ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Russie - Otan

20:42 02/12/2009
© RIA Novosti
ATHENES, 2 décembre - RIA Novosti

La Russie tient aux consultations avec l'Otan dans le cadre du Conseil Russie-Otan et compte sur la signature de documents à l'issue de la rencontre ministérielle du 4 décembre prochain, a déclaré mercredi à Athènes le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Le 4 décembre nous tiendrons une réunion officielle du Conseil Russie-Otan après une assez longue pause. Tout  un paquet de documents sur notre travail conjoint est préparé à cette occasion", a indiqué le chef de la diplomatie russe, en s'adressant aux représentants de la société civile grecque.

Auparavant, le délégué permanent russe auprès de l'Alliance Dmitri Rogozine a parlé des divergences qui s'étaient manifestées au sein du Conseil Russie-Otan peu avant la prochaine réunion ministérielle. Selon M.Rogozine, la délégation canadienne a bloqué l'adoption de documents lors de cette rencontre.

"Nous sommes prêts à effectuer un travail constructif dans le cadre du Conseil Russie-Otan dont l'activité a été gelée, mais pas par notre faute. Je pense que c'était une erreur. Le Conseil a été créé pour traiter de problèmes ardus. S'il ne fonctionnait que quand il fait beau, sa portée serait insignifiante", a estimé en conclusion M.Lavrov.
Les relations entre la Russie et l'OTAN se sont détériorées début août 2008, après l'envoi par Moscou de renforts dans le Caucase du Sud pour protéger ses ressortissants et les soldats de la paix russes attaqués par les Géorgiens.
Les pays de l'Alliance ont accusé la Russie d'usage disproportionné de la force et ont suspendu les réunions du Conseil Russie-OTAN à tous les niveaux. La Russie a, pour sa part, gelé certains projets bilatéraux.
Quoi qu'il en soit, la Russie toujours a coopéré avec l'Alliance sur l'Afghanistan et a maintenu les groupes de travail pour le contrôle des armements conventionnels et la coopération dans l'espace aérien.

Commentaire: Il semble bien, en effet, que la Russie ne se désintéresse pas de cette région du monde. Elle y a de nombrex intérêts stratégiques, et une certaine expérience que les alliés feraient bien de ne pas négliger. Roland PIETRINI



03/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 983 autres membres