ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Un vétéran qui disparait..

Hilaire Colcombet, vétéran du 3e SAS vient de mourir à 96 ans. Paix à son âme.

Il était né le 7 janvier 1916 à Ambérieu (01). Lieutenant en mai 1940, il avait gagné sa première citation (croix de guerre avec Palme) puis avait participé au SR Air en zone libre. Il avait ensuite rallié la Grande-Bretagne, via l'Espagne. En mai 1943, il était arrivé avec un autre SAS de légende (et futur
cadre de Dassault Aviation), Henri Deplante à Camberley, qui forme les futurs SAS français signale David Portier dans le livre qu'il consacre à cette unité d'élite.

Il est affecté au 3e SAS, et parachuté en Saône-et-Loire en août 43. Voici comment il raconte son saut, dans l'ouvrage de David Portier : "j'ai dû dormir un peu. La flak nous encadra pendant quelques instant... (...) "Ten minutes to go". Les paras s'agitent, fixent leur kit-bag à leur jambe gauche, attachent leur static line au câble et s'approchent du trou de la baignoire. Je m'assois le premier au bord du trou, les jambe dans le vide, et Boini qui me suit m'avertit en riant, "Mon lieutenant, vous avez intérêt à faire vite car je vais sauter dans votre pépin"

Sous eux, la France encore occupée dans laquelle ils vont multiplier les coups de main (1).

La société qu'il avait relancé après guerre, Bucol-Buchet-Colcombet, une très vieille maison de soierie lyonnaise a fourni la haute couture en France et dans le monde entier.

Article paru sur le site de Jean-Marc Tanguy.

 

SAS français en 1943

 

Petit rappel : En janvier 1942,
la 1re compagnie de chasseurs parachutistes du capitaine Georges Bergé est envoyée à Kabrit. À la recherche de parachutistes pour renforcer sa brigade, Stirling intègre les Français libres, qui forment le French Squadron du SAS ; les premiers sticks français ou franco-britanniques sont
engagés dès fin mai 1942. Un raid est mené contre l'aérodrome de Candie-Héraklion
en Crête le 13 juin 1942 par un commando de 6 hommes, conduit en Crête en sous-marin,
légèrement équipé (colt 45, poignard, compas et vingt bombes Lewis chacun). Ils détruisent 22 avions de la base aérienne allemande. Le lendemain, le chasseur parachutiste Pierre Leostic (17 ans) est abattu par les Allemands, le lieutenant Costas Pétrakis et le capitaine Lord Jellicoe réchappent de
l'opération, le commandant Bergé, le caporal Jacques Mouhot et le chasseur parachutiste Jack Sibard sont arrêtés.... Les traditions ont été reprise par les Commandos de l'air.

 



24/04/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 908 autres membres