ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

intervention du général IRASTORZA

Compte rendu

De la commission de la défense nationale

et des forces armées (Extraits)

 

Audition du général d’armée Elrick Irastorza, chef

d’état-major de l’armée de terre, sur le projet de loi de finances

pour 2011 (n° 2824)

 

 

« 2010 a été une année difficile marquée par une très forte mobilité interne. Entre les opérations, pourtant en régression de près de 3 000 postes depuis 2008, et les missions de courte durée de renforcement de nos forces de présence et de souveraineté, elle aura projeté

31 000 soldats hors du territoire métropolitain. 33 000 ordres de mutations, dont les deux tiers avec changement de résidence résultent du plan annuel de mutation auquel s’ajoutent sept dissolutions, dix transferts majeurs et la poursuite de la gestion des restructurations déjà initiées. Enfin, l’armée de terre étant composée à 72 % de contractuels pour préserver la jeunesse de ses régiments, nous avons dû accompagner 18 200 départs, dont 15 100 sans bénéfice d’une pension, et procéder, malgré la déflation de près de 3 000 hommes, à

15 000 recrutements, ce qui fait, au total, un chassé-croisé de plus de 33 000 personnes. Au final, plus de 97 000 hommes et femmes auront donc été concernés par un mouvement en 2010. Ce n’est pas sans effet sur la perception de la réforme en cours et la préservation du moral dans une collectivité de 112 000 militaires, 125 000 en comptant le personnel militaire servant hors du BOP. En dépit de sa moindre mobilité, le personnel civil concerné par les restructurations a également été soumis à de fortes contraintes. Trois exemples significatifs de cette surmobilité : l’état-major de la 9e brigade légère blindée de marine a conduit simultanément la préparation de son engagement en Afghanistan et son déménagement de Nantes à Poitiers ; l’école de l’infanterie a repris sans discontinuité ses activités de formation deux mois après avoir déménagé de Montpellier à Draguignan ; enfin, le 16e bataillon de chasseurs a envoyé 632 hommes en OPEX et 392 en mission Vigipirate tout en déménageant

d’Allemagne à Bitche.

L’année 2011 sera encore plus difficile. Aux réorganisations structurelles connues, à savoir sept dissolutions et quatre transferts majeurs, viendra s’ajouter la réorganisation fonctionnelle de l’administration générale et des soutiens courants en bases de défense. »

 

« À enveloppe constante de 133 millions d’euros, le nombre de jours de préparation et d’activité opérationnelles diminuera légèrement : 116 jours sont prévus en 2011 contre 120 en 2010 ; nous tomberons probablement à 111 jours en 2012 et à 105 en 2013. En revanche,

parce qu’il y va de la sécurité des vols, l’objectif de 180 heures de vol par an et par pilote sera maintenu dans l’ALAT, dont 20 de vol sur appareils de substitution et 20 heures par transformation de 60 heures de vols sur simulateurs en heures de vol réel. En cas de

contraintes supplémentaires, il n’y aura pas d’autre solution que la réduction du nombre de pilotes. »

 

« S’agissant des équipements, nous sommes désormais bien entrés dans ce que j’appelle le 3e cycle de régénération depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le détail est présenté dans le chapitre 4 du projet de loi de finances. Les commandes et les livraisons

devraient être conformes à la programmation à l’exception du véhicule haute mobilité (VHM) ramené de 15 à 10 engins et du lance-roquettes unitaire (LRU).

La démarche consistant à engager sans attendre les équipements neufs (Tigre, VBCI,CAESAR, ARAVIS, PVP par exemple.) sur les théâtres d’opérations sera poursuivie en 2011,avec la projection de missiles Javelin, du véhicule de détection de mines SOUVIM 2, ou

encore de FELIN, cette dernière étant envisagée à la fin 2011, une fois terminé l’entraînement d’appropriation du système. Le 1er régiment d’infanterie (RI) vient d’être équipé FELIN.

Suivront en 2011, le 13e bataillon de chasseurs alpins, le 16e bataillon de chasseurs, le 92e RI et le 35e RI. Cinq régiments d’infanterie sur vingt seront donc « félinisés » en fin d’année ; parmi eux, deux sont déjà équipés du VBCI, les 35e et 92e RI.

En dépit d’un processus de renouvellement de ses équipements qui mérite d’être souligné pour son impact immédiat sur notre capacité opérationnelle et le moral des soldats, l’armée de terre reste depuis 2005 en deçà de la barre des 20 % des crédits consacrés à ses

équipements majeurs. 2007 fut d’ailleurs une année particulièrement difficile. Avec 1 743 millions d’euros accordés en 2011 au titre du programme 146, elle perdra 139 millions d’euros en valeur absolue par rapport à 2010 – ce qui se conçoit dans le contexte actuel – et

régressera à 18,2 % de l’enveloppe globale à périmètre équivalent. Cela ne me semble plus tout à fait en phase avec la volonté du Livre blanc de mettre l’accent sur la remise à niveau des moyens terrestres. Pour ce qui relève des programmes à effets majeurs, j’ai trois préoccupations.

Tout d’abord, avant d’envisager de démembrer le programme Scorpion, il faut se souvenir de sa finalité première : rompre avec les dispendieuses habitudes du passé en recherchant d’emblée un maximum de points communs entre nos équipements neufs ou en

cours de rénovation pour en réduire les coûts et faciliter ultérieurement leur soutien. Ce programme fédérateur incrémental devra, sous la contrainte, faire preuve d’une certaine

plasticité, mais y renoncer serait, à court terme, une régression conceptuelle et, à long terme, une source de surcoûts.

Ensuite, le premier véhicule blindé multi-rôles, appelé à remplacer nos VAB des années soixante-dix aujourd’hui sursollicités, devra impérativement être livré en 2015 au coût unitaire maximum de un million d’euros pour l’engin de base.

Enfin, décaler au-delà du raisonnable l’entrée en service du LRU privera nos armées de la seule capacité interarmées tactique combinant actuellement précision quasi métrique, portée étendue (70 kilomètres) et employabilité immédiate quelles que soient la météo et

l’heure du jour et de la nuit. 252 roquettes ont été commandées en 2009, il reste à réaliser l’adaptation des lanceurs du 1er régiment d’artillerie (RA) à cette nouvelle munition puisqu’ils ne peuvent plus tirer les roquettes à sous-munitions. Il faut se souvenir que c’est parce que je comptais sur cette transformation de l’actuel lance-roquettes multiple que j’ai proposé la réduction de moitié de notre artillerie. »

«j’aimerais vous rappeler le volume de nos parcs

actuellement déployés en opérations : 1 800 véhicules sont projetés dont plus de 1 000 blindés parmi lesquels 600 VAB et 24 VBCI. Il convient d’y rajouter les équipements en transit et ceux immobilisés pour cause de rénovation chez les industriels. Cela représente les

équipements de 11 régiments sur les 86 que nous comptons encore. Il s’ensuit inévitablement un fort sentiment de sous-équipement en métropole mais surtout une accélération de l’usure des parcs. »

 

Commentaire :

 

Cette intervention du général Irastorza du mercredi 20 octobre 2010 est particulièrement intéressante à lire : On peut  en  savourer le compte rendu complet  sur  le  document  de la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’assemblée nationale. Voir site de l'assemblée nationale.


19/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 908 autres membres