ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de l'institution, et mon adieu.

J'ai toujours pensé que cette institution militaire était digne d'évoluer, de se réformer, de prendre en main son avenir dans le domaine de la gestion des personnels, de l'avancement, des décorations. Réserviste et ESR je jette l'éponge. Je me retire du ring, je dis stop. Il y a chez nous trop de naïveté dans la croyance à la capacité de nos chefs à prendre en main la défense de ceux qu'ils sont censés à la fois commander et protéger. Le système satisfait ceux qui ont compris que le meilleur moyen de faire avec est de ne rien faire. D'où la difficulté de faire justement  avancer les choses. La première réforme à assumer est celle des mentalités.. Je me souviens que président des sous-officiers, ( je suis un dinosaure, de 1983 à 1986), je fus l'un des seuls à bousculer la grand-messe de Saint Maixent, en essayant d’agir dans le bon sens du terme, en proposant par exemple  que le président des sous-officiers ne puisse rester en place plus de 5 ans, de favoriser la jeunesse, de se préoccuper des jeunes sous-officiers, et c’était le mandat que j’avais reçu du général de Dinechin à l’époque. ( Il était général commandant une DB avec de vrais chars et des régiments avant de devenir Major général de l'AT). J’étais une espèce d’ovni venant d’un organisme de renseignement.    Je demandais  une véritable formation pour les présidents de catégories de manière à se révéler comme  une aide au commandement mais aussi un interlocuteur solide. La réponse de mes pairs fût celle d’une institution  immature et frileuse.. On ne veut pas de syndicalisme au sein de l’institution. Le CSFM est un leurre sans consistance, vous l’avez voulu, vous l’avez.  Messieurs, aujourd’hui comme hier,  vous en payez les conséquences. Aujourd’hui comme hier, de jeunes officiers et des jeunes sous-officiers prendront la tangente,  le mal au cœur de quitter ce métier qu’ils aiment jusqu’à en mourir. Que de compétences bafouées, gâchées, inexploitées, sous-estimées. La mode est aux forces spéciales, aux spécialistes, mais quid du lambda ? J’ai connu des généraux capables en petit comité d’analyser les freins au système, avec un parfait humour, mais peu furent capable de mettre leur autorité et leur carrière dans la balance. J’ai eu l’honneur de connaître le Général Delaunay, le seul à avoir démissionné pour avoir dénoncé la diminution du budget de l’Armée de terre.  J’ai connu aussi Jean Pouget un grand reporter ancien officier qui avait des c. et qui fût remercié. Bref les amis, je ne vous laisse pas. Mon Blog vous est ouvert.



22/12/2011

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 923 autres membres