ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de notre capacité blindée..

La France sacrifie son parc blindés chenillé, pour deux raisons, la première est celle qui paraît la plus évidente, le coût de son entretien, la seconde, est que nos penseurs tacticiens, considèrent que nous n'aurons pas à engager une telle force blindée dans un avenir prévisible, force blindée conçue  pour un conflit de haute intensité dans lequel le risque d'engagement de la France paraît limité. On pourrait en débattre..


En conséquence, on maintient sans grande conviction 4 régiments Leclerc qui ne sont en fait que des bataillons qui ne possèderont effectivement qu'un stock limité de chars opérationnels, la plus grande partie étant stockée. Le risque est de perdre cette culture et ce savoir-faire que nous possédions, il n'y a encore pas si longtemps. Le risque est celui de sacrifier à terme nos brigades blindées dites de décision, sur l' hôtel de la rationalité et dans ce combat on trouvera bien un stratège éclairé, pour dire qu'en faisant une nouvelle fois des coupes, on renforce notre capacité de réaction.

Le débat sur l'A400 M n'est que la préfiguration, des choix futurs.. Sur l'hôtel des sacrifices, les victimes sont désignées. On ne pourra à la fois, entretenir et développer, nos capacités de renseignement satellitaires, maintenir à niveau une force nucléaire sous-marine aéronavale et aérienne.. (Nous sommes d'ailleurs, les seuls avec la Chine, les État-Unis et la Russie à entretenir une telle capacité?) En quoi cette capacité aérienne est aujourd'hui judicieuse, comment se justifie-t-elle? la Grande Bretagne n'a plus que des sous-marins lanceurs d'engins..

On ne pourra pas maintenir sur les mers une force navale quantitativement crédible alors que nous possédons des intérêts maritimes considérables. (cf le livre bleu http://www.sgmer.gouv.fr/IMG/pdf/2009-12-08_-_Livre_bleu.pdf auquel pas grand monde ne s'est intéressé), sans parler du'une éventuelle capacité anti-missiles, des drones, de notre simple capacité à projeter des forces, la liste n'est pas exhaustive. Nous arrivons à une impasse. La France n'a plus la capacité d'être une nation de premier plan. Depuis la fin du XIX siècle, c'est d'ailleurs une évidence.. Mais l'illusion n'est plus possible. Un seul exemple, notre déficit capacitaire en gros porteur aérien est manifeste.. On le voit bien à l'occasion de la catastrophe haïtienne,


Bref.. Les comptes sont faits.. La responsabilité en est collective, elle est le fruit d'un politique de courte vue et d'économies fallacieuses qui furent celles des 30 dernières années. Alors entretenir un semblant de capacité blindé sans y mettre les moyens et sans conserver de réserve matérielles suffisantes et de savoir-faire humains est particulièrement risqué.. Un jour ou l'autre nous le regretterons..





15/01/2010

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 923 autres membres