ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de l’augmentation de l’effort de défense et de politique industrielle de l’armement.

 

L’investissement de défense est l’un des leviers de la lutte contre la crise économique.  Les 43 milliards annoncés fin mai puis confirmés par le Premier ministre permettent de mettre en  place un plan de modernisation des  forces sur 10 ans. 

 

Non vous ne rêvez pas cette information est totalement vérifiée. Sauf que cela ne se passe pas en France mais en Pologne !

« L’exception polonaise dans l’océan européen de réduction des efforts de défense n’est pas neuve. » Varsovie soutient son industrie de défense, et avait su conserver cette capacité avant la chute du communisme. Pour avoir traîné mes guêtres du côté de Stawola Wola de 1986 à 1989, nos services auraient pu savoir, s’ils avaient pris la peine de nous lire, que les Polonais étaient parfaitement capables de d’améliorer les blindés de type T55, construire des T72, concevoir des blindés du génie et maintenir un savoir-faire dans la construction des navires de guerre et un embryon de construction d’hélicoptères.  Dans le domaine électronique les Polonais conservaient aussi un certain savoir-faire.

Le  budget polonais de défense – 9,5 milliards d’euros pour 2013, sera donc  en augmentation de 7 % comparativement à 2012. mais selon DSI. « La Pologne va encore plus loin en visite sur la base de Lask, Donald Tusk Premier ministre, a indiqué ses priorités en la matière : l’achat de missiles de croisière pour l’équipement des F-16, des drones, l’acquisition de batteries de défense côtières, de missiles de défense aérienne et la montée en puissance des forces spéciales.

D’autres investissements sont également prévus, qui vont bénéficier directement aux industries locales : 70 hélicoptères et de nouveaux appareils d’entraînements (PZL) ou encore des blindés chenillés (Bumar). Il est également question de nouveaux navires ou de renouvellement de l’équipement du soldat.

Plus largement, si le mouvement a pour but de moderniser les forces et d’injecter massivement des fonds dans l’industrie locale, il devrait également permettre de faciliter la convergence nationale de cette dernière puis sa consolidation en tant qu’acteur européen majeur. Bumar, qui regroupe déjà la moitié des acteurs économiques de défense cherche ainsi à se positionner comme acteur unique, y compris en se développant dans les domaines aérien et naval »

 

Les exportations d'armes françaises en 2012 sont en nette baisse par rapport à l'année précédente. La France perd ainsi sa place de quatrième exportateur mondial, dépassée par Israël. C'est ce que révèle le rapport au Parlement du ministère de la Défense, publié le lundi 22 juillet 2013. La France se maintient de justesse dans le « Top cinq » des exportateurs mondiaux, très loin derrière les Etats-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne et Israël. En 2012, la région Asie-Pacifique est la principale destination des exportations françaises, avec plus de la moitié des prises de commandes.

 

On a du souci à se faire ! Il est vrai  que faire le contraire de ce qu’il convient de faire est désormais et depuis des décennies le credo de nos politiques en matière de défense. Sur le plan économique, la Pologne Après avoir longtemps fait figure de pôle de prospérité dans une Europe en crise, le pays enregistre un fort ralentissement. Le chômage s'élève à 13,3 %. La croissance ralentit (1,3 % estimé pour 2013 contre 4,5 % en 2011). D’où l’importance de cette décision d’un Premier ministre que se veut volontariste et qui favorise une industrie de défense performante et concurrentielle sur des marchés fortement demandeurs.

 anders-20120805.JPG

Varsovie envisage d’acquérir près d’un millier de chars légers Anders dans le cadre d’un plan lancé au début de l'année 2012 et visant à accroître la mobilité de ses forces terrestres.

Ces dernières mettent déjà en oeuvre 128 chars Leopard 2 achetés en 2002 auprès de l’Allemagne à prix cassés (100.000 euros l’unité), 584 T-72 hérités de la période soviétique, 232 PT-91Twardy (dérivés du T-72) ainsi que, pour les véhicules de combat d’infanterier, près de 1.400 BWP-1 (désignation polonaise du BMP-1 russe) et 200 KTO Rosomak, déclinaison du Patria AMV finlandais. A comparer avec nos 126 malheureux Leclerc sur parc. 



24/07/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 882 autres membres