ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Rappel de la loi de programmation 2009/2014

Rappel du format des armées prévues par la précédente loi de programmation 2009/2014

Extrait du projet de loi  N°1216 du 29 octobre 2008..

C’est donc à partie de ces chiffres que nous pourrons comparer le nouveau format des armées que prévoira la future énième loi de programmation… L’ensemble peut être consulté sur le site de l’assemblée nationale.

(En bleu quelques commentaires personnels)

http://www.assemblee-nationale.fr/13/projets/pl1216.asp

 

2.5.1 Première phase (2009-2014)

Durant la première phase (2009-2014), l’accent sera mis sur la remise à niveau des moyens de combat, en particulier des moyens terrestres.

2.5.1.1 La modernisation de l’outil de combat aéroterrestre et la protection des forces terrestres

Les efforts porteront en priorité sur la protection des forces, la numérisation de l’espace opérationnel, le rétablissement de la capacité aéromobile et l’acquisition de capacités de frappe de précision dans la profondeur.

L’opération d’ensemble Scorpion vise à renouveler l’ensemble des moyens du combat de contact terrestre comme un tout cohérent et évolutif, capable de s’adapter aux changements du contexte stratégique. L’objectif est d’équiper environ 3 brigades pour 2014  (nous en sommes loin) et d’engager la modernisation de 5 autres brigades. (deux brigades pourraient être supprimées)

Une attention particulière sera apportée aux programmes de cohérence opérationnelle attachés à cette capacité.

Protection des forces terrestres

Elle fait l’objet d’une importante priorité, à la fois par l’acquisition de capacités nouvelles (VBCI, Félin, PPT) et par le renforcement du matériel en service (acquisitions de brouilleurs et de surprotections des véhicules déployés).

Des systèmes intégrés de protection et d’alerte des unités terrestres en stationnement (Spectre) seront livrés durant la période couverte par la loi de programmation militaire.

Par ailleurs, pour répondre à la menace des engins explosifs improvisés, une opération d’armement Carape a été lancée pour coordonner les achats d’urgence ou le développement de brouilleurs, de surprotection des véhicules, de leurres, d’engins d’ouverture d’itinéraire et de moyens de renforcement de la protection des camps.

Le soutien Santé du combattant sera maintenu à haut niveau. L’ensemble des processus de soutien santé sera numérisé et intégré dans les systèmes d’information et de commandement, dans le cadre du programme ISSAN (info structure santé).

Poursuite de la numérisation de l’espace de bataille (NEB)

La mise en réseau des systèmes d’armes et des combattants est un facteur de supériorité opérationnelle. Elle permet l’accélération du rythme des opérations. Cinq brigades seront numérisées en 2014. La numérisation complète des forces terrestres sera achevée en 2020. Elle intégrera des capacités de guerre électronique au contact (détection, localisation, éventuellement brouillage), de surveillance et d’acquisition du champ de bataille dans la zone d’engagement des troupes au sol.

Infanterie et composante blindée

L’infanterie est la fonction opérationnelle la plus sollicitée par les opérations actuelles. Elle permet un contrôle direct et durable du milieu terrestre au sein des populations et dans les zones urbaines. Les équipements individuels du combattant (Félin), des véhicules protégés (Véhicule Blindé de Combat d’Infanterie - VBCI), permettant l’accès aux terrains difficiles (Véhicule Haute Mobilité - VHM) et de transport protégé (Véhicule Blindé MultiRôle - VBMR) apporteront un niveau de protection et de fiabilité amélioré. 80 % des VBCI et 90 % des Félin seront livrés d’ici la fin de la programmation. Le remplacement des VAB (véhicule de l’avant blindé) par 2 300 VBMR interviendra à partir de 2015.

La composante blindée permet d’emporter la décision dans les opérations d’entrée en premier. Elle constitue également un élément dissuasif et d’appui dans les crises. La rénovation progressive du char Leclerc interviendra à compter de 2015. L’engin blindé de reconnaissance de combat (EBRC), successeur de l’AMX 10 RCR, sera livré (292 chars) à partir de 2018.

Combat aéromobile

L’engagement des forces au contact nécessite le maintien d’une mobilité tactique assurée conjointement par les hélicoptères de manœuvre et les hélicoptères d’attaque (Gazelle Viviane, Tigre).

