ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Crise grave au sein du ministère de la défense?

Un article du Point sous la plume très bien informée de  Jean Guisnel,  repris par l’Adfedromil, souligne le malaise qui se développe au plus haut niveau entre le Ministre de la Défense et le CEMA.  La réforme imposée par le « régime » précédent, qui renforçait l’autorité du Cema au détriment du ministre est remis en cause.. La fonction  du CEMA est définie, en effet,  par les décrets de 2005 (Décret n° 2005-520 du 21 mai 2005) et de 2009 (Décret 2009-869 du 15 juillet 2009) aujourd’hui remis en cause :   « Sous l’autorité du ministre de la Défense, le chef d’état-major des armées est responsable : 1. de l’organisation interarmées et de l’organisation générale des armées ; 2. de l’expression du besoin en matière de ressources humaines civiles et militaires des armées et des organismes interarmées. Il participe à la définition de la politique des ressources humaines du ministère. Au sein des armées et des organismes interarmées, il est responsable de la mise en œuvre de cette politique, de la condition militaire et du moral. »

 

Selon Jean Guisnel : « La situation peut se résumer de manière simple : les réformes conduites sous Nicolas Sarkozy pour renforcer le rôle et la fonction du chef d'état-major des armées (CEMA) se sont traduites par une forme de prise de pouvoir du premier des militaires français »

Il s’agit donc selon moi,  pour le président Hollande et le ministre le Drian de restaurer la primauté du pouvoir politique sur le militaire.. De redonner ainsi la capacité aux politiques d’imposer ce qui se dessine, une coupe drastique du budget de la défense et l’incapacité de la hiérarchie a imposer un point de vue « technique » et une certaine forme de résistance. On sert les vis avant de serrer à nouveau de quelques crans la ceinture.. 

 

« Sans jamais dire un mot des responsabilités éventuelles du concepteur du calamiteux logiciel de paiement des soldes, le système Louvois, on veut croire dans l'entourage du ministre de la Défense que ces dysfonctionnements "traduisent un déficit managérial de grande ampleur lié au décret de 2009. C'est la source de ce gigantesque bazar." On admet chez Le Drian que, sur ce point des ressources humaines, "nous sommes dans un petit rapport de force. Nous souhaitons exercer toute la responsabilité confiée par le président de la République." Mais à l'état-major des armées (EMA), c'est un tout autre son de cloche. "Si le CEMA ne peut pas abandonner la fonction ressources humaines, c'est qu'il donne des ordres qui conduisent à la mort. C'est aussi simple que ça, confie un officier. L'année 2011, particulièrement chaude au plan opérationnel, n'aurait pas été possible sans le décret de 2009."

 

La réforme serait  menée à la hache avec à sa tête directeur de cabinet Cédric Lewandowski, et une poignée de  Contrôleurs généraux des armées.

Ce qui est  plus grave c’est que les opérationnels sont suspectés d’avoir les mains sales..  Seuls les non opérationnels aux mains propres semblent être dignes.. Ainsi un collaborateur militaire de J.Y le Drain aurait écrit  à son supérieur selon un document    envoyé au Point, un appel au secours, un appel de détresse :  "Je suis un peu inquiet. Il commence à être défendu l'idée par le cab [directeur adjoint, NDLR] qu'il existe des militaires fiables, ceux qui ne portent pas les armes : contrôleurs généraux, ingénieurs d'armement ou infra, etc. Et les non-fiables, ceux qui portent les armes, que MahéCarcassonne et Uzbeen ont démasqués, des mecs à présumer coupables, aux mains sales. On m'a récemment fait le reproche d'avoir du sang sur les mains car faisant partie des opérationnels. Qu'ainsi la gouvernance du ministère ne doit pas appartenir à des assassins présumés ou avérés, mais à des militaires aux mains propres. Nous avons tué sur ordre, cela faisait sens, nos consciences sont pures et légères. Jamais nous n'endosserons ce qu'ils veulent faire passer pour des crimes. Nos épaules ne supporteront jamais les responsabilités qui incombent aux décideurs politiques. Nous devons une bataille contre cela à nos subordonnés. Demain ne doit pas les mettre en taule de nous avoir obéi. Respectueusement." 

 

Le ton est exceptionnellement grave, les accusations portées toutes aussi particulièrement graves.. Cela traduit pour le moins une crise en cours ou à venir. Jamais, il n’y a eu une telle tension au sein du ministère de la défense.. Ce qui se prépare n’augure rien de bon.

 

 A lire également: 

Les apparatchiks du ministère de la défense préparent les élections en se répartissant les postes. (Par Michel Bavoil, vice-président de l’Adefdromil *)[Actualisé]

 



05/01/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1019 autres membres