés".

L'EMA et la DGA se sont mis à l’ouvrage pour s’atteler à ce criblage des programmes. Les trois armées seront concernées. Seule la dissuasion nucléaire sera épargnée, ainsi que le budget du MCO qui doit augmenter légèrement. Les provisions pour opex seront ramenées à 650 M€, montant à peine suffisant pour couvrir le retrait d’Afghanistan.
Le budget devrait s'établir à 30,2 Md€ hors pension pour 2013. A titre de comparaison, pour 2012 le budget était de 31,5 Md€, amputé de 167 millions d'euros par rapport au projet initial au titre des économies supplémentaires d'un milliard annoncées le 24 août 2012 par le Premier ministre du précédent gouvernement. La différence est donc de 1,3 Md€ hors inflation, la réalité est autre,
on compte sur 1,2 Md€ de recettes exceptionnelles (immobilier, fréquences), on sait à quel point cela est de la prospective. Avec l’inflation, pour 2013 le tour de vis est d’environ 3,2md€, ce qui signifie un abandon et un report de certains programmes, lesquels ? Or la cour des Comptes souligne l’écart à
mi-parcours de la précédente loi de programmation militaire qui n’ira pas à son terme, comme les autres.

 

Nous y sommes donc, la révision de nos objectifs sera dramatique, il y va de la place et de l’autorité de la France dans le monde, mais cela a-t-il aujourd’hui une quelconque importance ? Cette France molle, sans volonté, sans vision géopolitique devenue sujette d’un monde qu’elle est désormais incapable d’éclairer. (Oui le mot est un peu fort et pourtant notre intervention un peu précipitée en faveur du soulèvement libyen avait un moins un avantage, celui de montrer que la France pouvait encore agir).   

 

Mais il faut désormais renvoyer dos à dos la droite et la gauche, puisque cette révision déchirante n’aurait pu être évitée de toute manière et quel que soit le gouvernement en place.

La faute en revient à de multiples causes : Une inconstance dans l’effort de défense, une politique
industrielle souvent dictée par des choix non conformes à nos besoins, une course à la sophistication dont les utilisateurs portent en partie la responsabilité, en effet, l’obstination dans le toujours mieux va à l’encontre de la maitrise des coups et du MCO (maintien en condition opérationnel)  et du nombre, un seul porte-avions aussi performant qu’il peut l’être à notre échelle ne peut en remplacer deux, 11 Frégates 17, 96 chars Leclerc ne peuvent remplacer 350 AMX30B2 pour le même
coût etc.…Nos frégates Lafayette sont certes furtives mais mériteraient un armement plus conséquent.. 

La faute aussi, à une partie de nos cadres militaires d’élites formés pour atteindre les hautes sphères et dont l’état d’esprit est de plus en plus proche de celles de nos cadres de la haute
administration, et du corps préfectoral, loyaux au pouvoir en place, ce qui est la moindre des choses, mais souvent serviles et préoccupés par un souci de carrière de plus en plus prégnant. 

La faute en revient aussi  à une Europe frileuse dans le domaine de la défense, sans volonté et égocentrée sur ses problèmes intérieurs nationaux.

La faute à une politique militaro industrielle incohérente, dictée par un profit de court terme aveuglée par un marché international qui lui fait fabriquer des produits inadaptés à nos propres besoins, ce qui n’est pas toujours le cas, mais que d’échecs à l’export, encore que, notre industrie de défense est la seule à générer une balance positive, ce qui est si rare, on vend plus que l’on n’achète, mais en
diminuant encore un peu plus le format de nos armées et donc les besoins on rompra ce cercle vertueux. .

La faute est à  un manque de concertation évident entre Etat-major européens qui pousse à faire des choix contre-productifs, exemple les VBCI, plus de 5 modèles différents en Europe, idem pour les chars de combat, idem pour les navires de première ligne, l’avion de transport A400M est l’arbre qui cache la forêt, le choix du F35 hors de prix par la Grande Bretagne, l’Italie, les Pays Bas, mais imposé par les Etats-Unis, et dont les pays se retrouvent aujourd’hui cocufiés. L’Eurofighter commandé par le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie alors que chacun le sait que seul le Rafale français est réellement polyvalent et que son dérivé marine est comparable aux meilleurs avions américains..

Nous sommes au bout du bout du bout d’un système qui ne peut plus se survivre à lui-même, notre défense ne pourra échapper à une révision objective de son organisation, de ses objectifs, cela touchera ses effectifs et son équipement, nous sommes dans une impasse dont seule une réelle volonté de mise à plat totale pourrait nous sortir. Je crains que le futur livre blanc ne livre un produit bien formaté, bien consensuel, bien timide, bien servile et apte à chloroformer un pays en passe
de devenir un musée dont on visitera les joyaux légués par ceux qui savaient se retrousser les manches et prendre des risques.

 

 

 

 



01/08/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 984 autres membres