Les Gazelle, qui assurent actuellement l’ensemble des missions de combat aéromobile, seront progressivement remplacées par 80 Tigre à partir de 2008.

Appui (artillerie et génie)

L’artillerie sera en mesure de frapper dans la profondeur avec une portée et une précision améliorées, tout en limitant le risque de dommage collatéral.

Le canon CAESAR apportera une souplesse d’emploi et une portée accrues (40 km). 69 systèmes seront livrés d’ici 2011.

La transformation du Lance Roquette Multiple (LRM) en Lance Roquette Unitaire (LRU) fournira une capacité d’appui adaptée aux engagements actuels (capacité tout temps, précise et réactive jusqu’à 70 km). 26 lanceurs seront rénovés de 2010 à 2014.

La capacité d’appui à l’engagement des forces et d’aide au déploiement sera maintenue avec la revalorisation de l’engin blindé du génie (EBG).

Surveillance et protection anti aérienne

La protection des forces engagées sera assurée par des missiles à très courte portée Mistral, dont la rénovation à mi-vie sera engagée, et par des missiles sol air moyenne portée (SAMP/T) dont la livraison sera accélérée.

Transport terrestre et transport logistique terrestreLe porteur polyvalent terrestre (PPT) permet le ravitaillement des forces et l’évacuation des véhicules endommagés avec un meilleur niveau de protection des équipages. Environ 500 PPT seront livrés d’ici 2014.

Le petit véhicule protégé (PVP) permettra des déplacements en tout terrain protégés des tirs aux armes légères et des IED. La cible de PVP est de 1 500. Les livraisons s’effectueront au rythme de 200 par an jusqu’en 2015.

La résorption du déficit capacitaire en transport aérien stratégique et tactique

Le déficit capacitaire actuel sera progressivement comblé grâce au remplacement des aéronefs de transport tactiques C 160 Transall par des A 400M, et des avions ravitailleurs C 135 par des avions multi-rôle de ravitaillement en vol et de transport (MRTT).

Les cadences d’acquisition seront fixées d’ici 2010 et présentées au Parlement. Un partenariat public privé est envisagé pour les MRTT.

Le recours à des procédures d’affrètement (accord cadre SALIS) contribuera à combler d’ici là une partie de cette lacune.

2.5.1.3 La résorption du déficit capacitaire en aéromobilité intra-théâtre

Le NH 90 en version terrestre (Tactical Transport Helicopter) constitue l’élément essentiel du renouvellement de la composante de transport aéromobile. 23 NH90-TTH seront livrés entre 2011 et 2014, la cible de 133 demeurant inchangée. En parallèle, 24 Cougar seront rénovés pour prolonger leur durée de vie.

2.5.1.4 La modernisation progressive de l’aviation de combat

Constituée aujourd’hui encore d’avions de différents types, pour les plus anciens spécialisés dans des missions particulières, l’aviation de combat évoluera vers un parc unique plus homogène d’avions modernes et polyvalents (Rafale et Mirage 2000). Les capacités de pénétration et de frappe en soutien des forces terrestres seront privilégiées.

De l’ordre de 50 Rafale seront livrés. Les cibles et cadences d’acquisition révisées seront fixées en 2010. Des Mirage 2000D multirôles remplaceront les avions spécialisés à partir de 2014. Enfin, les nouveaux pods d’acquisition et de désignation laser seront livrés en 2014.

2.5.1.5 La modernisation de la capacité de maîtrise du milieu sous-marin

Sous marins nucléaires d’attaque

Les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) apportent une contribution essentielle à la sûreté de la force océanique stratégique (FOST) et à la protection du groupe aéronaval. Ils participent également aux opérations spéciales, aux frappes dans la profondeur et à la maîtrise de l’espace aéro-maritime.

Le programme des 6 SNA Barracuda fait l’objet d’une priorité dans la période de programmation pour une première livraison en 2017. Ce programme permettra le remplacement des Rubis. Les Barracuda mettront en œuvre la torpille lourde, le missile de croisière naval et un moyen de mise en œuvre de nageurs de combat.

