ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

DES AILES POUR VIVRE

EDITIONS CHEMINEMENTS

http://www.cheminements.fr/index.php 

 Présentation de l'éditeur

Nous sommes en 1944, dans le Val de Loire. Un jeune garnement, avec ses petits camarades de la campagne, joue dans les prés à des jeux qui auraient pu mal se terminer et qui préfigurent ce que sera plus tard ce qu il appellera sa vie de cow-boy. Pour son bien, pensent-ils, ses parents le mettent, en 1945, aux Enfants de Troupe, où sa personnalité se construit, tendresse et révolte mêlées. Devenu pilote dans l armée de l air, il va découvrir la diversité du monde, des coutumes des cultures différentes, mais aussi la guerre. D abord le Viêt-Nam. Dien-Bîen-Phu, où sa vie faillit s arrêter. Ce pays où il aurait dû mourir occupe désormais son esprit, et parfois le submerge. Suivent l affaire du canal de Suez à laquelle il participera, d une part dans le cadre de la coalition franco-anglaise, et ensuite sous l uniforme Israélien. Puis la guerre d Algérie, où il restera jusqu à la fin, en 1961. De retour en métropole, il est affecté dans un groupe de transport dont la mission principale est de transporter, à travers le monde, le chef de l Etat, ses ministres, et les autres. Dernière étape, après un long passage dans l industrie privée, pendant lequel il a continué à réaliser ses rêves ; il revient comme il se l était juré à Dien-Bîen-Phu, dans le petit village du Val de Loire où, près d une maison aux volets bleus, il aperçoit des galopins courir à travers prés et ruisseaux, comme si terme et seuil se confondaient.

Références:

Des ailes pour vivre
Claude Guyot

Éditions Cheminements

ISBN 978-2-84478-781-1

14 €

.....Voici un livre qui se lit, qui s'écoute, devrais-je dire, comme un témoignage verbal. Le pilote, par l'intermédiaire de l'auteur, relate toute sa carrière militaire, débutée en pleine guerre d'Indochine et terminée au-dessus des djebels algériens.

Ses premiers souvenirs remontent à la libération du Saumurois, en 1944. Période marquante mais pas dans le bon sens. Et pour cause... Après quatre années sombres, c'est une période trouble au cours de laquelle ses yeux d'enfant constatent, impuissant, les exactions de la part des résistants "Fifis" de la dernière heure, des justiciers assassins à la petite semaine ou des tondeurs de femmes suspectées (souvent à tort) d'avoir succombé aux « Ich liebe dich » des soldats de la Wehrmacht.

L'année suivante, ses parents décident de mettre le galopin aux Enfants de Troupe, une école où il apprendra la discipline et la révolte. Premiers concernés par cette dernière : sa famille. Alors que son père le destine à une haute école militaire et que sa mère l'imagine en médecin personnel pour ses vieux jours - ou en prêtre qui lui administrera l'extrême onction -, le jeune Armand décide de s'engager dans l'armée de l'Air le plus rapidement possible, par le biais des ORSA (officier de réserve en situation d'activité), un acronyme prononcé avec dédain par les "directs".

Voler, il en rêve depuis qu'il a assisté à un combat aérien pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1952, au moment où il obtient son brevet de pilote, la guerre s'éternise en Indochine. Épris de liberté et d'horizons exotiques, Armand se porte aussitôt volontaire et débarque à Saïgon. Après Suez et l'Algérie, il revient en métropole sur la base de Villacoublay, au GLAM, chargé de transporter les plus hautes autorités de l'État, là où le devoir ou le loisir les appellent. Jusqu'au bout, le gamin qui aspirait à visiter le monde, est parvenu à réaliser ses rêves. Jusqu'au bout, il voit ainsi du pays. Conformément à son statut, après quinze années de services et d'aventures, l'officier de réserve en situation d'activité est tout simplement rendu à la vie civile.

Cet ouvrage annoncé comme "romanesque" ressemble à s'y méprendre à un journal intime dans lequel Armand Steimetz a consigné tout ce qui a fait son quotidien au cours de sa carrière militaire : affectations, missions, avions, supérieurs hiérarchiques, amis, amours, emm….es. Le lecteur trouvera au fil des 196 pages de nombreuses anecdotes où le comique côtoie souvent le tragique, où l'on exorcise la mort d'un camarade en faisant la nouba, histoire de ne pas sombrer dans la dépression.

L'auteur nous régale de quelques morceaux d'anthologie où le sens de l'honneur et l'intelligence ne sont pas forcément du côté que l'on croit. L'ouvrage se termine par un pourboire intéressant sous la forme d'un florilège d'articles de presse concernant la guerre d'Indochine.

Le parcours d'Armand Steimetz est relaté dans un style rendu dynamique par l'utilisation du présent de l'indicatif. En conclusion, voici un recueil d'aventures à la fois pittoresques, attachantes, cocasses et pathétiques qui ne devrait laisser personne indifférent. Et j'en mets ma main à couper : que les anciens transporteurs qui ont fait l'Indo, Suez et l'Algérie et qui ne se retrouvent pas dans ces lignes lèvent le doigt !

Corinne Micelli



09/12/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 923 autres membres