ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Mali- otages et Français d'AQMI au Mali...

 

 

 

Alors que le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, en visite au Mali, a déclaré à la presse vendredi, à Bamako, que pour le Mali, l'essentiel est de reconstituer l'armée.

 « La question principale, c'est d'abord de reconstituer l'armée malienne à la fois dans son recrutement et dans ses qualifications, a souligné M. Le Drian », selon l’AFP, un certain nombre de soldats maliens (plusieurs dizaines) auraient abandonné  des  positions dans la localité de Diabaly au nord de Ségou et manifesté leur colère en   tirant en l'air pour réclamer le versement d'une prime de champ d'opération.  Ils auraient  obtenu satisfaction.

"Tout est rentré dans l'ordre. L'effectif est reparti à Diabaly, mais des meneurs ont été sanctionnés à Ségou", chef-lieu de la région, a indiqué un officier malien.

 

Cela démontre à quel point, la situation de restauration de l’état de droit est fragile au Mali. Il est légitime de se poser la question de l’opportunité de laisser ce pays sans structure forte après notre intervention..

 

xxx

 

-Le groupe islamiste nigérian Ansaru ("Ansaru al-Muslimin Fi Bilad al-Sudan") aurait tué sept étrangers enlevés le 7 février au Nigeria. Ils étaient tous employés par  l'entreprise libanaise Straco

 

Ansaru est considéré comme une faction du groupe islamiste nigérian Boko Haram, tenu pour responsable de la mort de centaines de personnes dans des attaques menées dans le nord et le centre du Nigeria depuis 2009.

 

Les sept otages: quatre Libanais, un Italien, un Britannique et un Grec, travaillaient à la  constrcution d'une route de 600 kilomètres entre Kano et Maiduguri dans le nord du Nigeria, pays où une famille française de sept personnes est toujours aux mains de Boko Haram.

 

xxx

 

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a déclaré dimanche sur BFMTV qu'une "poignée" de "Français ou résidents en France" se trouvaient actuellement au Mali au côté des jihadistes, alors qu'ils sont "plusieurs dizaines" en Syrie.

"Il y a une poignée sans doute aujourd'hui de Français ou de résidents en France qui se trouvent au Mali. On ne peut pas parler de filière", a déclaré le ministre.

"Mais nous le savons, il y a des réseaux, des groupes, il peut y avoir des filières quand il s'agit d'acheminer des apprentis jihadistes, hier en Afghanistan ou au Pakistan, aujourd'hui ils sont plusieurs dizaines en Syrie, mais aussi pour une poignée d'entre eux en Somalie, au Yémen ou au Sahel. Ca reste évidemment préoccupant", a-t-il ajouté.

 

 

 



10/03/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 904 autres membres