Frégates européennes multimissions

Les frégates européennes multimissions (FREMM) remplaceront les frégates de premier rang actuellement en service. Deux exemplaires seront livrés en 2012 et 2014.

Le programme de 11 FREMM permettra d’atteindre le format de 18 frégates de premier rang en 2023 (2 Horizon, 11 FREMM, 5 La Fayette). Les FREMM embarqueront le missile de croisière naval (MdCN) à partir de 2013, le missile antinavires Exocet MM 40 B3, la torpille anti-sous-marine MU90, l’hélicoptère de combat anti-sous-marin NFH 90 et le missile de défense aérienne et anti-missiles Aster.

Hélicoptères de lutte anti-sous-marine

Le NFH90 (NATO Frigate Helicopter) version combat remplacera le Lynx sur les frégates de nouvelle génération Horizon et FREMM à raison d’un hélicoptère par frégate. Le NFH90 participera aussi aux missions de sauvetage en mer dans sa version soutien.

2.5.1.6 Adaptation de la capacité amphibie

La protection des bâtiments amphibie sera améliorée. La flotte de bâtiments de projection et de commandement (BPC) et les transports de chalands de débarquement (TCD) sera modernisée par la livraison d’engins de débarquement amphibies (EDA) destinés à renouveler la batellerie. En outre des véhicules amphibies seront livrés dans le cadre du programme de véhicules de haute mobilité (VHM) dont les premières livraisons interviendront en 2011.

Un contrat de partenariat avec l’État portera sur la mise à disposition d’une capacité de transport maritime composée de 3 navires rouliers (Ro-Ro) à partir de 2008 puis de 5 navires à partir de 2013.

2.5.1.7 Mise à niveau des stocks de munitions et sûreté d’approvisionnement

L’approvisionnement en munitions sera adapté aux besoins des opérations et, le cas échéant, à ceux de montée en puissance face à un conflit majeur. Ceci concerne l’ensemble des munitions, y compris celles de petit calibre.

Munitions de frappe de précision

Les capacités de frappe de précision seront privilégiées, soit pour des actions dans la profondeur, soit pour l’appui des forces au contact.

Le missile de croisière naval (MdCN) sera livré à partir de 2013 avec un objectif de 60 unités sur la durée de la programmation, et une cible totale de 200 missiles.

La version métrique de l’armement air-sol modulaire (AASM), capable de traiter avec une grande précision des objectifs, de jour comme de nuit et à distance de sécurité, sera opérationnelle en 2009. 1 540 kits décamétriques et métriques seront livrés d’ici 2014 et 2350 d’ici 2017.

La capacité de frappe par tout temps sera également améliorée à très court terme par la mise en service de munitions de précision à guidage dual (laser et GPS).

Les munitions sol-sol comprendront des roquettes à guidage terminal (500 livrées d’ici 2012 pour les Lance Roquette Unitaire) et des obus d’artillerie de précision.

Missiles terrestres

La capacité en missile à moyenne portée MILAN sera maintenue au-delà de 2011 par un appoint en postes de tir et, en tant que de besoin, en missiles. Le renouvellement sera achevé en 2018.

Armement antinavires

La famille Exocet restera à moyen terme l’armement missile antinavires, les missiles bénéficiant d’une rénovation.

Armement anti-sous-marins

Les torpilles sont l’unique armement contre les sous-marins. 300 torpilles légères MU 90 auront été livrées d’ici 2011 sur frégates, hélicoptères de combat et avions de patrouille maritime.

Armement de défense sol-air des forces

La composante défense anti-aérienne très basse altitude indispensable pour assurer la protection d’une force ou pour renforcer la défense de points particuliers, continuera d’être assurée par le système d’armes Mistral ; 1 500 missiles rénovés seront livrés entre 2012 et 2016. En parallèle, le programme relatif à la famille de missiles sol-air futurs (FSAF) sera poursuivi. Près de 200 missiles seront livrés d’ici 2014.

2.5.1.8 Moyens de commandement

La France continuera de développer sa capacité à tenir le rôle de « nation cadre » dans une coalition. A cette fin, plusieurs programmes concernant les systèmes d’information et de commandement seront poursuivis.

En 2015, le système d’information des armées (SIA) sera opérationnel à tous les niveaux de la chaîne de commandement interarmées. La capacité de commandement et de conduite des opérations aéronavales sera améliorée par le programme SIC 21 déployé en 2010. Le programme SICF (Système d’Information de Commandement des Forces) renforcera l’interopérabilité avec les forces de l’OTAN.

Les transmissions par satellites couvriront principalement les zones d’intérêt stratégique définies par le Livre blanc. Elles reposeront sur deux segments : le système durci Syracuse pour les transmissions essentielles, dont le renouvellement aura lieu vers 2018 ; un segment dual à très haut débit à partir de 2013, notamment pour les drones et les zones non couvertes par Syracuse.

Le mode d’acquisition et de gestion des transmissions par satellite fera l’objet d’un appel d’offre en vue d’un partenariat public-privé.

2.5.1.9 Lutte informatique offensive

L’adaptation de notre défense à la lutte dans le cyberespace nécessite en premier lieu de fixer une doctrine et une organisation, d’identifier et de former les personnels dédiés à cette capacité, de les organiser, de mener des expérimentations techniques et de développer des outils spécifiques, dans le respect du droit. Cette capacité dont les premières bases seront posées dès l’été 2009, constituera l’une des clés de la supériorité opérationnelle.

2.5.2 Seconde phase (2015-2020)

Durant la seconde phase (2015-2020), l’accent sera porté principalement sur les opérations aéromaritimes et aériennes.

2.5.2.1 Accélération du renouvellement de la flotte de surface

Permanence du groupe aéronaval (GAN)

La décision concernant le deuxième porte-avions sera prise en 2011/2012. Des études d’architecture, en particulier sur la propulsion, se poursuivront d’ici là.

En parallèle, l’initiative d’interopérabilité aéronavale européenne (IIAE) vise à accroître la capacité d’action de l’Europe dans ce domaine.

Frégates

Le programme frégates européennes multi-missions (FREMM) sera poursuivi, les livraisons s’échelonnant jusqu’en 2022. Les deux frégates antiaériennes de type Cassard seront remplacées vers 2020 par 2 des 11 FREMM dont le système d’armes sera adapté à la mission de défense aérienne et anti-missiles de zone au profit d’un groupe naval.

Guerre des mines

Le système de lutte anti-mines futur (SLAMF) reposera sur des drones de surface et sous marins, et sur des bâtiments bases. Ce projet fait l’objet d’une recherche de coopération au sein de l’agence européenne de défense (AED). La livraison d’une première capacité est prévue vers 2018.

Capacité amphibie et de projection maritime inter-théâtres.

À l’horizon 2020, 2 bâtiments de projection et de commandement (BPC) de nouvelle génération viendront remplacer les 2 transports de chaland de débarquement (TCD) entrés en service dans les années 1990.

Flotte logistique

La flotte logistique doit pouvoir soutenir simultanément un groupe aéronaval et un groupe amphibie ou une force d’action navale sur deux théâtres d’opérations distincts. Un parc de quatre pétroliers ravitailleurs demeure nécessaire pour le soutien en carburants, vivres, munitions de ces groupes et pour le ravitaillement d’une opération aéroterrestre. Quatre navires seront livrés entre 2017 et 2020.

Missiles antinavires

Un missile antinavires léger pour hélicoptère destiné au combat en zone littorale et au combat asymétrique sera acquis à l’horizon 2018.

Armement des sous-marinsLes SNA et les SNLE seront équipés de la nouvelle torpille lourde à partir de 2015.

2.5.2.2 Accélération de la modernisation de l’aviation

L’accélération de la modernisation de l’outil aérien portera prioritairement sur les capacités des avions de combat.

Aviation et drones de combat

La transition vers une flotte plus homogène d’avions polyvalents se poursuivra jusqu’en 2020 avec la poursuite des livraisons de Rafale et de Mirage 2000D multirôles. Le missile Meteor entrera en service sur Rafale et l’amélioration des capacités de frappe en soutien des forces terrestres se poursuivra.

L’insertion de drones de combat dans les forces est envisagée au-delà de 2020.

Aviation de patrouille maritime

22 avions de patrouille maritime Atlantique 2 seront rénovés. 4 avions verront leur utilisation limitée aux missions de surveillance.

2.5.2.3 La poursuite de la modernisation des forces terrestres

5 brigades bénéficieront du renouvellement de leurs moyens de combat à partir de 2015.

Numérisation de l’espace de bataille

L’effort portera sur la mise en réseau des unités de contact et de leurs appuis. La numérisation complète des forces terrestres sera achevée en 2020 et s’intégrera dans un système interarmées.

Combat de contact

Le véhicule blindé multirôle (VBMR) et l’engin blindé de reconnaissance de combat (EBRC) seront livrés. Le programme de rénovation du char Leclerc sera achevé.

Un missile de combat de moyenne/longue portée apportera une capacité accrue contre les engins blindés et les chars, permettant le tir au-delà de la vue directe. Il équipera en particulier l’EBRC et le Tigre.

Appuis

Les 64 derniers CAESAR seront livrés.

À partir de 2017, les capacités du génie seront modernisées avec le lancement d’un engin d’appui au combat dont les premières livraisons auront lieu en 2020.

Logistique

La modernisation du soutien logistique des forces projetées se poursuivra. La cible totale de 1 800 porteurs polyvalents terrestres (PPT) sera atteinte en 2019.

3850 véhicules légers tactiques polyvalents protégés (VLTP) seront livrés entre 2015 et 2018, la cible totale étant de 5500.

Combat aéromobile

À l’horizon 2020, l’ensemble des Tigre HAP et HAD aura été livré, tandis que la composante aérotransport aura été rénovée (Cougar) ou partiellement remplacée (70 % des NH 90 livrés).

L’ensemble de la flotte d’hélicoptères légers ou moyens sera progressivement remplacé à partir de 2015. Un programme global centré sur un hélicoptère (ou une famille d’hélicoptères) de la classe de 4 tonnes portera sur la livraison de 188 unités à partir de 2018.

La rénovation des appareils les plus anciens permettra d’assurer la continuité du service jusqu’à cette échéance.

2.5.2.4 Renforcement des capacités de frappe de précision dans la profondeur

Missiles de croisière

Les missiles de croisière SCALP déjà livrés aux forces seront maintenus en service sur Mirage 2000 multirôle et Rafale. 400 d’entre eux seront rénovés à partir de 2015 et livrés entre 2018 et 2021.

200 missiles de croisière navals (MdCN) seront disponibles en 2017. Une première capacité de MdCN sera opérationnelle sur les sous-marins Barracuda dès l’entrée en service de ceux-ci.

3.1.1 La réduction des effectifs

L’effectif global des armées passera de 271 000 civils et militaires en 2008 à 225 000 en 2014-2015 (131 000personnes pour l’armée de terre, 44 000 pour la marine, 50 000 pour l’armée de l’air). Le plafond d’emploi de la mission Défense atteindra sa nouvelle cible de 269 000 en 2016.

La réduction des effectifs de 54 000 postes sur la mission défense, hors externalisations, portera principalement sur l’administration et le soutien des forces (à hauteur de 75%).

3.1.2 Les nouveaux formats des forces armées

La composante terrestre constituera une force opérationnelle de 88 000 personnes organisée en :

– 8 brigades interarmes disposant de l’ordre de 250 chars lourds de bataille de type Leclerc, d’environ 650 véhicules blindés de combat de type VBCI, 80 hélicoptères de combat, 130 hélicoptères de manœuvre et de l’ordre de 25 000 équipements individuels du combattant de type Félin,

– 3 brigades spécialisées et la brigade des forces spéciales,

– moyens d’appui correspondants.

La composante maritime mettra en œuvre notamment :

– 4 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins,

– 6 sous-marins nucléaires d’attaque,

– 1 porte-avions et son groupe aérien,

– 18 frégates de premier rang,

– 4 bâtiments de projection et de commandement.

La composante aérienne mettra en œuvre :

– 300 avions de combat modernes, Rafale et Mirage 2000 polyvalents, incluant ceux de l’aéronautique navale,

– les systèmes de détection et de contrôle avancé de type Awacs,

– une flotte d’avions de ravitaillement et de transport comprenant de l’ordre de 14 appareils de type MRTT et environ 70 avions de transport.

A suivre donc

 

 



06/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 984 autres membres